Billet de blog 19 janv. 2013

La France et l'Europe doivent soutenir Pinar Selek

Plus de trente parlementaires français signent cet appel en faveur de Pinar Selek, sociologue et militante féministe turque, poursuivie depuis 1998 en Turquie pour un attentat qui n'a pas existé, acquittée trois fois et rejugée encore le 24 janvier prochain à Istanbul. Ils demandent «une intervention des autorités françaises et européennes au niveau diplomatique».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus de trente parlementaires français signent cet appel en faveur de Pinar Selek, sociologue et militante féministe turque, poursuivie depuis 1998 en Turquie pour un attentat qui n'a pas existé, acquittée trois fois et rejugée encore le 24 janvier prochain à Istanbul. Ils demandent «une intervention des autorités françaises et européennes au niveau diplomatique».


Le 11 juillet 1998, Pinar Selek, sociologue, militante féministe, est arrêtée par la police d'Istanbul et torturée pour la forcer à donner les noms des personnes qu'elle a interrogées dans le cadre de ses recherches sur les violences policières faites aux transsexuels et sur la question kurde. Elle résiste et une nouvelle forme de torture est alors utilisée : elle est accusée d'avoir déposée la bombe qui aurait, le 9 juillet 1998, fait sept morts et plus de cent blessés au marché aux épices d'Istanbul. Plusieurs rapports d'expert ont beau certifier qu'il ne s'agit pas d'une bombe mais de l'explosion accidentelle d'une bouteille de gaz, c'est le début d'un acharnement politico-judiciaire qui dure depuis maintenant quatorze ans.

Elle passe deux ans et demi en prison et une grande solidarité se met en place qui réunit de nombreux avocat-e-s, des intelectuel-le-s et beaucoup de personnes qu'elle a croisées au cours de ses engagements et de ses recherches. En prison, Pinar Selek écrit beaucoup, mais tous ses textes sont confisqués. Elle est finalement libérée en décembre 2000.

Malgré trois acquittements prononcés par la 12e Cour pénale d’Istanbul en 2006, 2008 et 2011, à l'audience du 13 décembre dernier, les juges de cette même Cour étaient prêts à condamner Pinar Selek. Ses avocats ont plaidé l'illégalité de la procédure et demandé le dessaisissement de la Cour, ce qui a entraîné le report du procès au 24 janvier prochain.

En tant que parlementaires de la France, patrie des Droits de l’Homme, où siège le Conseil de l’Europe et la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg, nous ne pouvons rester sans réaction face à une telle injustice.

Partageant l’indignation que cette affaire suscite en Turquie et par-delà ses frontières, nous en appelons à une intervention des autorités françaises et européennes au niveau diplomatique pour tenter de mettre un terme à une procédure entamée il y a quatorze ans, en faisant respecter les décisions de justice déjà rendues, qui toutes innocentent Pinar Selek.

Nous demandons également, si les conclusions de l’audience du 24 janvier s’avéraient être négatives, le soutien du gouvernement dans les démarches qui seront engagées pour obtenir le statut de réfugiée politique pour Pinar Selek.

Signataires

Eric Andrieu, député européen 
Philippe Bies
, député du Bas-Rhin, membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe 
Jean-Luc Bleunven, député du Finistère
Maryvonne Blondin, sénatrice du Finistère, membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe 
Christophe Bouillon, député de Seine-Maritime et président du groupe d'amitié France-Turquie 
Jean-Claude Buisine, député de la Somme 
Françoise Castex, députée européenne 
Marie-Anne Chapdeleine, députée d'Ille-et-Vilaine 
Jacques Chiron, sénateur de l'Isère 
Jean-Louis Cottigny, député européen 
Sophie Dessus, députée de Corrèze 
Josette Durrieu, sénatrice des Hautes-Pyrénées, rapporteure de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur le dialogue postsuivi avec la Turquie 
Sylvie Guillaume, députée européenne 
Joëlle Huillier, députée de l’Isère 
Serge Janquin, député du Pas-de-Calais 
Armand Jung, député du Bas-Rhin 
Ronan Kerdraon, sénateur des Côtes d'Armor 
Pierre-Yves Le Borgn’, député des Français de l'étranger 
Axelle Lemaire, député des Français de l’étranger 
Bruno Le Roux, député de Seine-Saint-Denis, président du groupe Socialiste républicain et citoyen à l’Assemblée nationale
Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris 
François Loncle, député de l'Eure 
François Marc, sénateur du Finistère 
Sandrine Mazetier, députée de Paris, vice-présidente de l'Assemblée nationale 
Gérard Miquel, sénateur du Lot 
Philippe Nogues, député du Morbihan  
Michel Pouzol, député de l'Essonne 
Monique Rabin, députée de Loire-Atlantique 
Daniel Raoul, sénateur de Maine-et-Loire 
Roland Ries, sénateur-maire de Strasbourg
Catherine Trautmann, députée européenne, présidente de la Délégation socialiste française au Parlement européen  
Catherine Troallic, députée de Seine-Maritime 
Yannick Vaugrenard, sénateur de Loire-Atlantique 
Olivier Véran, député de l'Isère 
Henri Weber, député européen 
Richard Yung, sénateur des Français de l'étranger 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Médias : la commission d’enquête ménage aussi Bernard Arnault
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Au procès de Vanesa Campos, deux visions de la prostitution s’affrontent
Le meurtre de la travailleuse du sexe transgenre, dont le procès se déroule jusqu’au 26 janvier, a jeté une lumière crue sur les conditions de travail des prostituées au bois de Boulogne. Mais les associations se divisent sur le sujet.
par Youen Tanguy

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon