Billet de blog 16 mai 2011

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Français du monde : une chance pour la France

En s'en prenant à la double nationalité, la droite «s'acharne à saper les fondements mêmes de notre unité nationale», regrette Pouria Amirshahi, secrétaire national à la coopération, à la francophonie et aux droits de l'Homme du Parti socialiste.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En s'en prenant à la double nationalité, la droite «s'acharne à saper les fondements mêmes de notre unité nationale», regrette Pouria Amirshahi, secrétaire national à la coopération, à la francophonie et aux droits de l'Homme du Parti socialiste.

-------------

Les récentes déclarations de Claude Goasguen et Thierry Mariani, suggérant de limiter voire d'interdire la pluri-nationalité, sont un signe supplémentaire de la montée de la xénophobie au sein de la droite française. Mais elles ne sont pas que cela: après quatre ans de stigmatisation insupportable et continue des étrangers, voilà que la majorité s'en prend directement à ses propres compatriotes. Car qui sont les bi-nationaux, si ce n'est aussi... des Français, égaux en droits et en devoirs à l'égard et au sein de notre patrie républicaine?

Pour comprendre comment la majorité UMP a reformulé sa pensée en la matière, il faut se remémorer la grande stratégie de communautarisation, théorisée par la nouvelle droite depuis les années 70 et largement véhiculée par le Front national. Plutôt que de cultiver un discours ouvertement raciste, ces nouveaux militants réactionnaires avaient utilisé la fameuse tactique dite de la «triangulation». Elle consiste à reprendre à son compte les thèses de l'adversaire (en l'occurrence celle du «droit à la différence» invoquée par une partie de la gauche pour vanter la nature «mélangée» du peuple français) pour en faire un axiome inversé dans sa propre pensée. Ainsi, puisqu'il faut reconnaître le droit à la différence, commençons par énoncer qu'en effet, les «Français de souche» ont, eux aussi, le droit d'affirmer les leurs. Que «nous» ne sommes pas pareils que «eux». Et de prendre pour fausses preuves toutes ces «façons de vivre», ces violences plus répandues chez «eux» que chez «nous» («ici» comme «là-bas»), etc. La rhétorique vise à «démontrer» l'incompatibilité de cultures...

Et c'est ainsi que nous sommes passés peu à peu du droit à la différence à... la différence des droits pour laquelle plaide désormais ouvertement la droite française (projet d'exclusion de l'aide médicale d'Etat, restrictions injustifiées à l'accès à de nombreux emplois, etc.). La facilité avec laquelle cette idéologie différentialiste progresse en France (1) est tout simplement effrayante. Non seulement nous assistons depuis quelques années à une négation de la citoyenneté française, fondée sur l'universalisme et l'égalité mais de nombreux Français se sont vus assignés à résidence communautaire comme, par exemple, beaucoup de nos compatriotes «supposés» musulmans et croyants... rayant ainsi d'un trait de plume leur identité pourtant on ne peut plus française. Ces «Français noirs» qui prendraient trop de place sur le terrain de football (au détriment de qui? de Français?), ces Français «arabes» qui seraient habités par la délinquance (qui mène tout droit au terrorisme comme chacun sait!)...

Voilà donc les ennemis de l'intérieur! Il y aurait ainsi, parmi les Français, des centaines de milliers de possibles «traîtres à la patrie»! Se repliant résolument sur une vision rabougrie de la seule France métropolitaine, les nouveaux avocats de la «vraie nationalité» montrent désormais du doigt d'autres français au prétexte qu'ils auraient une, voire deux autres nationalités. La discrimination fondée sur le préjugé et/ou la xénophobie n'est hélas pas neuve: beaucoup de nos compatriotes, pourtant français en droit comme en histoire (depuis au moins une ou deux générations), se sont vu fermer les portes de leur propre administration ou de leurs propres entreprises, etc. Ce soubassement raciste des pratiques discriminantes et vexatoires a produit chez eux un sentiment qui mêle doute et rage. Comment peut-il d'ailleurs en être autrement quand vous êtes derechef privés d'une part de vous même? Alors, bien sûr, à force d'être renvoyé à ses origines et rejeté dans son propre pays... on finit parfois à s'abandonner à une autre identité, même quand il s'agit de celle des parents et des grands-parents, du moment qu'elle soit plus apaisante. Et ce «retour aux sources» vaut aussi pour de nombreux Français qui n'ont pourtant que... la nationalité française. Cela arrive et nier ce problème serait une erreur, mais tous les authentiques républicains savent que c'est en faisant à chacun une place égale dans la communauté nationale que nous ferons reculer autant les préjugés que les rancœurs.

Surtout, cela ne justifie en rien que l'on s'acharne ainsi à saper les fondements mêmes de notre unité nationale. Au-delà des dangereux calculs électoralistes de Nicolas Sarkozy, il est impossible que toute la droite française ait sombré dans la même absurde intolérance. Va-t-elle jusqu'au bout laisser faire la jonction avec ses rives brunes marines? Car c'est bien de cela qu'il s'agit pour la nouvelle droite sarkozyste: rendre lepéno-compatible les thèses de l'UMP. Or, en donnant un argument supplémentaire à la théorie de la «préférence nationale», un pas de plus est franchi... Avec cet argument, le pont est désormais établi entre deux vieux slogans: «les Français d'abord» et «la France, tu l'aimes ou tu la quittes».

En jetant l'opprobre sur une partie d'entre nous, non seulement on fragilise la cohésion nationale à l'intérieur mais on plonge également dans le désarroi de nombreux compatriotes vivant à l'étranger. Ceux-là, qui sont plus de deux millions, œuvrent quotidiennement au rayonnement de la France et en sont même l'avant-garde éclairée dans un monde bouleversé par la mondialisation et l'accélération des échanges, y compris culturels. Non seulement leur pluri-nationalité est une chance pour eux, mais elle constitue un atout pour la France, en particulier dans une période où, pour des raisons différentes, elle est parfois incomprise à New York, Dakar, Tunis, Bruxelles, Buenos Aires, etc. Ces Français travaillent et vivent hors de leurs frontières et contribuent à leur manière aux efforts de co-développement et de solidarité internationale. Combien d'ingénieurs, de coopérants, d'enseignants, de commerçants trouvent un supplément d'âme à leur métier en restant volontairement dans certains pays parfois jugés «dangereux» par le ministère des affaires étrangères? Beaucoup, parmi eux, sont bi-nationaux. Le gouvernement français ne serait-il pas mieux avisé de les défendre, de les encourager et même, oui même, de les remercier? Il sont bien plus nombreux là-bas à mériter la légion d'honneur que ces quelques nobliaux bien introduits en cour ici et dont on ne voit pas toujours quels services ils rendent à leur pays.

Comme le rappelle fort justement l'Association démocratique des Français de l'étranger, «le fait d'avoir deux ou plusieurs nationalités est une réalité de notre époque et constitue une richesse culturelle et une ouverture au monde. Dans un foyer binational on n'a pas à choisir, on ne choisit pas une culture et une nationalité par rapport à l'autre: l'une et l'autre peuvent se vivre pleinement, et ce vécu est un facteur de compréhension entre les peuples, de fraternité et de paix». Transmis à MM. Goasguen et Marini...

(1) Ce parfum nauséabond se répand dans toute l’Europe. N’a-t-on pas entendu ces derniers temps Angela Merkel et David Cameron « constater » l’échec du multiculturalisme dans leur pays respectif ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens