Billet de blog 11 nov. 2008

Obamania: paradoxes et contradictions

Le monde entier attend d'Obama qu'il bouleverse la donne mondiale et règle ses problèmes? «Bienvenue dans la continuité», écrit Materneau Chrispin, expert en relations internationales. Et il explique pourquoi il faut tempérer l'enthousiasme qu'a suscité cette élection.

Materneau Chrispin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le monde entier attend d'Obama qu'il bouleverse la donne mondiale et règle ses problèmes? «Bienvenue dans la continuité», écrit Materneau Chrispin, expert en relations internationales. Et il explique pourquoi il faut tempérer l'enthousiasme qu'a suscité cette élection.

© 

Ca y est Barack Obama est parvenu à se faire élire président de « la nation la plus puissante sur la face de la terre ». Sa campagne électorale formidable et son élection ont soulevé un engouement et un enthousiasme sans précédent tant aux Etats-Unis que dans le monde. L'obamania est mondiale. Chacun y projette ses attentes, ses désirs ou ses espoirs. Beaucoup en Europe souhaitent que le nouveau président adopte une politique étrangère axée sur le multilatéralisme. On peut facilement y déceler un désir que, ce faisant, Obama tienne compte davantage des idées et des options de l'Europe dans la gestion des affaires mondiales. Et le plus possible sans jouer des rivalités entre la « veille et la nouvelle Europe », selon la fameuse formule de l'ancien secrétaire américain à la défense Donald Rumsfeld. La coopération espérée par le continent favoriserait la reconnaissance par les Etats-Unis d'un plus grand rôle politique de l'Europe dans le monde. Ce qui à son tour renforcerait et faciliterait la construction de l'Europe politique qui tarde à se matérialiser vraiment.

Certains pays, notamment dans le tiers-monde espère que les Etats-Unis d'Obama seront plus attentifs à leurs problèmes de développement ou faciliteront la recherche de solutions à leurs problèmes de guerre, de pauvreté ou environnementaux. Si seul le temps nous permettra de vérifier le bien-fondé de tels espoirs, je trouve ces espérances complètement démesurées. Tout ceci me fait penser à la communion universelle (ou à l'hystérie collective, c'est selon) qu'on a pu observer lors de l'entrée dans ce nouveau millénaire. On a formé tous les vœux pieux et espéré si fortement que le changement de siècle nous changerait radicalement et qu'on se mettrait tous à travailler ensemble pour la solution des grands problèmes de la planète dans une nouvelle fraternité et dans une solidarité sans faille. Force est de constater que le siècle a changé, l'écume est retombée et que nous sommes restés ce que nous nous sommes accoutumés à être. Bienvenue dans la continuité.

La popularité mondiale et la spécificité historique de l'élection d'Obama s'expliquent en grande partie, pour beaucoup, par le fait qu'il soit le premier noir a accédé à une telle fonction prestigieuse dans un pays où il y a une cinquantaine d'années la couleur de la peau était la base d'un système légal de ségrégation entre ses différentes composantes ethniques. On se doit de reconnaître que cette élection est une preuve de plus de la vitalité des Etats-Unis d'Amérique et de la capacité de ce pays à faire des progrès énormes dans tous les domaines et à se réinventer. Ces traits de la société américaine sont à saluer et même à louer. Toutefois, la charge symbolique de cet évènement tant elle me parait énorme, profonde pour les Américains, tant elle me semble exagérée quand elle est extrapolée à d'autres pays.

Et c'est là, l'un des premiers paradoxes qu'on peut identifier dans le phénomène Obama. Des sondages réalisés un peu partout dans le monde ont montré qu'une majorité écrasante de personnes voteraient pour Obama, s'ils le pouvaient. L'une des raisons d'un tel vote est liée au fait que justement d'un point de vue symbolique l'élection d'un Obama représente beaucoup pour les Etats-Unis. Elle donne l'image de l'Amérique que « nous aimons » aimer. Elle signifie aussi un progrès pour l'humanité.

En lisant les résultats de tels sondages, on ne peut s'empêcher de se demander si ces mêmes personnes voteraient pour un candidat issu d'une minorité ethnique (ou même d'une majorité ethnique, pour certains pays. Je pense ici notamment aux populations indigènes en Amérique du Sud) qui a été si récemment encore l'objet d'une

* Materneau Chrispin, expert en relations internationales, est diplômé de l'Académie de droit international de la Haye.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com