Billet de blog 14 déc. 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

«Défendre les libertés, c’est combattre le terrorisme»

«Défendre la liberté c’est combattre le terrorisme !» tel est le credo des trois associations Russie-Libertés, Syrie Liberté et Ukraine Action. Mais pas à n'importe quel prix. «Nous demandons donc aux États d’agir dans le cadre du droit international, de l’ONU et de son Conseil de sécurité, dont la Russie fait partie, en respectant les droits fondamentaux de toutes les populations concernées».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les attaques en France le 13 novembre 2015, l’attentat contre un avion civil russe au-dessus du Sinaï le 29 octobre dernier, les attentats en Turquie, au Liban, au Nigéria et au Mali ont un point commun : le terrorisme. Les organisations aux relents totalitaires qui utilisent ces méthodes visent à semer le chaos pour mieux promouvoir leur modèle : la destruction de la démocratie et de l’Etat de droit, l’effacement des libertés fondamentales et des droits des hommes et des femmes et, finalement, la négation de la vie au profit de la haine.

Aujourd’hui, nous souhaitons exprimer notre solidarité et notre compassion pour toutes les victimes innocentes du terrorisme. Nos pensées vont à leurs familles et à leurs proches. Dans ce contexte difficile où nous pleurons encore les morts et blessés des récentes tragédies, et alors que les forces du repli se préparent déjà à profiter des tragédies pour promouvoir leurs projets, nous lançons un appel. Nous appelons les responsables politiques et la communauté internationale à ne pas sacrifier les droits et libertés des citoyens sur l’autel de la lutte contre le terrorisme.

Selon nous, assurer réellement la sécurité de la population passe nécessairement par un renforcement du respect des droits humains de tous, et non par leur progressive érosion. C’est la raison pour laquelle les récents efforts déployés pour bâtir une coalition internationale contre Daech en Irak et en Syrie, ne doivent pas faire perdre de vue l’essentiel : d’un côté, la défense des libertés dans les pays concernés, de l’autre, le respect du droit humanitaire international et la protection des populations civiles.

La création de cette coalition passe nécessairement par l'étape de choix des alliés. Nous rappelons à cet égard que le régime de Vladimir Poutine soutient et finance des groupes armés qui ont pris par la force le pouvoir dans l'est de l'Ukraine, ainsi que des régimes qui sèment la terreur, comme celui de Ramzan Kadyrov en Tchétchénie, ou de Bachar el-Assad en Syrie. Or ce dernier est responsable de la plupart des morts civiles survenues sur le territoire de la Syrie depuis la répression sanglante des manifestations pacifiques en 2011. Cette terreur du pouvoir autoritaire de Bachar el-Assad est une des causes de l’essor du terrorisme. Le régime de Vladimir Poutine est son complice.

La constance avec laquelle le Kremlin soutient des régimes autoritaires est aussi celle avec laquelle il dénigre le droit international. L'annexion de la Crimée, condamnée par l’ONU, et récemment, l’affirmation par la Douma de la primauté des lois russes devant les normes internationales, montre que le régime russe s’éloigne progressivement du camp des pays démocratiques. Il est donc légitime de se poser la question sur la fiabilité du Kremlin en tant qu'allié.

Nous demandons donc aux États d’agir dans le cadre du droit international, de l’ONU et de son Conseil de sécurité, dont la Russie fait partie, en respectant les droits fondamentaux de toutes les populations concernées. Il est inacceptable que quelconque alliance se fasse au prix d'un silence sur la falsification systématique des élections, une corruption généralisée, l’étouffement de l’opposition et de la société civile, l’encouragement de la haine de l’autre, la création d’ennemis intérieurs et extérieurs et les violations du droit international, des droits et libertés des citoyens. Agir autrement que dans le cadre du droit international serait non seulement une erreur irréparable mais aussi une défaite face à ceux qui veulent détruire toute forme d’État de droit, de liberté et de citoyenneté.

Dans cette épreuve et face à ces tragédies nous appelons les peuples à se rapprocher, à faire preuve de solidarité et d’entraide mutuelle et à se battre ensemble pour défendre nos libertés.

Défendre la liberté c’est combattre le terrorisme !

Les signataires :

Russie-Libertés

Souria Houria (Syrie Liberté)

Ukraine Action

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol