mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été sur Mediapart !

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 25 août 2016 25/8/2016 Édition de la mi-journée

Décharge de Nonant-le-Pin: que fait le ministère de l’écologie ?

A la veille d'une décision de la Cour d'appel de Caen sur le projet de stockage de déchets automobiles dans une commune de l'Orne, les élus écologistes José Bové, Karima Delli, François Dufour et Yanic Soubien interpellent la ministre de l'écologie, Ségolène Royal et lui demandent de suspendre l'autorisation d'exploitation accordée à l'entreprise GDE.

A la veille d'une décision de la Cour d'appel de Caen sur le projet de stockage de déchets automobiles dans une commune de l'Orne, les élus écologistes José Bové, Karima Delli, François Dufour et Yanic Soubien interpellent la ministre de l'écologie, Ségolène Royal et lui demandent de suspendre l'autorisation d'exploitation accordée à l'entreprise GDE.

 


 


Depuis plus d’un an, citoyens, professionnels du cheval et de l'agriculture se battent contre le projet de centre de stockage des déchets de Nonant-le-Pin, dans l’Orne. Les écologistes soutiennent les opposants à ce projet planté au cœur d’un espace naturel riche. Ils dénoncent l’accaparement de terres agricoles par une entreprise pollueuse, symptomatique des dérives de notre système de production.

La qualité de l’air, de la terre et de l’eau, gage d’un élevage sain et du bien-vivre des riverains, est clairement bradée au profit d’une logique purement comptable. En ce sens, la mobilisation des « anti-GDE », du nom de l'entreprise concernée, est le symbole d’une résistance citoyenne pour préserver des ressources naturelles en milieu rural, notre bien commun à tous.

Rappelons qu’en mai dernier, la justice a jugé illégales les 1 856 tonnes entreposées pendant les deux seuls jours d’ouverture du site et ordonné sa fermeture. L’entreprise GDE, propriétaire du site, a contesté cette décision, qui doit être tranchée devant la Cour d’appel de Caen en délibéré ce mercredi 21 janvier 2015.

Le 6 octobre 2014, les forces de police ont expulsé les opposants au projet qui bloquaient l’entrée de la décharge de manière pacifique. Malgré cette expulsion, les « anti-GDE » sont plus que jamais mobilisés pour que le gouvernement prenne ses responsabilités et demandent la suspension de l’autorisation administrative délivrée par le Tribunal administratif de Caen à GDE.

Mme Royal, comment pouvons-nous expliquer à ces opposants l’inaction des pouvoirs publics alors que les soupçons de malhonnêteté de l’entreprise exploitante sont de plus en plus nombreux ? Comment pouvons-nous expliquer que vous, ministre de l’Écologie engagée, ne réagissiez pas alors qu’il est avéré que les sols sont déjà pollués par les déchets déposés il y a plus d’un an par l’entreprise ?

2014 s’est achevé avec le souvenir dramatique de la mort de Rémi Fraisse à Sivens, la situation reste enlisée à Notre-Dame-des-Landes, et partout en France, des citoyens, toujours plus nombreux, s’engagent pour préserver l’environnement comme autour du projet de Center Parcs de Roybon (Isère) ou pour promouvoir un modèle « alternatif et écolo » comme à la ferme des bouillons (Eure).

2015 sera l’année du climat, celle du grand rendez-vous de la COP21 qui exige de faire de la France un pays exemplaire en termes d’écologie.

Il n’y a pas si longtemps, vous prôniez, Mme la Ministre, le principe de la « démocratie participative » pour restaurer la confiance entre le politique et les citoyens et trouver un mode de gouvernance plus proche des préoccupations et des attentes de la population. Votre engagement auprès des opposants au projet de décharge de Nonant serait une preuve que cette idée n’est pas perdue !

Mme la Ministre, la politique de l’autruche ne fonctionne pas, au contraire, elle exacerbe les tensions et creuse le fossé grandissant entre les responsables politiques et les citoyens. Par conséquent, nous vous demandons de suspendre l’autorisation d’exploitation de GDE en attente des résultats des expertises indépendantes en cours sur le projet. Il en va de l’avenir d’un département, d’un environnement exceptionnel, de la vie de centaines d’habitants, de centaines d’emplois issus des terres d’élevage et de savoir-faire liés au cheval reconnus au niveau international.

José Bové, député européen EELV
Karima Delli, députée européenne EELV du Nord-Ouest
François Dufour, vice-président EELV du conseil régional de Basse-Normandie 
Yanic Soubien, vice-président EELV du conseil régional de Basse-Normandie 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Et bien voilà, cest fait...

Malgré la reconnaissance des faits, malgré les preuves accablantes... le verdict est tombé

GDE est relaxé... ils peuvent polluer tant qu'ils veulent la justice vient de leur signer un blanc-seing...

Quelle ignominie !!

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 362 abonnés

Les invités de Mediapart

À propos de l'édition

Tribunes, points de vue et libres opinions des invités de la rédaction de Mediapart.

mots-clés