Billet de blog 14 déc. 2018

Il est urgent d’instaurer un revenu maximum

Il y a dix ans, un petit groupe d'activistes, dont Julien Bayou, Manuel Domergue, Karima Delli ou Benjamin Joyeux, avaient créé le collectif Sauvons les Riches, qui avait fait parler de lui en faveur du revenu maximum. Pour "fêter" cet anniversaire, le collectif revient sur le chemin parcouru depuis.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a dix ans, à quelques mois des élections européennes de mai 2009, nous étions quelques-un-e-s au sein d’un petit groupe d’activistes écolos (dans et hors parti) à décider de créer le collectif Sauvons les riches.

Nous partions d’un constat simple, (alors parfaitement décrit dans le livre d’Hervé Kempf qui nous avait inspiré – Comment les riches détruisent la planète): le mode de vie des ultra riches, censé être enviable par tous, est totalement incompatible avec les exigences écologiques nécessaires à notre temps.

Il fallait donc arrêter de les envier mais plutôt les plaindre et commencer à les soigner, avec humour et bienveillance. Et notre proposition politique était simple elle aussi : il fallait instaurer un revenu maximum, pour lutter concrètement à la fois contre l’explosion des inégalités sociales et contre le changement climatique. Justice sociale et justice climatique constituaient instinctivement à nos yeux les deux facettes de la même médaille.

Nous sommes donc partis à l’époque à l’assaut de quelques citadelles des ultra riches pour leur demander de signer notre pétition pour un revenu maximum : pique-nique improvisé au Bristolabordage festif d’un yacht déguisés en pirates, distribution de pantoufles d’or en plein conseil d’administration de Natixis, remise d’un diplôme de « fils à Papa » à Jean Sarkozy en plein Rotary Club, etc.

Sur le mode humoristique, ces actions abordaient un sujet très sérieux : arrêter de laisser filer les inégalités, car elles finiraient par tous nous mener à l’abîme, et financer la transition écologique en commençant par faire participer les plus riches pour qu’elle soit acceptée par tous. Nous avons eu durant quelques mois une très forte couverture médiatique et l’une d’entre nous fut même élue à la surprise générale députée européenne sur la liste Europe Ecologie en juin 2009. Mais de revenu maximum, il ne fut ensuite plus vraiment question.

Dix ans après, nous voyons exploser la colère sociale partout en France, avec l’émergence des Gilets Jaunes. Que nous disent-ils ? Qu’ils n’en peuvent plus, qu’ils n’arrivent pas à finir le mois et souvent même à le commencer, qu’ils ont l’impression d’une immense injustice, de plus en plus flagrante, avec d’un côté une petite classe aisée et des entreprises du CAC 40 qui ne se sont jamais aussi bien portées, et de l’autre une immense majorité de classes moyennes et populaires voyant leurs revenus stagner depuis des années alors que tout augmente. Et c’est la taxe carbone sur le diesel qui vient faire déborder toute la colère accumulée, faisant de plus passer la transition écologique pour une injustice sociale.

Il faut désormais des mesures fortes pour faire redescendre le niveau de violence insurrectionnelle qui ne profite à personne, exceptée la droite extrême. Les dernières propositions du président Macron, comme l’augmentation du SMIC de 100 euros, semblent plus à cet égard être des miettes distribuées aux « manants » qu’une vraie réponse à cette énorme colère sociale en cours.

Or le revenu maximum fait partie des revendications des Gilets Jaunes, un revenu qui n’excéderait pas 15 000 euros mensuels (proposition 22). Cette somme, si elle paraît bien faible pour un certain nombre de cadres et dirigeants, est pourtant astronomique pour une immense majorité de Français, à l'heure où 93% des salariés gagnent moins de 5000 euros par mois et où neuf millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. 

Le revenu maximum est loin d’être une mesure utopique. Bien au contraire, c’est l’absence de plafond de revenu qui constitue une exception historique. Rappelons qu’aux Etats-Unis par exemple, pays pas vraiment réputé pour sa rapacité fiscale à l’égard des plus riches, des années 30 jusqu’en 1980, jamais le taux supérieur de l’impôt pour les plus fortunés ne descendit en dessous de 70 %, et il fut en moyenne à plus de 80 %.

Puis à partir des années 1980, on ne jura plus que par le laissez-faire. Il fallait laisser les riches s’enrichir, et compter sur le « trickle down effect », en Français le « ruissellement », pour que les pauvres finissent automatiquement par en profiter aussi. Or cette jolie fable néolibérale ne résista bientôt plus à l’épreuve des faits, comme le montrèrent notamment les travaux d’économistes comme Thomas Piketty. Les inégalités explosèrent jusqu’à devenir insoutenables. Et pourtant la majorité actuelle autour d’Emmanuel Macron, semblant avoir manqué le train de l’Histoire, continue de nourrir la fable du ruissellement.

Nous en sommes là, et les Gilets Jaunes, à l’instar de l’ensemble des Français, l’ont parfaitement compris. L’ONG Oxfam nous indiquait par exemple l’année dernière que la richesse des milliardaires français avait été multipliée par trois en 10 ans et que 32 milliardaires français possédaient en 2017 autant que les 40 % les plus pauvres de la population française.

Il y a 10 ans, avec Sauvons les Riches, cette situation nous paraissait déjà tellement absurde et injuste que nous préférions en rire. Aujourd’hui, étant donnés l’état de la planète et la violence latente engendrée par toutes ces inégalités, il n’est plus temps de rire. Alors il faut comme le réclament les Gilets Jaunes rétablir l’intégralité de l’ISF, mais il faut surtout adopter d’urgence cette mesure de bon sens qu’est le revenu maximum. Une tranche d'impôt confiscatoire à plus de 90% dès que l'on dépasse les 15 000 euros. Ça va, avec une telle somme, on peut encore se permettre un petit Bristol de temps en temps. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-et-un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale