Billet de blog 18 juin 2014

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Nous, intermittents, refusons d'être accusés de «privilégiés»

Le collectif des intermittents de l’audiovisuel, de la post-production et du cinéma d’animation demande au ministre du travail, François Rebsamen, de ne pas agréer l'accord du 22 mars 2014 et de rouvrir les négociations: «Oui, nous souhaitons que notre régime soit réformé afin de pérenniser nos métiers et l’excellence de notre savoir-faire.»

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le collectif des intermittents de l’audiovisuel, de la post-production et du cinéma d’animation demande au ministre du travail, François Rebsamen, de ne pas agréer l'accord du 22 mars 2014 et de rouvrir les négociations: «Oui, nous souhaitons que notre régime soit réformé afin de pérenniser nos métiers et l’excellence de notre savoir-faire.»


Le collectif des intermittents de l’audiovisuel 
de la post-production
et du cinéma d’animation

Monsieur François Rebsamen
Ministre du Travail, de l'Emploi
et du Dialogue Social
101 rue de Grenelle
75007 PARIS

 Paris, le 16 juin 2014 

Monsieur le Ministre,

Nous, salariés permanents et intermittents de la post-production et de l’animation, avec le soutien de nos employeurs, tenons à vous faire part de notre profonde inquiétude face aux conséquences qui résulteraient de l'agrément de l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars 2014. 

Nous sommes issus de filières de formations mondialement reconnues et notre valeur technique comme artistique participe grandement, par la qualité de nos productions comme par l'expatriation de nos talents, au rayonnement culturel de la France. Ces compétences attirent d’ailleurs de nombreux créateurs mais également d'importants investisseurs étrangers sur notre territoire. 

Nous refusons d'être accusés de « privilégiés » car notre travail quotidien, difficile, dans des conditions instables et discontinues, représente une part non négligeable de l'économie française. Cette économie est fragile et cet accord va fortement nous précariser.

Oui, nous souhaitons que notre régime soit réformé afin de pérenniser nos métiers et l’excellence de notre savoir-faire. Mais d'autres réformes, réfléchies et élaborées par les professionnels de nos métiers et par plusieurs parlementaires à travers la plate-forme commune du comité de suivi de l'assurance chômage, plus justes socialement et plus économes, existent. Leurs propositions ont été saluées pour leurs qualités et vous les avez vous-même signées en mars dernier. Elles ont été chiffrées par des spécialistes et reconnues comme viables et responsables. 

Elles tiennent surtout compte, et ce serait la clef de leur efficacité, de la réalité de nos métiers et du respect de celles et ceux qui y œuvrent tous les jours.

Nous ne comprenons pas qu'elles n'aient pas même été étudiées par les partenaires sociaux et à ce titre nous ne pouvons accepter qu'un mauvais accord vienne s'imposer à nous et détériorer nos vies, nos métiers et la compétitivité de notre secteur.

Monsieur le Ministre, nous vous demandons instamment de ne pas agréer l'accord du 22 mars 2014 et nous vous demandons la réouverture des négociations. 

En vous remerciant de l'attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre très haute considération.

Signataires :

2 Minutes
4.21
ChezEddy
Autour de Minuit Productions
ADV Studios
Citron Bien
Cube Creative
Cosmo Studio
Digital District
Gaumont Animation
llumination MacGuff
Label Anim
Lapins bleus formation
Lardux Films
Les Androïds Associés
Les films a Carreaux
Foliascope
Folimage
Marathon Media
MacGuff Ligne
Method Animation
Mikros Image
Millimages
Mondotv-france
Saya post production
Sabotage Studio
Studios d'Epinay
Studio100 Animation
T.A.T studio
Team to
TSF
Trimaran
Ubisoft Motion Picture
Xilam
Zagtoon
TIPPI, association professionnelle des Truquistes et Infographistes de la Post-production Image

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI