Billet de blog 19 avr. 2011

Sélection par l'argent: lettre ouverte à Mr Richard Descoings

Plusieurs professeurs du lycée Condorcet (Paris) interpellent le directeur de Sciences-Po, Richard Descoings, sur sa politique de concours.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plusieurs professeurs du lycée Condorcet (Paris) interpellent le directeur de Sciences-Po, Richard Descoings, sur sa politique de concours. D'après eux, réussir les examens d'entrée nécessite bien souvent d'avoir recours à des officines privées extrêmement coûteuses, en plus et au détriment des cours ordinaires.

--------------

Monsieur le Directeur,

Depuis quelques années les instituts d'études politiques (IEP) ont décidé de recruter leurs étudiants au niveau du baccalauréat. L'attrait de ces formations est réel et nombre de familles souhaitent voir leurs enfants les intégrer. Quoi de plus normal? Pourtant les exigences du concours d'entrée nécessitent, semble-t-il, une préparation particulière. Il s'ensuit pour les futurs candidats un véritable parcours du combattant où les cours en instituts privés, les séquences de préparation intensive durant les vacances scolaires et les concours «blancs» surchargent à l'extrême l'emploi du temps des élèves. Les professeurs de terminale constatent alors le désengagement progressif, et parfois sans retour possible, d'une partie, d'année en année plus nombreuse, de leurs classes. Absences épisodiques puis récurrentes, devoirs non rendus, apathie en classe sont les dégâts collatéraux subis par des adolescents souvent mal informés des enjeux réels d'une classe terminale. Le niveau des dossiers qu'ils présentent à l'entrée des formations post-bac s'en ressent parfois cruellement.

Ayant finalement échoué (dans leur grande majorité) aux concours des IEP, ces élèves auront joué le jeu perdant-perdant de ceux qui veulent courir deux lièvres à la fois. Les officines privées qui préparent ces candidats sont des centres d'entraînement intensif où les jeunes gens, à des tarifs socialement sélectifs, apprennent à formater leur pensée. Est-ce cela que veulent les IEP? Sont-ils conscients des dégâts? Les chantres de la discrimination positive sont, semble-t-il, prêts à assumer la sélection par l' argent.

Si la situation actuelle devait durer, aucun doute que d'autres formations viendraient bientôt sur ce marché lucratif et nous assisterions alors à une privatisation rampante de la scolarité terminale. La démocratie n'a rien à y gagner.

Monsieur le Directeur, vous avez, dans de nombreuses occasions, dit votre attachement à la justice sociale en matière d'éducation.Vous serez certainement sensible au problème soulevé par cette lettre.

----------------

Ont signé cette lettre les professeurs:

Christine AMIECH (lettres), Cécile ANDREAU (histoire), Odile BEGUIN (sciences de la vie), Bruno COUCHENEY (mathématiques), Françoise COURSAGET (lettres), Catherine DUVERNET (sciences économiques), Henri FLECKINGER (physique-chimie), Virginie HUCHON (allemand), Patricia KARP (espagnol), Véronique LAVOREL (lettres), Pierre LEROY (histoire), Serge LORIT (mathématiques), Francine MOFFET (anglais),Christophe MORE (physique-chimie), Christian NICOLETTI (philosophie), Béatrice PASCAL (espagnol), Hervé PEPIN (mathématiques), Marie-hélène RICHARD (physique-chimie), Jean-Jacques ROILLET (mathématique), Jean-luc SAULNIER (histoire), Marion SOLOTAREFF (géographie), Eric VOGEL (physiquechimie), professeurs au lycée Condorcet, Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com