Lettre ouverte aux candidats de la primaire de la droite: Il faut défendre les terres…

Le premier tour de la primaire de la droite et du centre a lieu dimanche et il est écrit que tous ces candidats soutiennent le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ivan Fouquet et Franco Fedele, co-fondateurs de l’Atelier Citoyen ont rédigé une lettre ouverte pour que les sept candidats s'expriment sur les questions d'écologie et de préservation des terres agricoles.

Madame, Messieurs,

L’artificialisation des sols, le grignotage des campagnes et l’étalement urbain sont en train de détruire rapidement les terres agricoles, nourricières de notre pays. Chaque année, 600 km2 sont artificialisés, soit l’équivalent d’un département français tous les sept ans. Cette progression des surfaces artificialisées est quatre fois plus rapide que la croissance démographique. En 50 ans, 7,4 millions d’hectares agricoles ont disparu, soit l’équivalent des territoires de Bretagne, Normandie et Picardie réunies. Ces terres agricoles ont été détruites de manière irréversible au profit de parkings d’hypermarchés, de zones logistiques, de centres commerciaux, de friches industrielles, voire d’aéroports…

L’artificialisation des terres détruit aussi les écosystèmes et plus globalement détruit la vie sur terre. Le WWF vient de publier le rapport Planète vivante 2016 constatant l’effondrement des populations de mammifères, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles. Depuis 1970, 58% des vertébrés ont disparu de la surface du globe. La France n’est pas épargnée.

La préservation des terres n’est pas qu’un sujet écologiste mais bien un problème de société. Il s’agit d’un enjeu majeur pour notre approvisionnement alimentaire, pour notre économie et pour l’installation de jeunes agriculteurs. En outre, l’étalement urbain, la consommation d’espace naturel et agricole augmentent les besoins en voiries, allongent les déplacements quotidiens, aggravent la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre. Il en résulte d’importantes dépenses collectives pour financer les réseaux supplémentaires : les routes, les ronds-points, l’assainissement, l’approvisionnement en eau potable, l’éclairage public, ainsi que leur entretien... L’augmentation de la pollution génère aussi des dépenses de santé et une explosion des cancers. Selon l’UNICEF, un enfant sur sept vit dans un endroit où la pollution excède jusqu’à six fois les normes internationales. Est-ce là le destin des enfants de notre pays ?

La poursuite du saccage de ces terres, de l’expansion urbaine, de l’imperméabilisation quasiment irréversible et la pollution n’est pas une fatalité. Il existe des alternatives à ce grand gâchis d’espace : la rénovation urbaine, l’optimisation et la densification des espaces urbains, leur mixité et la fabrication de la ville sur elle-même.

A contrario, plusieurs projets symbolisent le grand gaspillage d’espace agricole comme le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, le centre commercial EuropaCity à Gonesse ou celui de Val Tolosa à côté de Toulouse. Tous ces projets dispendieux en terres peuvent encore être évités, d’autant que des alternatives existent :

Le projet de Notre-Dame-des-Landes a été conçu sur la base de dizaines de mensonges de la DGAC, dénoncés dans notre « Cahier Noir de la DGAC ». Depuis 2014, nous soutenons que la rénovation et le maintien de l’aéroport de Nantes est possible. Cela a été confirmé par le rapport du 5 avril 2016 des experts du CGEDD missionnés par le Ministère de l’Environnement et tout récemment par la rapporteure publique à la cour administrative d'appel de Nantes.

De même, la ville de Gonesse n’a pas besoin de saccager ses terres pour créer de l’emploi, le réaménagement de la friche PSA qui jouxte le triangle agricole en a la même superficie. Cette friche pourrait devenir un lieu innovant, générateur d’emplois pour les jeunes d’Ile-de-France, les idées ne manquent pas…

Enfin, face aux centres commerciaux qui dévorent les terres fertiles, autant de centres villes se vident et de petit commerces disparaissent…

Comme le MODEM, une majorité de Français sont opposés au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, (60% selon un sondage OpinionWay pour FNE) et sont de plus en plus sensibles à la dégradation irréversible de l’environnement, à l’artificialisation des terres et à la disparition de la vie.

Comme responsables politiques, ne pensez-vous pas que la défense des terres agricoles, des écosystèmes, des zones humides doit passer avant quelques intérêts privés ?

Chers candidats aux primaires, ayez le courage de protéger les terres, de contenir l’étalement des villes. La véritable force politique n’est pas de laisser faire destruction programmée de ces espaces agricoles mais de lutter pour leur préservation, pour l’intérêt général et l’avenir de notre pays.

Ivan Fouquet et Franco Fedele, co-fondateurs de l'Atelier Citoyen (www.ateliercitoyen.org

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.