Billet de blog 17 juil. 2010

C’est le déni qui fait les affaires du Front national. Réponse à «Libération»

Mickaël Marie, trésorier national des Verts et conseiller régional de Basse-Normandie, répond au «clergé des raisonnables» qui estime que «la résistance à l’extrême droite impliquerait donc... de se taire».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mickaël Marie, trésorier national des Verts et conseiller régional de Basse-Normandie, répond au «clergé des raisonnables» qui estime que «la résistance à l’extrême droite impliquerait donc... de se taire».

----------------------------

Ainsi donc, «le populisme ambiant» ferait «les affaires du Front». C'est Libération qui nous l'apprenait, le 15 juillet dernier, expliquant que le FN ne pouvait que « sortir vainqueur » d'un tel climat de surchauffe. Implacable argument, qui invite tout le monde à la retenue, écrasant les velléités de dissonance sous le poids accablant de la République menacée par les fascistes, les vrais, cette fois-ci. La résistance à l’extrême droite impliquerait donc... de se taire. De se faire discrets. De ne pas en rajouter.
Soyons justes : Libé n’est pas seule à entonner le refrain. L’article emboîte le pas au clergé des raisonnables, pompiers de la vertu publique qui s’étaient déjà reconnus dans le mémorable «Halte au feu» de Simone Veil et Michel Rocard, inquiets de ce que la critique des «affaires» ne nourrisse la «broyeuse populiste». On pourrait déjà, si d’autres ne l’avaient fait avant nous, examiner longuement l’emploi banalisé de ce mot, «populiste», qui dénote une étrange conception, vaguement méprisante, de ce qu’est « le peuple » ou de ce qui est «populaire». Des recherches poussées seraient bienvenues pour comprendre comment ce terme, désignant tout autre chose il y a encore une trentaine d’années, est devenu peu à peu une sorte de synonyme paresseux d’un autre, plus précis : démagogique.
Et la démagogie n’est peut-être pas seulement dans la sinistre rengaine du «tous pourris». Evidemment, il faut mettre en garde : l’immense majorité des élus de notre pays ne sont pas des pousse-au-crime roulant en voitures de fonction, brûlant en cigares et vins millésimés les moyens publics ou usant de l’autorité de leur fonction pour la déchoir en privilèges de parvenus. Les élus de la République sont, pour la plupart d’entre eux, animés par l’esprit public, le souci du service rendu aux citoyens, et ne ménagent pas leur peine pour cela, sans être toujours bien considérés de ceux-ci.

Le rappeler est légitime, et justifie qu’on ne laisse pas grossir la rumeur misérable qui soupçonne indistinctement tous et toutes, les vertueux comme les escrocs. Mais la démagogie, cette flatterie de «la pensée réduite à l’état de Gramophone», serait aussi de brandir l’épouvantail du Front National devant toute critique du comportement des élus, lorsqu’il est délictueux ou moralement condamnable.
Car c’est ce déni, bien plus sûrement que les indignations ou les réprobations – légitimes – devant les manquements, qui reste le meilleur moteur de l’extrême droite. C’est lorsque les pouvoirs, politiques ou médiatiques, donnent aux citoyens ce sentiment d’une solidarité de corps constitué, que la rhétorique du Front National devient tristement plus audible. Ce n’est pas simplement des «affaires» dont la famille Le Pen se réjouit, mais des réactions effarouchées de celles et ceux qui, voyant un ministre attaqué, se sentent obligés de porter secours à la République, nourrissant par là la confusion entre les dérèglements d’un seul et les agissements de tous.

Libération
a raison sur un point : plus que jamais, le Front attend son heure. Raison de plus pour ne pas tomber dans le piège qu’il nous tend. Si l’on veut réellement que ne grossissent ni le Front ni l’abstention, il nous revient de ne pas nous conduire en imbéciles. De ne pas regarder le doigt, lorsque l’on nous montre la Lune.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel