Déjà plus de 16 000 signataires ! Signez ici l'appel contre la corruption, ce fléau « qui met l'Etat de droit en péril et installe une insupportable fatigue démocratique », lancé dimanche 19 octobre à Paris par  les journalistes Fabrice Arfi, Benoît Collombat, Antoine Peillon et Edwy Plenel, rejoints par des magistrats, juristes, avocats, policiers, criminologues, sociologues, économistes, anthropologues et philosophes et Roberto Scarpinato, procureur auprès du parquet de Palerme (Italie).



 

Nous, citoyens, journalistes, magistrats, juristes, avocats, policiers, criminologues, sociologues, économistes, anthropologues et philosophes constatons une généralisation de la corruption qui met l’Etat de droit en péril et installe une insupportable fatigue démocratique. Cette menace sur notre République se nourrit certes de la banalité des conflits d’intérêts et des petits arrangements avec la morale civique, mais aussi de la faiblesse croissante des moyens de lutte contre ce dangereux fléau pour la démocratie.

Alors que le chaos politique n’est plus une hypothèse invraisemblable dans la France d’aujourd’hui, les signataires de cette alerte, forts de leurs expériences diverses, appellent les citoyens de notre pays à une mobilisation civique pour faire sauter les verrous institutionnels, culturels, politiques et judiciaires qui empêchent l’efficacité et autorisent le pire. Il est urgent de s’opposer réellement à la corruption.

Des solutions existent : indépendance du parquet, criminalisation de la corruption, suppression de la Cour de justice de la République, recrutement massif de magistrats, de policiers, de douaniers et d’agents du fisc, suppression du “verrou de Bercy” dans la lutte contre la fraude fiscale, réforme du système de déclassification du “secret défense”, réforme de l'article 40 du Code de procédure pénale pour une meilleure protection des lanceurs d’alerte dans la fonction publique, confiscation préventive des biens mal acquis et leur attribution au bien commun (associations, musées ou municipalités), vote d’une nouvelle loi bancaire instituant une séparation véritable entre les dépôts des épargnants et les fonds spéculatifs.

Les signataires de cette alerte citoyenne s’engagent à développer, avec toutes celles et tous ceux qui les rejoindront, leurs expertise et dénonciation communes de la corruption. Ils continueront de porter publiquement la double exigence de vérité sur les affaires et de vertu régénératrice de la République.

Les signataires invitent tous les citoyens à signer cet appel, sur Mediapart.

Premiers signataires

Eric Alt, magistrat; Fabrice Arfi, journaliste; Raymond Avrillier, formateur; William Bourdon, avocat; Benoît Collombat, journaliste; Chantal Cutajar, juriste universitaire; Gilbert Flam, magistrat; Cynthia Fleury, philosophe; Antoine Garapon, magistrat; Paul Jorion, économiste; François Morin, économiste; Pierre Lascoumes, sociologue ; Antoine Peillon, journaliste; Jean-Paul Philippe, policier; Monique Pinçon-Charlot, sociologue; Michel Pinçon, sociologue; Edwy Plenel, directeur de Mediapart; Roberto Scarpinato, procureur auprès du parquet de Palerme.

Avec Michel Broué, mathématicien; Alain Caillé, sociologue; Christian Chavagneux, journaliste; Thierry Colombié, économiste; François Dubet, sociologue ; Charles Duchaine, magistrat ; Hervé Falciani, lanceur d’alerte d’HSBC ; Guy Flury, ancien commissaire aux comptes ; Nicolas Forissier, lanceur d'alerte, ex-auditeur interne d'UBS ; Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte d'UBS ; Christian Laval, sociologue ; Yann Le Bihen, avocat ; Raphaël Liogier, sociologue ; Dominique Méda, sociologue ; Claude Neuschwander, ancien chef d'entreprise (Lip) ; Charles Prats, magistrat ; Alex du Prel, journaliste ; Hervé Preuilh, policier ; Denis Robert, écrivain ; Christian Salmon, écrivain et chercheur ; Bernard Stiegler, philosophe ; Michel Terestchenko, philosophe ; Flore Vasseur, écrivain ; Patrick Viveret, philosophe, magistrat honoraire ; Jean Ziegler, sociologue.

Signez l'appel

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Encore une pétition !

Une telle injustice, c'est tellement révoltant...

Signez-la

Voici le commentaire de CAPROUILLE sur le dernier billet de blog deCHRISTIANE TAUBIRA :

27/10/2014, 09:28 | PAR CAPROUILLE

J'arrive encore comme une perruque sur la soupe, mais là, vraiment, il faut réagir!

Ne laissons pas la Sécu Sociale faire payer l'hospitalisation du pédo-assassin Krombach à Bamberski 

PHO26be77d4-e0f4-11e3-8653-1c4356979dec-

La Sécurité Sociale demande à cet homme, héros national, de rembourser les frais d'hospitalisation de l'assassin de sa fille Kalinka.

Le 20 décembre 2012, en appel, Krombach avait été condamné par la cour d'assises de Créteil à 15 ans de prison.
En juin 2014, le tribunal correctionnel condamne André Bamberski  à un an de prison avec sursis, une peine plus lourde que les réquisitions. On lui reproche d'avoir fait enlever Dieter Krombach.
En mai, lors de l'audience, Bamberski apprend que la Sécurité Sociale s'est portée partie civile contre lui et lui réclame la prise en charge de tous les soins médicaux du Docteur Krombach en France depuis le 18 octobre 2009.
Pour éviter qu'il ne soit maltraité, voire tabassé, par les autres détenus, Krombach incarcéré à Fresnes est placé à l'Hôpital National des Prisons de France où il restera deux ans et demi.
Ce sont ces frais d'hospitalisation que devrait payer Bamberski.
La somme à verser pourrait être considérable.
Le procès au civil aura lieu en décembre prochain.

Le rappel des faits
Les faits qui sont reprochés à André Bamberski remontent au 17 Octobre 2009 ; cette nuit là, un homme est retrouvé ligoté et bâillonné dans une rue à proximité du tribunal de Mulhouse. Il s'agit de Dieter Krombach, un homme de nationalité allemande condamné en 1982 en France par contumace à 15 ans de prison pour le meurtre de Kalinka Bamberski, la fille d'André Bamberski. Malgré cette condamnation Dieter Krombach vivait libre en Allemagne. Lassé de tenter d'obtenir son extradition André Bamberski a donc "organisé" l'enlèvement du meurtrier de sa fille. Un kosovar agé de 43 ans, Anton Krasniqi se serait proposé pour enlever Dieter Krombach en Allemagne et le ramener en France. Cet enlèvement a permis de traduire Dieter Krombach devant la justice française, il a été condamné en 2011 et 2012 à 15 ans de réclusion, il purge sa peine à la prison de la santé à Paris.

---------------------------------

Merci d'intervenir en signant la pétition: c'est aux agresseurs de payer les frais qu'engendrent leurs crimes et pas le contraire!