Billet de blog 16 avr. 2014

France Médias Monde et les valeurs de la République

Les responsables d'Africa n°1, Beur FM et Radio Orient répondent aux attaques de la présidente de France Médias Monde contre leurs radios indépendantes, critiquant sa volonté de voir attribuer des fréquences nationales à RFI et Monte Carlo Doualiya pour en faire des « facilitateurs d’intégration » pour les immigrés à leur place.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les responsables d'Africa n°1, Beur FM et Radio Orient répondent aux attaques de la présidente de France Médias Monde contre leurs radios indépendantes, critiquant sa volonté de voir attribuer des fréquences nationales à RFI et Monte Carlo Doualiya pour en faire des « facilitateurs d’intégration » pour les immigrés à leur place.


Marie-Christine Saragosse, la dynamique présidente de France Médias Monde, la holding qui regroupe France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya a décidé que le vaste monde ne suffisait plus aux ambitions de l’audiovisuel extérieur de la France.

Elle fait campagne auprès du gouvernement, des parlementaires, du Conseil supérieur de l’audiovisuel afin que ses deux radios, dont la mission est internationale, obtiennent des fréquences dans l’hexagone. Elle veut faire de RFI et Monte Carlo Doualiya des « facilitateurs d’intégration » pour les immigrés. Du bout du monde au bout du quartier. Afin de justifier ce grand écart, Madame Saragosse a déclaré devant les sénateurs, pointant les radios qui remplissent aujourd’hui cette mission en vertu d’autorisations délivrées par le CSA, qu’« elles ne partagent pas forcément nos valeurs » !

Les grands mots sont lâchés. La République est en danger. 

Mais qui sont donc ces radios, nos radios qui mériteraient tant d’opprobre ? 

Africa N°1, Beur FM, Radio Orient.

Leurs noms racontent l’histoire et les routes de l’immigration. Elles accompagnent depuis plus de vingt ans la vie quotidienne de centaines de milliers d’auditeurs et participent activement à l’intégration des personnes d’origine étrangère tout en menant le combat contre le racisme et tous les extrémismes. 

Elles ont su attirer et former des professionnels, journalistes, reporters, techniciens connus et reconnus, elles vivent des recettes publicitaires que leur procure leur audience. Elles ne demandent rien à personne si ce n’est de pouvoir être écoutées là où on les attend, à Marseille, à Lyon, à Strasbourg ou Lille. Leur rôle pacificateur a été salué lors des émeutes de banlieue, les candidats aux municipales 2014 se sont succédé une fois de plus devant leurs micros. Jamais le CSA ne leur a adressé le moindre reproche, des révolutions arabes aux innombrables crises africaines. Peu importe à France Médias Monde. Ce qui vient d’une certaine partie du monde est forcément loin de nos valeurs républicaines.

Non, Madame Saragosse, la conquête illégitime de fréquences en France, dans un contexte de pénurie de la ressource qui empêche les radios indépendantes de se développer, ne peut pas tout excuser. 

Notre éducation républicaine nous retient de répondre sur le même ton aux attaques. Mais notre vigilance reste intacte.

Dominique Guihot, président directeur général d'Africa N°1 Paris
Nacer Kettane, président fondateur de Beur FM
Jamil Shalak, président de Radio Orient

Africa N°1, Beur FM et Radio Orient sont adhérents du groupement Les Indés Radio, qui regroupe 128 radios indépendantes en France 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila