Billet de blog 17 déc. 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Je vous adresse mes encouragements sans cacher mes inquiétudes...

Marie-Pierre Rouger, Vice-présidente écologiste sortante du Conseil régional de Bretagne qui avait rejoint le rassemblement des écologistes EELV-Bretagne-Ecologie, en position non éligible, règle ses comptes. «Nous nous sentons trahis et encore plus quand on sort d'une majorité où l'on a pas démérité pour "l'équipe"» et envoie une lettre ouverte à ses collègues de la Majorité, dont l'installation a lieu ce vendredi.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lettre ouverte aux élu-e-s de la majorité du Conseil Régional

Cher-e-s ami-e-s élu-e-s et «camarades», vous allez exercer pour cinq ans, soit au-delà de 2017, un mandat au sein de l'Assemblée Régionale de Bretagne. Je tiens, en toute modestie, à vous adresser, un message d'encouragement. Je ne vous cacherai pas que j'ai quelques inquiétudes. Vous le savez  : Il n'y aura pas d'écologistes dans l'assemblée régionale... Je veux dire pas d'écologistes en capacité de s'appuyer sur une pensée collective, dont les socles: justice pour l'humanité et soutenabilité pour la planète constituent la force vitale d'un projet de Gauche.

Pas de sièges «verts» dans l'hémicycle de Courcy : une situation qui fait reculer le Conseil Régional de 24 ans, avant 1992... Quelle ironie de l'histoire au moment où la COP21 nous appelle à agir fermement et vite et donc ensemble. A court terme et donc à courte vue, cela peut paraître rassurant pour les tenants d'une pensée entièrement fondée sur la foi dans la croissance, le productivisme, l'exportation d'un modèle dont on sait qu'il appartient au passé. Vous pensez avoir gagné.

En effet, avec l'absence des «écolos», c'en est fini des rappels en session du besoin de repenser nos modèles de développement. C'en est fini de l'attention attirée sur les faux-nez de certaines solutions : l'agriculture écologiquement intensive, la voiture électrique, la centrale au gaz, l'aéroport de notre Dame-des-Landes. C'en est fini des propositions alternatives crédibles qu'apportait cette «frange verte», constructive, positive, toujours solidaire quand il s'agissait de défendre les valeurs partagées du projet régional.

Rebelles à certains choix, nous l'avons été, le sommes et le resterons pour défendre avec détermination la réduction des inégalités, la protection de nos ressources : l'eau, les sols, l'air, la force des citoyens et des territoires à inventer et construire une démocratie apaisée et qui retrouve sa vitalité. C'en est fini enfin de ces élu-e-s « sans professionnalisme » attaché-e-s à la nécessité d'un développement durable, condition d'accès pour tous aux ressources et à la dignité. Je le dis sans détour. Celui qui a conduit votre campagne depuis son Ministère a gagné sa bataille, aidé en cela par son titre de ministre régalien au moment où les électeurs réclamaient qu'on les protège contre des dangers venus d'ailleurs. N'est-ce pas un peu cynique ? Le voilà encore et à nouveau le maître incontesté des Bretonnes et des Bretons. Il aura, pour ce faire, débauché Son écologiste, Ses régionalistes et même Ses communistes pour feindre de présenter une liste dite de rassemblement sans aucune référence aux symboles -qu'on appelle aujourd'hui des logos- qui font les identités d'une gauche rassemblée et unie. Le simple respect de la proportionnelle aurait permis qu'au second tour, nous nous rassemblions autour d'un projet partagé, Il semble que les lois de la guerre en aient décidé autrement.

Malheur aux vaincus? Soyons lucides et généreux si c'est encore possible. Que reste-il après la bataille? Comment se prépare-t-on pour les combats à venir? Où sont les enjeux d'une Bretagne éco-pionnière et plus égalitaire avec le modèle persistant de l'agro-alimentaire breton, le saccage de la baie de Lannion, la dépendance aux énergies fossiles centralisés? Où est la Bretagne créative et solidaire, ouverte sur notre Nation, sur l'Europe, sur le Monde? Comment gérer de façon dynamique, notre périphéricité? Quand va-t-on, réellement parler de l'avenir? Bref, et pour résumer, après cette COP 21 qui s'achève avec un résultat que chacun appréciera, quelle terre bretonne et mondiale allons-nous donc laisser à nos enfants? Quelle liberté auront-ils de choisir leur destin et de trouver du sens à leur vie? Car n'est-ce pas là ce qui anime n'importe quel élu-e de terrain ayant une vision du bien commun?

J'ai siégé 14 années au sein de l’Assemblée Régionale. J'ai contribué avec enthousiasme aux politiques qui ont été conduites en particulier auprès des jeunes. Je pense avoir eu le courage, quand il le fallait, d'affirmer la priorité à l'union des forces de gauche pour conforter un projet que je croyais progressiste et novateur. J'ai assumé, sans faillir, ma responsabilité au sein de l’exécutif pour mettre en œuvre le mandat qui m'était confié. Je peux même dire que j'ai été obligée de batailler sans relâche, et même contre ce que je croyais être mon propre camp, pour le faire aboutir. Quel que soit le résultat des élections, je n'aurais pas été parmi les vôtres aujourd'hui, car je me suis appliquée les principes que je défends. Pas de cumul des mandats, ni dans l'espace, ni dans le temps. Je sais, c'est bête, c'est écolo, trop féminin peut-être dans ce monde d'Hommes-Politiques, mais je crois que c'est honnête et digne et c'est ce que réclament les électeurs et surtout, peut-être, ceux qui se perdent dans l'obscurité par l'abstention ou le vote de désespérance. Si je puis me permettre, réfléchissez-y. Il n'existe pas d'homme ou de femme providentiel-le sinon dans l'illusion d'un monde artificiel et passagé Je sais que votre tâche sera rude et vos adversaires redoutables. Si parfois vous vous sentez bien seuls, ne vous plaignez pas. Parlez-en à votre Ministre-Président... Et n'oubliez pas de chercher une autre voie pour la Bretagne. Vous avez fait le triste choix de mettre les écologistes en veille. Ils veilleront.....

Marie-Pierre Rouger Solidairement vôtre..

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon