Il est urgent d’instaurer un revenu maximum

Il y a dix ans, un petit groupe d'activistes, dont Julien Bayou, Manuel Domergue, Karima Delli ou Benjamin Joyeux, avaient créé le collectif Sauvons les Riches, qui avait fait parler de lui en faveur du revenu maximum. Pour "fêter" cet anniversaire, le collectif revient sur le chemin parcouru depuis.

Il y a dix ans, à quelques mois des élections européennes de mai 2009, nous étions quelques-un-e-s au sein d’un petit groupe d’activistes écolos (dans et hors parti) à décider de créer le collectif Sauvons les riches.

Nous partions d’un constat simple, (alors parfaitement décrit dans le livre d’Hervé Kempf qui nous avait inspiré – Comment les riches détruisent la planète): le mode de vie des ultra riches, censé être enviable par tous, est totalement incompatible avec les exigences écologiques nécessaires à notre temps.

Il fallait donc arrêter de les envier mais plutôt les plaindre et commencer à les soigner, avec humour et bienveillance. Et notre proposition politique était simple elle aussi : il fallait instaurer un revenu maximum, pour lutter concrètement à la fois contre l’explosion des inégalités sociales et contre le changement climatique. Justice sociale et justice climatique constituaient instinctivement à nos yeux les deux facettes de la même médaille.

Nous sommes donc partis à l’époque à l’assaut de quelques citadelles des ultra riches pour leur demander de signer notre pétition pour un revenu maximum : pique-nique improvisé au Bristolabordage festif d’un yacht déguisés en pirates, distribution de pantoufles d’or en plein conseil d’administration de Natixis, remise d’un diplôme de « fils à Papa » à Jean Sarkozy en plein Rotary Club, etc.

Sur le mode humoristique, ces actions abordaient un sujet très sérieux : arrêter de laisser filer les inégalités, car elles finiraient par tous nous mener à l’abîme, et financer la transition écologique en commençant par faire participer les plus riches pour qu’elle soit acceptée par tous. Nous avons eu durant quelques mois une très forte couverture médiatique et l’une d’entre nous fut même élue à la surprise générale députée européenne sur la liste Europe Ecologie en juin 2009. Mais de revenu maximum, il ne fut ensuite plus vraiment question.

Dix ans après, nous voyons exploser la colère sociale partout en France, avec l’émergence des Gilets Jaunes. Que nous disent-ils ? Qu’ils n’en peuvent plus, qu’ils n’arrivent pas à finir le mois et souvent même à le commencer, qu’ils ont l’impression d’une immense injustice, de plus en plus flagrante, avec d’un côté une petite classe aisée et des entreprises du CAC 40 qui ne se sont jamais aussi bien portées, et de l’autre une immense majorité de classes moyennes et populaires voyant leurs revenus stagner depuis des années alors que tout augmente. Et c’est la taxe carbone sur le diesel qui vient faire déborder toute la colère accumulée, faisant de plus passer la transition écologique pour une injustice sociale.

Il faut désormais des mesures fortes pour faire redescendre le niveau de violence insurrectionnelle qui ne profite à personne, exceptée la droite extrême. Les dernières propositions du président Macron, comme l’augmentation du SMIC de 100 euros, semblent plus à cet égard être des miettes distribuées aux « manants » qu’une vraie réponse à cette énorme colère sociale en cours.

Or le revenu maximum fait partie des revendications des Gilets Jaunes, un revenu qui n’excéderait pas 15 000 euros mensuels (proposition 22). Cette somme, si elle paraît bien faible pour un certain nombre de cadres et dirigeants, est pourtant astronomique pour une immense majorité de Français, à l'heure où 93% des salariés gagnent moins de 5000 euros par mois et où neuf millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. 

Le revenu maximum est loin d’être une mesure utopique. Bien au contraire, c’est l’absence de plafond de revenu qui constitue une exception historique. Rappelons qu’aux Etats-Unis par exemple, pays pas vraiment réputé pour sa rapacité fiscale à l’égard des plus riches, des années 30 jusqu’en 1980, jamais le taux supérieur de l’impôt pour les plus fortunés ne descendit en dessous de 70 %, et il fut en moyenne à plus de 80 %.

Puis à partir des années 1980, on ne jura plus que par le laissez-faire. Il fallait laisser les riches s’enrichir, et compter sur le « trickle down effect », en Français le « ruissellement », pour que les pauvres finissent automatiquement par en profiter aussi. Or cette jolie fable néolibérale ne résista bientôt plus à l’épreuve des faits, comme le montrèrent notamment les travaux d’économistes comme Thomas Piketty. Les inégalités explosèrent jusqu’à devenir insoutenables. Et pourtant la majorité actuelle autour d’Emmanuel Macron, semblant avoir manqué le train de l’Histoire, continue de nourrir la fable du ruissellement.

Nous en sommes là, et les Gilets Jaunes, à l’instar de l’ensemble des Français, l’ont parfaitement compris. L’ONG Oxfam nous indiquait par exemple l’année dernière que la richesse des milliardaires français avait été multipliée par trois en 10 ans et que 32 milliardaires français possédaient en 2017 autant que les 40 % les plus pauvres de la population française.

Il y a 10 ans, avec Sauvons les Riches, cette situation nous paraissait déjà tellement absurde et injuste que nous préférions en rire. Aujourd’hui, étant donnés l’état de la planète et la violence latente engendrée par toutes ces inégalités, il n’est plus temps de rire. Alors il faut comme le réclament les Gilets Jaunes rétablir l’intégralité de l’ISF, mais il faut surtout adopter d’urgence cette mesure de bon sens qu’est le revenu maximum. Une tranche d'impôt confiscatoire à plus de 90% dès que l'on dépasse les 15 000 euros. Ça va, avec une telle somme, on peut encore se permettre un petit Bristol de temps en temps. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.