Billet de blog 11 juil. 2018

Objectifs du développement durable: pour des engagements à la hauteur des enjeux!

Le gouvernement français participe au Forum politique de haut niveau, pour la mise en oeuvre des Objectifs de Développement Durable, du 16 au 18 juillet prochain. De nombreux acteurs associatifs faisant partie du CRID (Centre de recherche et d’information sur le développement) attendent que les engagements de la France soient à la hauteur des enjeux et rappellent qu'« une société de droits effectifs n’est possible que si elle s’appuie sur des politiques de solidarité ambitieuses et des services universels accessibles à tou.te.s. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que les inégalités n’ont jamais été aussi fortes dans le monde, la participation du gouvernement français au Forum politique de haut niveau, principal pôle de l'ONU pour l'examen des progrès accomplis dans la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable (ODD), du 16 au 18 juillet prochain, est très attendue par les associations de solidarité internationale. Que souhaiterions-nous alors entendre de sa part ?

Le CRID (Centre de recherche et d’information sur le développement), qui regroupe plusieurs dizaines d’acteurs associatifs actifs au quotidien, en France comme dans les pays du Sud, pour assurer l’accès effectif aux droits (subsistance, santé, eau, éducation, formation, logement, justice, asile…) attend que les engagements de la France soient à la hauteur.

L’adoption par l’ONU en 2015 de 17 objectifs pour un développement durable (ODD) à réaliser pour 2030, qui couvrent l’essentiel des droits universels de la déclaration du 10 décembre 1948 (70 ans déjà), crée une attente immense tant les enjeux sont cruciaux pour l'ensemble des pays de la planète, y compris pour l’accès aux droits en France.

Alors que le gouvernement a pris la décision d’augmenter l’aide publique au développement pour qu’elle passe de 0,35 à 0,55 % du PNB dans cinq ans (l’engagement de la communauté internationale est de 0,7 % et cinq pays européens contribuent par 1 %), nous serons très attentifs aux choix annoncés pour l’utilisation de ces financements.

La globalisation économique a montré comment toutes nos sociétés sont en interdépendance et donc en relation. La prédation des matières premières s’intensifie. L’emploi industriel, en recul au Nord, se développe au Sud avec là, comme ici, davantage de précarités. L’industrie agroalimentaire mondialisée met en danger des centaines de millions de paysans et l’accès à une alimentation de qualité à prix abordable. L’organisation des systèmes éducatifs favorise les besoins en cadres des pays déjà plus forts. Sans remettre en cause les pures logiques du marché, il n’y a pas d’accès universel aux médicaments possibles.

Cet agenda 2030 nous permet de mieux appréhender les interrelations qui existent entre inégalités économiques, sociales et environnementales. Les inégalités économiques sont un facteur d’insoutenabilité avec des impacts sur la santé et l’environnement, et les dérèglements environnementaux renforcent les inégalités et les tensions sociales.

Devant ces constats et pour une réelle solidarité internationale, le gouvernement ne doit pas s’arrêter à l’objectif d’une société d’égales opportunités. Nous considérons qu’une société de droits effectifs n’est possible que si elle s’appuie sur des politiques de solidarité ambitieuses et des services universels accessibles à tou.te.s.

Des affirmations répétées du Président de la République nous amènent à poser des questions : l’aide publique au développement ira-t-elle d’abord à des intérêts économiques particuliers dans l’espoir qu’ils donneront lieu in fine à une « juste » distribution spontanée ? S’engagera-t-elle résolument en faveur de l’accès des populations aux droits fondamentaux (éducation, santé, alimentation) ? Le gouvernement français, et avec lui l’Union européenne, accepteront-ils de ne pas utiliser les financements de l’aide au développement pour la lutte contre les migrations et pour la sécurité ?

Cette année la France produira un « point d'étape » à l'occasion du forum de haut niveau. Dans un an, devant cette même tribune, l’opportunité est faite devant les Etats et les acteurs de la société civile de s'affirmer sur les priorités de la France et rendre compte de l'avancement de l’Objectif 10 visant à réduire les inégalités au sein de chaque pays et entre les pays.

Nous attendons que le gouvernement français soit à la hauteur du message universel porté par les ODD en les appliquant aussi en France avec le même niveau d’exigence. Alors que l’accès aux droits fondamentaux n’y est pas assuré pour chacun.e, les politiques d’austérité et de rationalisation et démantèlement des services universels ne peuvent que continuer d’accroître les inégalités. Il faut sortir d’une situation créée par trente ans de politiques dites « ciblées » qui ont généré de l’insécurité sociale et sa conséquence de replis identitaires qui voient dans l’exclusion des droits de l’autre une façon d’avoir l’accès au droit pour soi.

Enfin, nous disons qu’en France et dans les pays bénéficiaires de l’aide publique au développement, le gouvernement doit redéfinir son rapport avec la « société civile » et travailler avec les organisations qui défendent les valeurs d’égalité, de solidarité, d’inclusivité, de processus démocratique.

Lorsqu’elles s’organisent autour de ces valeurs, la volonté et la capacité des sociétés civiles d’être des acteurs clefs pour la construction de sociétés résilientes, fraternelles, pacifiques, solidaires, ne sont plus à démontrer. Retrouverons-nous « l’appui sur » et « l’appui à » la société civile comme un élément central dans l’approche présidentielle ?

Finalement, l’orientation de l’APD française ira-t-elle aux renforcements des droits que mettent en avant les ODD ? Appuiera-t-elle la lutte contre toutes les composantes de la pauvreté ? Rien n’est moins sûr. Rendez-vous le 18 juillet pour la réponse.

Ont déjà signé :

Malik Salemkour, Président Ligue des Droits de l’Homme

Emmanuel Poilane, directeur général de la Fondation France Libertés

Birthe Pedersen, présidente ActionAid France

Anne Chassaing et Daniel Beauchêne, co-présidents de la Fédération Artisans du Monde

Bernard Salamand, délégué général Ritimo

Clotilde Bato, déléguée générale SOL Alternatives Agroécologiques et Solidaires

Vaia Tuuhia, déléguée générale 4D

Fabien Cohen, secrétaire général France Amérique Latine

Jean-Louis Marolleau, secrétaire général Réseau Foi et Justice Afrique Europe

Benoît Faucheux, délégué général du CCFD – Terre Solidaire

Mohammed Bazza, président du Réseau IDD

Roland Nivet et Edith Boulanger, porte-parole du Mouvement de la Paix

Sébastien Gondron, Président d’Ingénieurs sans frontières (ISF)

Jean-Clair Michel, président de la Maison des Citoyens du Monde 44

Collectif Sarthois pour une Terre plus Humaine

Mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Palestine
Israël envoie l’armée contre sept ONG palestiniennes et provoque un tollé
En pleine campagne électorale, le ministre de la défense israélien a donné son feu vert à une opération militaire en Cisjordanie contre sept organisations majeures de la société civile palestinienne. Des consuls européens et des experts de l’ONU réaffirment leur soutien aux organisations ciblées.
par Sarah Benichou
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal
Rénovation thermique des bâtiments : les bailleurs sociaux à la peine
Un rapport que vient de publier l’Agence nationale de contrôle du logement social montre que seuls 6,8 % du parc social ont fait l’objet d’une rénovation thermique ces dernières années, avec des résultats en matière de performances énergétiques encore très insuffisants.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé