La surveillance renforcée des chômeurs, ça suffit !

Lettre ouverte d'Isabelle Maurer (1), l’alsacienne (révoltée), engagée dans de nombreuses associations, connue pour son apostrophe de Jean-François Copé dans l’émission télévisée « des Paroles et des Actes », en 2013, à propos de l'ineptie des contrôles et de la surveillance renforcés des chômeurs. « Je vous propose un autre chantier urgent dans lequel investir vos intelligences et vos moyens : l’urgence de partager mieux les richesses du capitalisme pour la population. »

Lettre ouverte d'Isabelle Maurer (1), l’alsacienne (révoltée), engagée dans de nombreuses associations, connue pour son apostrophe de Jean-François Copé dans l’émission télévisée « des Paroles et des Actes », en 2013, à propos de l'ineptie des contrôles et de la surveillance renforcés des chômeurs. « Je vous propose un autre chantier urgent dans lequel investir vos intelligences et vos moyens : l’urgence de partager mieux les richesses du capitalisme pour la population. »


 

Un article paru dans le quotidien de « L’Union », le 25 août 2015, titré « Le contrôle des chômeurs se généralisera, dans la région, en octobre » m’oblige à réagir.

 

Messieurs les hommes politiques qui avez décidé de renforcer le contrôle des chômeurs, croyez-vous vraiment que c’est avec de telles mesures que vous allez faire reculer réellement le chômage ? Ne savez-vous pas qu’aujourd’hui en France, pour UN emploi offert (environ 500.000), il y a dix chômeurs « disponibles » (environ 5.000.000, voir plus).

 

Donc, même si vous obligiez les chômeurs à accepter tous les emplois proposés, à n’importe quelles conditions (et parfois elles sont indignes), Que ferez-vous des neuf chômeurs sur dix (plus de 4.500.000  …) qui resteront définitivement sur le carreau ?

 

Devant un tel réservoir de chômeurs, les employeurs trouveront souvent (pour des postes à qualification faible) des personnes surqualifiées et polyvalentes … le plus souvent pour un taux horaire au niveau du Smic et des horaires variables.

 

Actuellement je constate qu’on trouve dans nos structures associatives des « bacs+5 ou +8 » qui acceptent faute de mieux des contrats d’insertion, c’est-à-dire des contrats de 20 heures par semaine pour 620 € mensuels !

 

Pourquoi acceptent-ils ces postes ? Juste pour ne pas être chômeurs ou ne pas devenir (trop) précaires ! Juste pour « restez debout », c’est du moins ce qu’ils croient ! Heureusement, ils leur restent leurs rêves.

 

Contrôler encore davantage les chômeurs et les précaires, investir du temps, de l’énergie et des budgets est scandaleux, déplorable, inhumain, bref pitoyable.

 

Faut-il rappeler à nos « décideurs » (souvent généreusement payés et indemnisés en cas de rupture de leurs propres contrats) que pour être un chômeur indemnisé, il faut avoir été un salarié ? Les chômeurs ont cotisé pour bénéficier d’une allocation chômage en cas de besoin. Cette allocation est donc un droit pour eux !

 

Améliorer le contrôle des chômeurs ne fait donc que stigmatiser une partie de la population en laissant sous-entendre que les chômeurs fraudent et ne cherchent pas « vraiment » du travail. Et pendant ce temps rien n’est fait pour aider le pourcentage élevé d’allocataires d’aides diverses (RSA, Chômage, etc …) qui ne les perçoivent même pas, pour de multiples (mauvaises) raisons.

 

Je vous propose un autre chantier urgent dans lequel investir vos intelligences et vos moyens : l’urgence de partager mieuxles richesses du capitalisme pour la population. Pourquoi 90% de la population souffre-t-elle, pour 10% qui détiennent richesse et fortune ? Inversons la vapeur : visons 90% de la population qui va bien et très bien, pour 10% de plus précaires. C’est cela qui doit être notre but, car les 90% qui iront bien auront les ressources nécessaires à tout point de vue pour s’occuper mieux des 10% moins pourvus.

 

Nous avons des défis climatiques à relever dans l’urgence. L’eau va manquer. Et sans eau, pas de vie. Et sans vie, pas de partage possible. Voilà à quoi il est urgent de réfléchir ensemble : sauver notre planète terre, et avec elle notre humanité.

 

Citoyens de France, levez-vous ensemble, pour un demain meilleur. Vous me trouverez toujours à vos côtés pour le meilleur et pour le plus grand nombre, mais jamais pour le pire.

 

Isabelle Maurer, l’alsacienne (révoltée).

 

(1) Elle est l’auteure en 2014 d’un livre biographique « Je ne baisserai plus les yeux » (Editions Les Arènes). Elle a récemment participé à un « live » de Mediapart. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.