Billet de blog 17 oct. 2011

Hôpital, silence ! On ferme la Maternité des Lilas

Les associations et collectifs qui se battent contre la fermeture de la maternité des Lilas s'étonnent du silence des médias sur leur mouvement.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les associations et collectifs qui se battent contre la fermeture de la maternité des Lilas s'étonnent du silence des médias sur leur mouvement.

------------

Le samedi 24 septembre 2011, à l'appel des collectifs Maternité des Lilas et «Notre Santé en danger», les représentants de tous les partis politiques de gauche, le MoDem, les syndicats et associations sont présents pour soutenir le projet de reconstruction de cette maternité emblématique lors d'une grande manifestation sur la commune des Lilas (93). La manifestation est précédée d'une conférence de presse avec la participation des acteurs de premier plan de la vie politique syndicale ou associative du pays: Michel Antony, président de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et des maternités de proximité, Claude Bartolone, député de Seine-Saint-Denis et président du Conseil général, Marie-George Buffet, Harlem Désir, Daniel Guiraud, maire des Lilas, Eva Joly, Arlette Laguiller, Pierre Laurent, secrétaire général du Parti Communiste, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Maya Surduts (Cadac)...

La Maternité des Lilas, établissement à but non lucratif ouvert en 1964, connue pour son engagement dans l'innovation et la qualité des soins, assure 1.700 accouchements et 1.300 IVG chaque année; elle est exemplaire pour son accueil et sa prise en charge des femmes. Pour continuer son activité, une reconstruction s'imposait. Ce projet a été acté en 2009 par la ministre de la santé, Roselyne Bachelot-Narquin, dans le cadre du plan hôpital 2012.

A la veille de sa reconstruction, l'Agenge régionale de santé a bloqué de façon autoritaire le projet, contrevenant à tous les engagements antérieurs, mettant en péril l'avenir de l'institution.

En s'attaquant à ce type de structure à but non lucratif, l'ARS favorise la privatisation inégalitaire, déstabilise l'accès aux soins, remet en question les droits des femmes et met en situation de souffrance 150 salariés.

Face à un tel diktat, le personnel de l'établissement s'est constitué en Collectif, très largement soutenu par des personnalités, associations, syndicats, partis politiques, usagers et citoyens de tous horizons. La manifestation du 24 septembre 2011, au-delà du cas spécifique de la Maternité des Lilas, dénonce plus largement la politique de santé mise en place par le gouvernement, et défend le maintien des hôpitaux publics et maternités de proximité, l'accès aux soins de qualité pour toutes et tous et une protection sociale solidaire. La lutte du personnel de la Maternité des Lilas devenant, en ce sens, emblématique.

La manifestation a réuni plus de 2000 personnes dont une majorité du personnel soignant et administratif de la Maternité des Lilas, des usagers et leurs enfants nés aux Lilas, de nombreux habitants des Lilas, de Seine Saint-Denis et de Paris limitrophe, des travailleurs de la santé, associations, syndicats, personnalités et partis politiques, des citoyens venus parfois de loin, et a été un franc succès.

Alors pourquoi le silence des médias, hormis quelques trop rares quotidiens (L'Humanité, le Quotidien du Médecin)?

Les questions de santé n'intéresseraient-t-elles pas les médias alors que le gouvernement actuel conduit à une privatisation de l'ensemble des structures de soins, à une destruction de la protection sociale, à une remise en question de notre système de solidarité ?

Depuis des années, sur tout le territoire, des comités de défense d'hôpitaux et maternités de proximité se développent et s'organisent. Combien de maternités de proximité, de services hospitaliers doivent fermer pour devenir un sujet médiatique? Quand sera dénoncée la privatisation à peine rampante de notre système public de santé? Dans l'Essonne, combien d'hôpitaux seront fermés pour permettre la construction de l'Hôpital Sud francilien d'Evry, partenariat public-privé, gouffre financier bien avant son ouverture?

Si le Mediator fait scandale, la casse des outils de proximité de la santé, des maternités, des droits des femmes ne sont-ils pas un scandale qui porte atteinte à la démocratie ? Car lorsqu'une maternité ferme, aujourd'hui c'est aussi un centre d'interruption volontaire de grossesse qui disparaît.

Quand une maternité ferme, c'est aussi des emplois pour les femmes qui disparaissent.

Que se passait-il de si important ce 24 septembre pour accaparer l'ensemble des journalistes alors qu'ils avaient l'opportunité d'interroger, à l'occasion de cette conférence de presse, les différents courants de la gauche sur leur projet de politique de santé?

Pas de scandale, pas d'audimat? Pourtant, nous sommes toutes et tous concernés par ces questions. Les médias s'étonnent parfois du désintérêt des citoyens pour la chose publique, lors de la faible participation à certaines élections par exemple. Mais ne pas relayer l'information y contribue, et laisse la place à la seule émotion qui fait le champ au ressentiment réactionnaire.

Il y avait beaucoup de représentants politiques ce samedi 24 septembre 2011 pour défendre la Maternité des Lilas. Mais les médias n'étaient pas au rendez vous. Pourquoi ce silence?

Signataires : Act Up Sud Ouest, Appel des appels, Attac, Cadac, Collectif des Déchaînées, Collectif Hypertension, Collectif Maternité des Lilas, Convergence des collectifs de défense et de développement des services publics, Coordination des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, Europe Ecologie, Fase, FSU, La santé n'est pas une marchandise, NPA, PCF, PCOF, PG, REP (réseau éducation populaire), Résistance sociale, Serpsy, USP, Sud santé sociaux, République et socialisme, UFAL.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat