Billet de blog 16 oct. 2018

Pour une maison de la liberté de la presse à Paris

« Nous souhaitons qu’un lieu démocratique dévolu à la liberté de la presse puisse enfin voir le jour au cœur de la capitale française » : une trentaine de personnalités de tous horizons lancent un appel de soutien au projet de Maison des Médias Libres à Paris, porté par 80 structures partenaires dont Mediapart.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous souhaitons qu’un lieu démocratique dévolu à la liberté de la presse puisse enfin voir le jour au cœur de la capitale française. C’est pourquoi nous soutenons le projet d’une « Maison des médias libres » candidat au concours « Réinventer Paris 2 » de la Mairie de Paris, pour acquérir et réhabiliter – grâce à la structure ad hoc « Le Transfo » – le très symbolique immeuble « Nation 1 » situé dans le XIe arrondissement de Paris.

Découvrir ici le projet de Maison des médias libres

Ce serait à la fois un lieu public de rencontre et d’échange, d’exposition et de formation autour du journalisme et un lieu professionnel proposant des locaux à des médias unis par la défense de l’indépendance et de la liberté de l’information. La grande diversité des promoteurs de ce projet* en garantit le pluralisme, tout comme leur engagement à faire de ce lieu un espace de débat et de réflexion, d’expérimentation, de promotion de nouvelles formes de production et de diffusion de l’information, ouvert à tous les publics et accessible à tous les médias qui le souhaitent.

Le droit de savoir et la liberté de dire sont en effet deux principes fondamentaux d’une démocratie véritable, forte et vivante. Le droit à l’information, à la libre expression et à la libre critique, ainsi qu’à la diversité des opinions est une liberté fondamentale de tout être humain. Sans information libre sur la réalité, ambitieuse dans ses moyens et pluraliste dans ses fins, il ne saurait y avoir d’authentique délibération démocratique. Refusant les privilèges de naissance, de diplôme ou de fortune, d’origine ou de genre, une démocratie vraie suppose que toutes et tous soient pareillement informés pour être libres dans leurs choix et autonomes dans leurs décisions.

C’est à Paris que fut énoncée, par celui qui allait devenir le premier maire de la capitale française, la définition la plus radicale de cette liberté d’informer comme droit fondamental : « La publicité de la vie politique est la sauvegarde du peuple », déclarait en 1789 Jean-Sylvain Bailly, l’année de la première Déclaration des droits de l’Homme qui affirme la « libre communication » comme « un des droits les plus précieux de l’Homme ».

C’est aussi à Paris que, lors des Trois Glorieuses de juillet 1830, plusieurs centaines d’ouvriers et d’artisans des faubourgs populaires de l’Est de la capitale donnèrent leur vie pour défendre la liberté de la presse contre les ordonnances de Charles X qui entendaient la restreindre alors qu’elle n’était que balbutiante : la colonne qui se dresse au centre de la place de la Bastille, surplombant les cryptes où sont recueillies leurs dépouilles, en porte témoignage.

C’est encore à Paris que, plus près de nous, eut lieu le martyre le plus emblématique de la haine que portent toutes les intolérances à cette liberté aussi précieuse que fragile : le 7 janvier 2015, dans ses locaux du XIe arrondissement de la capitale, la rédaction de Charlie Hebdo était décimée au nom d’une idéologie totalitaire acharnée à détruire la liberté de dire et de critiquer, de penser et de caricaturer.

Pourtant, malgré tous ces symboles, Paris n’a pas de lieu dévolu à la liberté de la presse. Première destination touristique mondiale, considérée comme la plus populaire au monde, la capitale de la France ne propose aucun endroit incarnant et faisant vivre ce droit fondamental en offrant des expositions, des rencontres, des films, des débats, des colloques, des ateliers, des formations, etc., au public le plus large et notamment aux jeunes – à qui il est essentiel de transmettre la nécessité de défendre ce droit à une information rigoureuse, libre et indépendante.

Washington, la capitale des États-Unis, a son Newseum qui se définit comme un « musée dynamique, engageant et interactif » consacré à l’information et au journalisme, dans le but d’« aider le public et les médias à se comprendre réciproquement ». Au pays du « First Amendment » (1791), qui interdit au Congrès de « limiter la liberté de parole ou de presse », son existence donne corps à cette culture démocratique qui imprègne la résistance de la société aux dérives autoritaires, cette nécessité d’une « presse libre et indépendante » que rappelait récemment Barack Obama aux obsèques de John McCain.

À Paris, il n’existe aucun lieu semblable, alors même que la question de l’information, de sa qualité et de son intégrité, de son pluralisme et de son indépendance, de la confiance du public dans les médias, est plus que jamais au cœur du doute qui mine nos démocraties.

Avec la révolution numérique, le journalisme vit une crise historique, tout à la fois industrielle, technologique et professionnelle, commerciale et économique, culturelle et morale, qui appelle des réflexions collectives, des expériences partagées, des échanges renouvelés, entre professionnels mais surtout avec l’ensemble des citoyens, pour inventer et construire ensemble la presse d’aujourd’hui et de demain. Défiée par le règne du divertissement, l’information de qualité, exigeante et indépendante, est fragilisée tandis que les mensonges de la propagande mettent de nouveau en péril les démocraties.

Porté par des acteurs de la société civile, le projet de la Maison des médias libres rencontre les défis de notre époque. Face à la crise de civilisation qui menace le vivant et, par conséquent, l’humanité, les réponses étroitement économiques et obstinément marchandes, loin d’apporter des solutions, aggravent la situation. C’est pourquoi nous avons, plus que jamais, besoin de lieux où nous retrouver tous ensemble, pour défendre et promouvoir ces deux idéaux qui tissent l’imaginaire démocratique : le droit de savoir et la liberté de dire.

Liste des signataires : Christophe André, psychiatre et écrivain ; Agnès b., styliste ; Etienne Balibar, philosophe ; Patrick Boucheron,professeur au Collège de France ; William Bourdon, avocat ; Edouard Brézin, physicien, membre de l’Académie des sciences; Michel Broué,mathématicien; Julia Cagé, économiste; Jérôme Clément, ancien président d’Arte; Daniel Cohen, économiste; Catherine Corsini,réalisatrice et comédienne; Costa-Gavras, cinéaste, président de la Cinémathèque française; Matali Crasset, designer industriel ; Jean Daniel, éditorialiste, co-fondateur du Nouvel ObservateurJean-Paul Delevoye, ancien médiateur de la République; Mireille Delmas-Marty, professeur au Collège de France; Nacira Guénif, sociologue et anthropologue; Alexandre Jardin, écrivain; Pierre Joxe, avocat, ancien membre du Conseil constitutionnel; Laurence Méhaignerie, présidente de Citizen Capital; Jean-Pierre Mignard, avocat; Miss.Tic, artiste plasticienne et poète; Edgar Morin, sociologue et philosophe; Pierre Nora, historien, membre de l’Académie française; Claire Nouvian,présidente de Bloom; Michelle Perrot, historienne; Thomas Piketty, économiste; Myriam Revault d’Allonnes, philosophe; Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France; Henri Seydoux, PDG de Parrot; Christian Streiff, vice-président du conseil de surveillance de Safran; Christiane Taubira, ancienne ministre.

* Le Transfo/Maison des médias libres est un projet porté par près de quatre-vingt structures partenaires, impliquées à divers titres :
– des médias indépendants : Acrimed, Accropolis, Alternatives économiques, Amicus Radio, Arrêt sur images/Hors-Série, Art Kiosque/Almanach Soldes, Bastamag, Brief.me, Contexte, The Conversation, Le Courrier des Balkans, Les Croissants, Daria-Collectif Youtubeurs, Les Ecrans terribles, Editions du 12 juillet/Les Cahiers du football, Esprit, Fumigène, Les Glorieuses, Le Journal minimal, Les Jours, Kaizen, Là-bas si j’y suis, Live Magazine, Mediapart, MediaPi, Mediacités, Le Monde diplomatique, My Way films, Orient XXI, Osons Causer, Philosophie Magazine, Politis, Radio Campus France, Regards, Reporterre, La Revue dessinée, revue XXI et 6 mois, Siné mensuel, La Télé libre, Sans A, Saphir News, Sciences critiques, Sciences humaines, Scrinéo, So Press (So Foot, Society…), StreetPress, TOPO, VoxEurop SCE, Youpress;
– des diffuseurs et producteurs : Cairn. info (revues et livres numériques), Premières lignes (« Cash investigation »), Tënk (films documentaires);
– des éditeurs de livres : Agone, Les Arènes, Les liens qui libèrent, Les Petits Matins, Le Seuil, La Découverte ;
– des structures professionnelles de l’édition et de la formation : Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (SPIIL, qui réunit 150 éditeurs de presse), Alliance des éditeurs indépendants (qui réunit 500 éditeurs dans plus de 50 pays), EMI-CFD ;
– des structures associatives et d’éducation populaire : Alliance internationale de journalistes, Bibliothèques sans frontières, Dardard, Éveil, Fonda, Ent’revues, Maison des lanceurs d’alerte (créée à l’initiative d’une vingtaine d’ONG, dont Amnesty International, Anticor, Greenpeace, Ligue des droits de l’homme, Sciences citoyennes, Transparency International France), Zone d’expression prioritaire ;
– des ateliers d’artistes : Les ateliers d’artistes de Belleville, Les ateliers d’artistes du Père- Lachaise, Les ateliers d’artistes de Ménilmontant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel