Billet de blog 16 déc. 2015

Election présidentielle : le verrouillage commence mercredi

Christian Hutin, député du nord et vice-président du MRC, revient sur la proposition de loi Urvoas qui sera examinée et adoptée ce soir à l’Assemblée. Lui votera contre ce texte. « Cette PPL qui entend "moderniser les règles applicables à l’élection présidentielle" constitue en réalité un verrouillage habile au bénéfice des grands partis notamment en vue de 2017 ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux propositions de loi anodines en apparence sont inscrites mercredi à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. Le débat aura lieu à quelques jours de la suspension des travaux, avec une publicité minimale, sans vote solennel et en procédure accélérée ! Tout est donc réuni pour que ces deux propositions de verrouillage passent sous le radar. Ces textes s’attaquent pourtant à deux points cruciaux: les 500 « signatures » que doivent réunir les candidats et la distribution du temps de parole pendant la campagne.

Sur les 500 « signatures », il est proposé de passer à une publication intégrale en lieu et place de la publication de 500 noms tirés au hasard. La publication intégrale prévue dans la proposition de loi change la donne puisqu’elle fera apparaitre des candidats à 5000 parrainages et d’autres à 501. La mécanique actuelle équilibre bien exigence de clarté, un maire sait qu’il peut être tiré au sort et apparaitre et l’égalité entre les candidats. Avec la proposition de Jean-Jacques Urvoas, on met le doigt dans un engrenage qui conduira à jauger le poids des candidatures et au final les traiter différemment. La commission des lois a même rajouté une publication régulière, c’est vraiment une mesure gadget qui vient ajouter un peu de cirque médiatique dans une procédure constitutionnelle.

Sur le temps de parole des candidats dans les médias, l’ambition inégalitaire est assumée puisqu’il s’agit de faire reculer le principe simple d’égalité au profit du principe beaucoup plus subjectif d’équité. Dans une élection qui compte en moyenne 10 candidats, il n’est pas insurmontable de rompre quelques semaines avec la logique bipartisane et laisser s’exprimer différentes sensibilités à travers différentes candidatures. Pour les partis qui se seront montrés les plus convaincants, sur la base du résultat réel et pas des sondages ou des résultats passés, il reste encore deux semaines d’entre-deux-tours pour débattre en tête-à-tête. On étouffe le premier tour avec ce principe d’équité. Notre système politique est en crise et c’est une crise de l’offre politique. Ce n’est vraiment pas une surenchère dans le verrouillage politique au profit des partis installés qui va nous sortir de cette impasse.

La commission des lois a également adopté un étrange amendement qui mériterait le qualificatif d’amendement « Séguéla ». Sans aucune évaluation, l’amendement ouvre la possibilité d’avoir recours à l’affichage commercial et à la publicité dans la presse, moyens qui sont jusqu’à présent interdits dans les 6 derniers mois. Là encore, on favorise les partis installés, ceux qui ont les moyens de se payer ses supports publicitaires. D’un point de vue civique, réorienter la communication vers un vieux média comme la presse, dont le lectorat est déjà très réceptif aux messages politiques, n’a pas grand intérêt. L’affichage  commercial toucherait sans doute plus de monde, mais avec des messages simples voire simplistes. Est-ce vraiment de cela dont nous avons besoin ? Pourquoi pas demain la publicité politique à la télévision ? Nous ne sortirons pas de cette crise de l’offre politique par la surenchère publicitaire des gros partis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat