Billet de blog 16 déc. 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Election présidentielle : le verrouillage commence mercredi

Christian Hutin, député du nord et vice-président du MRC, revient sur la proposition de loi Urvoas qui sera examinée et adoptée ce soir à l’Assemblée. Lui votera contre ce texte. « Cette PPL qui entend "moderniser les règles applicables à l’élection présidentielle" constitue en réalité un verrouillage habile au bénéfice des grands partis notamment en vue de 2017 ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux propositions de loi anodines en apparence sont inscrites mercredi à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Le débat aura lieu à quelques jours de la suspension des travaux, avec une publicité minimale, sans vote solennel et en procédure accélérée ! Tout est donc réuni pour que ces deux propositions de verrouillage passent sous le radar. Ces textes s’attaquent pourtant à deux points cruciaux: les 500 « signatures » que doivent réunir les candidats et la distribution du temps de parole pendant la campagne.

Sur les 500 « signatures », il est proposé de passer à une publication intégrale en lieu et place de la publication de 500 noms tirés au hasard. La publication intégrale prévue dans la proposition de loi change la donne puisqu’elle fera apparaitre des candidats à 5000 parrainages et d’autres à 501. La mécanique actuelle équilibre bien exigence de clarté, un maire sait qu’il peut être tiré au sort et apparaitre et l’égalité entre les candidats. Avec la proposition de Jean-Jacques Urvoas, on met le doigt dans un engrenage qui conduira à jauger le poids des candidatures et au final les traiter différemment. La commission des lois a même rajouté une publication régulière, c’est vraiment une mesure gadget qui vient ajouter un peu de cirque médiatique dans une procédure constitutionnelle.

Sur le temps de parole des candidats dans les médias, l’ambition inégalitaire est assumée puisqu’il s’agit de faire reculer le principe simple d’égalité au profit du principe beaucoup plus subjectif d’équité. Dans une élection qui compte en moyenne 10 candidats, il n’est pas insurmontable de rompre quelques semaines avec la logique bipartisane et laisser s’exprimer différentes sensibilités à travers différentes candidatures. Pour les partis qui se seront montrés les plus convaincants, sur la base du résultat réel et pas des sondages ou des résultats passés, il reste encore deux semaines d’entre-deux-tours pour débattre en tête-à-tête. On étouffe le premier tour avec ce principe d’équité. Notre système politique est en crise et c’est une crise de l’offre politique. Ce n’est vraiment pas une surenchère dans le verrouillage politique au profit des partis installés qui va nous sortir de cette impasse.

La commission des lois a également adopté un étrange amendement qui mériterait le qualificatif d’amendement « Séguéla ». Sans aucune évaluation, l’amendement ouvre la possibilité d’avoir recours à l’affichage commercial et à la publicité dans la presse, moyens qui sont jusqu’à présent interdits dans les 6 derniers mois. Là encore, on favorise les partis installés, ceux qui ont les moyens de se payer ses supports publicitaires. D’un point de vue civique, réorienter la communication vers un vieux média comme la presse, dont le lectorat est déjà très réceptif aux messages politiques, n’a pas grand intérêt. L’affichage  commercial toucherait sans doute plus de monde, mais avec des messages simples voire simplistes. Est-ce vraiment de cela dont nous avons besoin ? Pourquoi pas demain la publicité politique à la télévision ? Nous ne sortirons pas de cette crise de l’offre politique par la surenchère publicitaire des gros partis.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda