Billet de blog 14 avr. 2015

Dans les transports #GareAuxRelous

« Le harcèlement de rue (...) est une manifestation du patriarcat, pas une fatalité », martèle le jeune collectif Stop Harcèlement de Rue alors que se déroule du 13 au 19 avril une semaine internationale destinée à mettre fin au harcèlement sexiste dans les espaces publics. 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le harcèlement de rue (...) est une manifestation du patriarcat, pas une fatalité », martèle le jeune collectif Stop Harcèlement de Rue alors que se déroule du 13 au 19 avril une semaine internationale destinée à mettre fin au harcèlement sexiste dans les espaces publics. 


La semaine internationale contre le harcèlement de rue se déroule du 13 avril au 19 avril 2015. Des militant-es anti sexistes du monde entier seront dans la rue pour rencontrer les passants, sensibiliser et faire réagir les acteurs et les pouvoirs publics. C’est seulement la deuxième année que des organismes français participent à cet événement. L’an dernier, le tout jeune collectif Stop Harcèlement de Rue avait profité de cette initiative pour se lancer en descendant dans la rue.

Il était né de cette simple prise de conscience : le harcèlement de rue, de plus en plus dénoncé, est une manifestation du patriarcat, pas une fatalité. Il existe des moyens de le stopper et d’insuffler un changement des mentalités pour un espace public partagé à égalité.
Stop Harcèlement de Rue a permis, par ses actions, de faire prendre conscience largement du phénomène. Les femmes, les gays, bi, et trans, particulièrement les jeunes, se sont emparé de la question. Le collectif a ainsi participé, à sa modeste échelle, à une mobilisation de personnes qui n’étaient pas engagées dans le féminisme jusqu’à lors. En portant la question du sexisme dans l’espace et l’agenda public, nous avons permis que le harcèlement de rue devienne un vrai sujet médiatique et politique. De nombreux partenariats sont en cours d’élaboration, des campagnes de prévention pourraient être mises en œuvre dans plusieurs villes, voire au niveau national.
Après le succès de nos actions de sensibilisation dans le métro, où nous avons donné des conseils pour réagir à plusieurs milliers de personnes, le ministère des transports et le secrétariat d’Etat à aux droits des femmes se sont emparé du problème. Le 16 avril, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE-fh) rendra un avis sur le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun. Nous avons proposé des mesures (signalisation, campagne de messages sonores, plateforme de témoignages, etc), qui pourraient changer les trajets de nombreuses personnes.
L’action des pouvoirs publics est indispensable à l’évolution des pratiques et des mentalités. Elle ne saurait se suffire à elle-même. Stop Harcèlement de Rue tient à la convergence des associations qui luttent contre le sexisme pour qu’elles proposent des démarches d’éducation populaire. Les stages pour développer des compétences de réaction se multiplient, les actions de réappropriation de l’espace public ou les réflexions sur l’urbanisme doivent se poursuivre.  Nous continuerons de développer des espaces de sensibilisation (festivals, bars, soirées étudiantes, etc), des ateliers dans les collèges et lycées, de la sensibilisation dans les transports. Les citoyen-nes peuvent, par leurs échanges et leurs réflexions, contribuer au changement de regard.
Cette semaine nous proposons une dizaine d’événements à Lyon, Lille et Paris.
Venez nous retrouver et ensemble mettons fin au harcèlement sexiste dans les espaces publics !

http://www.stopharcelementderue.org/
Notre page Facebook

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprises à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz