Billet de blog 11 juil. 2012

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Forages en Guyane: il est possible de faire autrement!

« La technique de forage utilisée par Shell (qui le reconnaît) provoque le rejet de boues de forage toxiques. (...) Les pouvoirs publics doivent exiger la mise en place d’une expertise indépendante ». Par Aline Archimbaud, sénatrice EE-LV de Seine-Saint-Denis, membre de la délégation sénatoriale à l’outre-mer, et Jean-Jacob Bicep, député européen, originaire de Guadeloupe, délégué national d'EE-LV aux régions et collectivités d'outre-mer.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La technique de forage utilisée par Shell (qui le reconnaît) provoque le rejet de boues de forage toxiques. (...) Les pouvoirs publics doivent exiger la mise en place d’une expertise indépendante ». Par Aline Archimbaud, sénatrice EE-LV de Seine-Saint-Denis, membre de la délégation sénatoriale à l’outre-mer, et Jean-Jacob Bicep, député européen, originaire de Guadeloupe, délégué national d'EE-LV aux régions et collectivités d'outre-mer.



La Guyane possède tous les atouts nécessaires pour devenir un territoire exemplaire en matière de transition énergétique. Mais les décisions prises en faveur de la campagne controversée de forages que Shell s'apprête à y mener nous inquiètent fortement. Les alternatives existent cependant.
La Guyane est un territoire qui présente une concentration exceptionnelle de biodiversité: 5 500 espèces végétales, plus de 600 espèces de poissons et d’amphibiens et 700 espèces d’oiseaux. Sur un hectare de forêt guyanaise, on trouve plus d’espèces de plantes que dans toute l’Europe, et ce département abrite au moins 98 % de la faune vertébrée et 96 % des plantes vasculaires recensées en France. Or, à ce jour, rien ne permet de s'assurer que les conditions de sécurité seront garanties sur le site de l'exploitation offshore de Shell: les forages sont prévus à 150 km des côtes, à une profondeur inédite de 6 000 mètres, et à un endroit où se conjuguent des courants très violents et un risque élevé de sismicité. N'oublions pas que dans des conditions nettement moins risquées, et en dépit des règles de sécurité instaurées sur les plate-formes off-shore, on dénombre une douzaine d’accidents majeurs survenus depuis 1976, qui ont chacun provoqué des dégâts terribles impactant de nombreuses victimes, tant sur le plan environnemental que sur le plan économique et social. Certaines zones ne s'en sont d’ailleurs toujours pas remises, dont le Golfe du Mexique, victime de la terrible catastrophe de la plate-forme Deepwater Horizon qui a fait 11 morts.

Un avis concernant les plate-formes pétrolières et voté en 2012 par le Conseil économique, social et environnemental (Cese) préconise de « maîtriser les enjeux de l’exploitation en mettant en œuvre le principe de participation du public tout au long des procédures d’attribution des titres et autorisations, en appliquant ce principe en amont de la prise de décision, lorsque toutes les options sont encore envisageables, en recourant à de la tierce expertise lors des autorisations de travaux (...) ». Or, à notre connaissance, et ce jusqu'à ce jour, aucune expertise indépendante n'a été mise en œuvre, ni de procédure de concertation suffisante avec la population. Rappelons également que la loi Barnier de 1995 a introduit dans la législation française le principe de précaution, qui ne nous semble ici clairement pas pris en compte.

Par ailleurs, et de l’aveu même du président de Shell, les retombées en termes d’emplois locaux en cas d’exploitation seraient minimes. On parle de 25 à 60 emplois créés par les forages exploratoires, et de quelques centaines ensuite, dont on peut redouter que peu de Guyanais en bénéficieront. Il n’est de surcroît absolument pas prévu que les tankers passent par Cayenne, et il ne faut donc pas compter sur un éventuel développement du port ou d’activités liées à la transformation du pétrole sur place. Par ailleurs, on fait miroiter des retombées fiscales... mais les garanties manquent cruellement.

Nous sommes manifestement très loin des principes du développement économique endogène, qui, pour assurer l'avenir du pays, chercherait plutôt à en protéger les ressources halieutiques et les possibilités de projets agro-forestiers, qui représentent les revenus futurs du pays. Alors que le pétrole est clairement une ressource énergétique du passé, à laquelle notre addiction nous pousse à en rechercher toujours plus profond, dans des conditions de plus en plus risquées, la Guyane peut aujourd'hui faire le choix de se tourner vers la production d'énergies renouvelables, pour lesquelles elle présente un fort potentiel (biomasse, solaire, éolien, géothermie, hydraulique, énergie marine), et qui représentent des filières potentiellement riches en emplois locaux.

Enfin, les arrêtés préfectoraux donnant acte de la déclaration de l’ouverture des travaux (pour quatre forages exploratoires et une étude sismique) ont bien été signés le 9 mai. Ils ont été suivis de deux arrêtés dits de prescriptions particulières signés le 20 juin 2012 (voir ici et ici). Il nous paraît inacceptable que ces seconds arrêtés ne conditionnent pas l'autorisation des travaux au non rejet d’hydrocarbures dans la mer. Or la technique de forage utilisée par Shell – qui le reconnaît – provoque le rejet de boues de forage toxiques. C’est contraire au Code de l’environnement (article L218-32). Il était possible, et selon nous indispensable, de conditionner l'autorisation des travaux au respect du Code de l'environnement, ce qui aurait été la moindre des choses!

Les décisions d’intérêt général, mettant en danger ces territoires et des populations, ne peuvent être prises sous l’influence des lobbies privés. Les pouvoirs publics doivent exiger la mise en place d’une expertise indépendante et dans l'attente de ces résultats, il faut qu’une vraie concertation soit menée avec la population, tout en exigeant l’utilisation de techniques de forage non polluantes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza