Billet de blog 11 juin 2015

Migrants : l'indifférence criminelle des autorités institutionnelles

Des migrants ont été délogés Porte de la Chapelle. Quelques élus sont scandalisés par l’indifférence criminelle des autorités à tous les échelons. Ils ont insisté pour que le Préfet soit officiellement interpellé et estiment qu’il appartient « à nous, élus communaux, de porter ce nouveau Sangatte sur la place publique ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des migrants ont été délogés Porte de la Chapelle. Quelques élus sont scandalisés par l’indifférence criminelle des autorités à tous les échelons. Ils ont insisté pour que le Préfet soit officiellement interpellé et estiment qu’il appartient « à nous, élus communaux, de porter ce nouveau Sangatte sur la place publique ».


Le 5 juin, les migrants installés Porte de la Chapelle, au vu et au su des Parisiens, ont été chassé sans ménagement manu militari.  « Des
solutions de relogement seront proposées », a-t-on pu entendre de la part des autorités.


Dès le surlendemain, nous apprenons par le canal d’associations humanitaires, que plus d’une vingtaine d’entre eux sont à Cergy-Pontoise. Ce sont des jeunes hommes, dont certains mineurs. Ils ont fui l’Erythrée (où règne un despote dément) ou le Soudan (où sévit la guerre civile). Ils sont non francophones, démunis de tout et ont été emmenés sous escorte jusqu'à de discrets hôtels pour 5 nuits. En revanche l’Etat, dans sa grande magnanimité, n’aura prévu durant cet exil forcé, ni les repas, ni leur devenir dès le 6e jour...
Un mouvement de solidarité s’organise rapidement, le personnel hôtelier tout d’abord, puis associations et riverains se mobilisent pour leur apporter de quoi subsister. Nous en profitons pour saluer l’association United de Cergy qui a fait montre d’une magnifique réactivité.


Aujourd’hui, ils seraient une soixantaine, d’abord à Puiseux et Pontoise puis répartis entre Pontoise et Conflans (78). Ni les services sociaux, ni les instances des communes qui abritent ces déplacés à leur insu, n’ont été alertés ni sollicités par les services de l’Etat. Les maires concernés ne souhaitent pas s’impliquer, peut-être n’en ont-ils pas les moyens, mais plus certainement craignent-ils de mettre le doigt dans l’engrenage compassionnel.


Nous sommes quelques élus qui, non seulement s’en émeuvent, mais aussi sont scandalisés par l’indifférence criminelle des autorités à tous les échelons. Nous avons insisté pour que le Préfet soit officiellement interpellé, bien que nous ne doutions pas qu’il soit déjà parfaitement au fait de cette situation dramatique.


Il n’est ni raisonnable, ni utile, ni encore moins humain d’ignorer le sort de ces populations dont le Samu Social (115) de Paris se débarrasse, les écartant loin des ors de la capitale.


Nous rappelons à tous la devise de la République : Liberté, Egalité, Fraternité. Il est du devoir des collectivités, face à l’impéritie de l’Etat, que ce soient ou non de leur compétence, de prendre en charge ces populations une fois sur leurs territoires car il en va de leur survie.

Nous estimons qu’il appartient à nous, élus communaux, de porter ce nouveau Sangatte sur la place publique et nous comptons sur Mediapart pour relayer notre indignation et notre impuissance.

Les migrants sont nombreux et leur nombre grossira inexorablement. Sans pouvoir matériellement accueillir tous les flux des désespérés qui déferlent, du moins l’Etat pourrait-il assumer ceux qui d’entre eux qui sont déjà là.  Nous assistons à un festival de cynisme où les édiles nationaux rivalisent de propos généreux - mais mensongers - qui trompent nos concitoyens et donnent de faux espoirs à ces gens perdus.

En arrivant en France, ex pays des Droits de l’Homme, après de terribles épreuves, peut-être pensaient-il être sauvés…

Les signataires :

Sylvette Amnestoy, adjointe au maire de Courdimanche (95); Elina Corvin, adjointe au maire de Cergy; Maxime Kajadjanian, conseiller municipal de Cergy; Anne Levaillant, conseillère municipale de Cergy; Thierry Thibault, adjoint au maire de Cergy.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie