Nous, intermittents, refusons d'être accusés de «privilégiés»

Le collectif des intermittents de l’audiovisuel, de la post-production et du cinéma d’animation demande au ministre du travail, François Rebsamen, de ne pas agréer l'accord du 22 mars 2014 et de rouvrir les négociations: «Oui, nous souhaitons que notre régime soit réformé afin de pérenniser nos métiers et l’excellence de notre savoir-faire.»

Le collectif des intermittents de l’audiovisuel, de la post-production et du cinéma d’animation demande au ministre du travail, François Rebsamen, de ne pas agréer l'accord du 22 mars 2014 et de rouvrir les négociations: «Oui, nous souhaitons que notre régime soit réformé afin de pérenniser nos métiers et l’excellence de notre savoir-faire.»


Le collectif des intermittents de l’audiovisuel 
de la post-production
et du cinéma d’animation

Monsieur François Rebsamen
Ministre du Travail, de l'Emploi
et du Dialogue Social
101 rue de Grenelle
75007 PARIS

 Paris, le 16 juin 2014 

Monsieur le Ministre,

Nous, salariés permanents et intermittents de la post-production et de l’animation, avec le soutien de nos employeurs, tenons à vous faire part de notre profonde inquiétude face aux conséquences qui résulteraient de l'agrément de l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars 2014. 

Nous sommes issus de filières de formations mondialement reconnues et notre valeur technique comme artistique participe grandement, par la qualité de nos productions comme par l'expatriation de nos talents, au rayonnement culturel de la France. Ces compétences attirent d’ailleurs de nombreux créateurs mais également d'importants investisseurs étrangers sur notre territoire. 

Nous refusons d'être accusés de « privilégiés » car notre travail quotidien, difficile, dans des conditions instables et discontinues, représente une part non négligeable de l'économie française. Cette économie est fragile et cet accord va fortement nous précariser.

Oui, nous souhaitons que notre régime soit réformé afin de pérenniser nos métiers et l’excellence de notre savoir-faire. Mais d'autres réformes, réfléchies et élaborées par les professionnels de nos métiers et par plusieurs parlementaires à travers la plate-forme commune du comité de suivi de l'assurance chômage, plus justes socialement et plus économes, existent. Leurs propositions ont été saluées pour leurs qualités et vous les avez vous-même signées en mars dernier. Elles ont été chiffrées par des spécialistes et reconnues comme viables et responsables. 

Elles tiennent surtout compte, et ce serait la clef de leur efficacité, de la réalité de nos métiers et du respect de celles et ceux qui y œuvrent tous les jours.

Nous ne comprenons pas qu'elles n'aient pas même été étudiées par les partenaires sociaux et à ce titre nous ne pouvons accepter qu'un mauvais accord vienne s'imposer à nous et détériorer nos vies, nos métiers et la compétitivité de notre secteur.

Monsieur le Ministre, nous vous demandons instamment de ne pas agréer l'accord du 22 mars 2014 et nous vous demandons la réouverture des négociations. 

En vous remerciant de l'attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

Signataires :

2 Minutes
4.21
ChezEddy
Autour de Minuit Productions
ADV Studios
Citron Bien
Cube Creative
Cosmo Studio
Digital District
Gaumont Animation
llumination MacGuff
Label Anim
Lapins bleus formation
Lardux Films
Les Androïds Associés
Les films a Carreaux
Foliascope
Folimage
Marathon Media
MacGuff Ligne
Method Animation
Mikros Image
Millimages
Mondotv-france
Saya post production
Sabotage Studio
Studios d'Epinay
Studio100 Animation
T.A.T studio
Team to
TSF
Trimaran
Ubisoft Motion Picture
Xilam
Zagtoon
TIPPI, association professionnelle des Truquistes et Infographistes de la Post-production Image

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.