L'imposture laïque

Pour le président (PS) du Conseil généraldu Val-d'Oise, Didier Arnal, «la laïcité est lenouveau masque que revêt l'extrême droite» pour disqualifier l'islam, rendant nécessaire «un sursaut politiquede la gauche».

Pour le président (PS) du Conseil généraldu Val-d'Oise, Didier Arnal, «la laïcité est lenouveau masque que revêt l'extrême droite» pour disqualifier l'islam, rendant nécessaire «un sursaut politiquede la gauche».

 

-----------

puceinvite.jpgL'UMP n'aura pas tardé àrépondre à l'invitation de l'extrême droite.Dans ses premières déclarations de présidente du Front National, Marine Le Pencomparait les prières de musulmans dans les rues à une armée d'occupation etappelait à «résister» contre «l'islamisation rampante dela France» au nom de la laïcité et des valeurs républicaines.À la demande du chef de l'État, l'UMP organisera le 5 avril prochain uneconvention nationale sur le thème de la laïcité et la place de l'islam dans laRépublique. Nicolas Sarkozy décrétait récemment «l'échec dumulticulturalisme» et la faillite dumodèle d'intégration. Au nom de la laïcité, il appelait ainsi à se défendrecontre le «prosélytisme agressif» de l'islam menaçant les principes fondateurs de laRépublique.

Après le débat sur l'immigrationet l'identité nationale aux relents xénophobes, une partie de la droiteconservatrice continue donc d'afficher sa convergence idéologique avecl'extrême droite. Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, porte-drapeaux de lalaïcité républicaine? La présidented'un parti exhibant sans cesse des principes d'intolérance et l'homme dudiscours du Latran, affirmant la suprématie morale du prêtre surl'instituteur? L'offensive est habile, elle contribue à entretenir uneconfusion sur le sens des mots, en brouillant le clivage gauche/droite sur laquestion religieuse. Il faut donc une clarification sur le fond. La laïcité, tellequ'elle triomphe aujourd'hui dans la bouche de Nicolas Sarkozy etMarine Le Pen, n'a rien à voir avec la laïcité telle qu'elle est pensée par la République une et indivisible, avec son idéalde liberté et d'émancipation. On ne saurait la caricaturer comme un combatd'arrière-garde caractérisé par un attachement fétichiste à la «loi de séparationde 1905».

Revenons au vrai sens du combat laïque. La laïcité reposesur les principes de séparation du religieux et de l'État et sur la liberté absoluede conscience. En refusant de placer la République sous les auspices d'uneparole révélée, la laïcité propose une politique d'émancipation pour chacun ettous. Cette conception universaliste, libérale et progressiste de la laïcité sesitue aux antipodes des valeurs de l'extrême droite et de la droite extrême.

L'actualité du combat laïque faceà cette offensive conjuguée de l'UMP et du FN appelle un sursaut politiquede la gauche. Trop longtemps, la gauche adélaissé une laïcité qu'elle jugeait «ringarde», laissant ainsi auxadversaires de la République le loisir de la «confisquer» dans leurdiscours et dans leur (im)posture. La gauche est aujourd'hui en première lignedes fractures de la société multiculturelle dans les collectivitésterritoriales qu'elle gère au quotidien. La laïcité n'est pas un principe qu'ilsuffirait d'invoquer comme un mot magique contre le communautarisme: ellese vit et se pratique chaque jour, sur le terrain. Les collectivitésterritoriales sont le dernier rempart contre la montée des fanatismesreligieux, les replis communautaires et les violences à caractère xénophobe:elles offrent aussi un véritable «laboratoire du mieuxvivre-ensemble» dans une société complexe qu'il faut regarder en face.

Je suis l'élu d'un départementqui concentre toutes les contradictions, les fractures, les tensions mais aussiles richesses et les atouts de la «France en plus petit». Le Val-d'Oise, c'est à la fois le département de l'Essec et de l'École de la 2eChance dans les quartiers populaires, le département du village du Vexin commede la «ville de banlieue» aux 80 nationalités. Pour démasquerl'imposture de l'UMP et du FN sur la laïcité, la gauche doit faire preuve declarté et d'intransigeance sur les valeurs, en évitant deux écueils:d'une part, l'aveuglement républicain consistant à nier la réalité d'une crisedes valeurs, et d'autre part, la tentation bien-pensante de la discriminationpositive au nom de la «laïcité ouverte».

Il appartient aux républicains degauche comme de droite d'affirmer clairement qu'il existe un non-dit dans cedébat sur la laïcité: disqualifier l'islam comme religion étrangère etinassimilable à la France revient à commettre un inexcusable contre-sens sur notre Histoire commune et les événements quisecouent aujourd'hui une grande partie du monde musulman. La laïcité est lenouveau masque que revêt l'extrême droite pour mieux dérouler son discoursraciste et antisémite. Il est temps de refuser l'imposture laïque des ennemisde la République.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.