Rendez-moi mon nom. Rendez-moi ma vie

Moqué, harcelé, « souillé », Paul Bismuth demande qu'on l'oublie et qu'on le laisse porter son nom « avec fierté ». Le vrai Paul Bismuth, pas le nom d'emprunt choisi par l'avocat de Nicolas Sarkozy pour lui ouvrir une ligne téléphonique cachée.

Moqué, harcelé, « souillé », Paul Bismuth demande qu'on l'oublie et qu'on le laisse porter son nom « avec fierté ». Le vrai Paul Bismuth, pas le nom d'emprunt choisi par l'avocat de Nicolas Sarkozy pour lui ouvrir une ligne téléphonique cachée.


Chers lecteurs de Mediapart,

Chers journalistes,

Chers hommes politiques,

Je suis Paul Bismuth. Le vrai. Cela fait maintenant huit mois que mon nom est devenu un sobriquet, une source de moquerie. Je vous écris en désespoir de cause, car je me sens souillé. Je suis sali.

Je suis assimilé à une histoire avec laquelle je n’ai rien à voir.

La vraie affaire, c’est de savoir si Nicolas Sarkozy a touché de l’argent de Kadhafi pour sa campagne électorale. Cela ne me concerne en rien. 

Je ne sais pas pourquoi Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, qui fut un simple camarade de lycée, a pu choisi mon nom pour ouvrir une ligne téléphonique cachée à l’ancien président afin qu’il puisse communiquer en toute tranquillité.

Lui-même m’a dit l’ignorer.

Bien qu’il ait maladroitement usurpé mon identité, j’ai décidé de ne pas porter plainte.

Je ne voulais pas être plus longtemps au centre de l’actualité. Un avocat m’aurait coûté cher et je ne cherche pas de compensation financière : je n’en ai pas besoin, et que n’aurait-on pas dit ?

Depuis Israël, où je vis et exerce honnêtement mon activité de promoteur immobilier, j’ai décidé d’attendre que l’orage passe. 

L’orage dure malheuseument. BFM TV et Canal + m’ont envoyé des billets d’avions pour que je vienne sur leurs plateaux. Des journalistes me sollicitent encore. Des t-shirts ont été faits à mon nom.

Sur le net on peut voir une étiquette “cuvée Paul Bismuth”.

Sur Twitter je suis apostrophé des dizaines de fois par jour. 

Des hommes politiques perpétuent la mauvaise blague. Arnaud Montebourg a utilisé mon nom pour amuser la galerie. La semaine dernière, Claude Bartolone s’est servi de moi pour dire du bien de François Hollande. 

Dans ma vie quotidienne, c’est lourd. Mes proches sont interpellés. Mes amis et des inconnus m’écrivent ou me hèlent : « Hé, Nicolas ! » A mes enfants, on dit « le copain de ton père, Sarkozy ». Mais ce n’est pas mon copain. Loin de là ! Et je me fiche pas mal de ce qui peut lui arriver. Ce que j’aimerais plutôt aujourd’hui, c’est que Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog demandent solennellement que cela cesse. Car si lui on l’appelle Bismuth, moi on m’appelle Sarkozy.

J'ai du mal à apprécier et surtout ne veux pas porter son nom.

Mon patronyme me convient très bien et porte l'étendard de mon éducation et de ma lignée culturelle.

Quand je suis passé récemment une semaine en France avec mon fils, j’ai voulu acheter une carte téléphonique. Dans le magasin, quand j’ai dû donner mon nom au vendeur, il m’a répondu : « ça va, on me l’a déjà faite celle-là ! » J’ai eu beau insister, j’ai dû renoncer. Et prendre une carte au nom de mon fils. 

Je ne suis peut-être pas le seul. Une madame Bismuth, dont le fils de 14 ans s’appelle Paul, m’a appelé pour me demander ce qu’on pouvait faire. Je ne vois pas. Mais pour moi c’est pire que pour n’importe quel Paul Bismuth : Thierry Herzog m’a identifié comme LE Paul Bismuth auquel il avait pensé. 

A présent, je ne sais pas exactement à quoi mon nom est associé. Toujours est-il que sur ma boîte mail, je reçois des demandes de devis en tous genres, de sites pornographiques, de panneaux solaires, des demandes de crédit frauduleuses. Je me sens envahi. 

Aujourd’hui, je ne demande qu’une chose : qu’on m’oublie et qu'on me laisse porter mon nom avec fierté.

Paul Abraham Bismuth

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.