Billet de blog 20 nov. 2015

La Fraternité, du sentiment à l'action

Jamel El Hamri, fondateur de l'AFPI (Académie française de la pensée islamique), analyse ce qui est à l'œuvre dans la société française depuis les attentats du 13 novembre. «Une nouvelle identité française émerge petit à petit malgré les lectures identitaires et idéologiques de l'histoire de France, malgré les deux complexes hérités de l'histoire coloniale qui s'entrechoquent», estime-t-il.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jamel El Hamri, fondateur de l'AFPI (Académie française de la pensée islamique), analyse ce qui est à l'œuvre dans la société française depuis les attentats du 13 novembre. «Une nouvelle identité française émerge petit à petit malgré les lectures identitaires et idéologiques de l'histoire de France, malgré les deux complexes hérités de l'histoire coloniale qui s'entrechoquent», estime-t-il.

-----------------------------------------------------------------

La belle fraternité exprimée en France lors de ces jours de deuil national est aujourd'hui face à un dilemme : doit-elle revenir à l’abstraction comme une prisonnière ayant eu une permission de quitter les dorures des frontons de nos mairies, ou alors doit-elle devenir une nouvelle fraternisation française et humaine qui s'incarnera chez les individus, les communautés, les élites et la communauté nationale, ici et ailleurs, maintenant et demain ?

Vendredi 13 novembre 2015 restera tristement dans nos mémoires comme la date du drame ayant secoué notre pays, plus de cent personnes décédées et plusieurs centaines de blessés. Des victimes françaises, parfois étrangères, au cœur de Paris et en banlieue, de toutes les couleurs et de toutes les religions, qui ont été lâchement assassinées par une entreprise terroriste. Malgré le choc, un élan de solidarité eu lieu spontanément en France et à travers le monde exprimant une fraternité humaine et citoyenne.

Cette fraternité enseignée dans toutes les religions et toutes les grandes philosophies, inscrite sur tous les frontons de nos mairies, en avait plus qu'assez d'être murée dans sa prison dorée de l'abstraction. Elle voulait s'évader vers une réalité concrète certes, ici dramatique, mais qui lui donne la possibilité de s'incarner chez tous les individus de bonnes volontés. La fraternité ne voulait plus être qu'un simple sentiment mais une action concrète, elle voulait s'élever vers la fraternisation.

Quand les consciences s’éveillent la fraternité se révèle

Mercredi 11 novembre, nous avions été avec une trentaine d'enfants à Verdun pour honorer les soldats métropolitains et coloniaux, dont beaucoup étaient de confession musulmane, morts pour la France. Nous nous sommes inspirés de cette fraternisation d'armes face à un ennemi commun sans penser un instant que quarante-huit heures plus tard nous allions subir une attaque terroriste et faire aussi l'expérience d'un ennemi commun. Il y a eu malheureusement, ce vendredi, des victimes de toutes les religions, de toutes les cultures. Le terrorisme a voulu tuer le peuple français dans sa diversité, la France telle qu'elle est. Les Français ont été choqués, bouleversés puis meurtris. Pourtant au même moment, une solidarité spontanée a fait irruption dans nos vies. Les uns ont ouvert leurs maisons, les autres ont aidé les victimes, du sang a été donné et des messages d'amour et de paix communiqués par tous envers tous.

Nous nous sommes rendu compte que le corps social était aussi un corps physique. Chaque mort était une partie de nous-mêmes qui mourrait, nous avons ressenti les mêmes émotions. Les attentats de janvier nous avaient déjà tous touchés, c'était horrible, mais là nous avons malheureusement atteint un sommet dans l'horreur. L'ennemi nous a tous mis dans le même sac et nous rappelle combien nous sommes une société. Les messages citoyens ont très vite afflué pour que notre société ne se divise pas, montrant la maturité du peuple français et celle, retrouvée, de nombreux responsables politiques et médiatiques.

Citoyenneté et vivre ensemble en action : vers une nouvelle fraternisation française ?

Une nouvelle identité française émerge petit à petit malgré les lectures identitaires et idéologiques de l'histoire de France, malgré les deux complexes hérités de l'histoire coloniale qui s'entrechoquent, celui de supériorité des descendants des colonisateurs et celui d'infériorité des descendants des colonisés. Ces deux complexes génèrent deux désirs contradictoires, un désir d'invisibilité et un désir de visibilité qui provoquent des crispations identitaires, du repli sur soi voire du dogmatisme religieux et laïque.

La nouvelle fraternisation française devra prendre en compte toutes les histoires de France, les plus glorieuses comme les plus sombres, afin de faire une véritable place aux héritiers français des histoires coloniales dans le récit national. Toutes les angoisses des Français dans leur diversité devront être prises en compte car l'histoire et la psychologie, différentes de l'idéologie, sont indispensables pour pacifier nos relations d'aujourd'hui. Nous devrons également enrichir cette fraternisation de notre combat contre les multiples discriminations à l'emploi, au logement ou aux loisirs, dont sont victimes les Français héritiers de l'immigration et de la colonisation.

Ces discriminations mettent en avant le communautarisme d'en haut, indolore et incolore, culturellement raciste et socialement élitiste. Nous devons prolonger l'analyse de Pierre Bourdieu sur la reproduction sociale en y ajoutant la dimension culturelle qui fait vivre à un bon nombre de ces citoyens français "le plafond de verre" social. Les discriminations sont une entrave au vivre ensemble, à la méritocratie républicaine et à la fraternisation française à laquelle nous appelons si nous voulons véritablement envisager une société française fidèle à ses valeurs. La société française de demain devra être, dans la fraternisation, cohérente à l'intérieur de ses frontières mais aussi à l'extérieur notamment dans le monde musulman et en Afrique.

Contribuer à la consolidation de la civilisation humaine : un devoir pour la France

Autrement dit, la politique intérieure, économique et sociale, est liée à la politique étrangère de la France et si nous, citoyens de France, n'en prenons pas conscience, nous risquons de subir malheureusement la dramatique "convergence des humiliés". Nous voyons de jeunes citoyens européens à la marge de nos sociétés, dans nos quartiers abandonnés, converger vers une entreprise terroriste nommé "Etat islamique" qui n'a d'Etat et d'islamique que le nom. La cohérence avec nos valeurs ne doit plus s'arrêter aux périphériques des grandes villes ou au port de Marseille, nous devons les vivre, les incarner et les promouvoir pour le vivre ensemble dans notre société et au sein de notre civilisation humaine.

Certes ce n'est pas chose facile, nous savons que la France a perdu de sa puissance politique durant tout le XX ème siècle, son ego a été touché, son prestige remis en cause par les deux guerres mondiales et les décolonisations. La France a toujours eu une vocation à penser pour elle-même depuis le siècle des Lumières et pour les autres depuis l'époque coloniale mais lorsqu'elle y arrive moins comme en ce début de XXI ème siècle, elle angoisse, se remet en cause et elle tentée de se replier sur elle-même. Le monde a changé, de nouvelles puissances émergent sur la scène internationale en même temps que les thèses déclinistes d'idéologues mi- lettrés mi- intéressés qui se font les VRP de l'idéologie du choc des civilisations. Leurs pensées "fantasmagoriques" ne reposant sur aucune étude empirique supplantent les analyses pondérées et scientifiques des chercheurs et les réflexions pertinentes et visionnaires des intellectuels.

Ces idéologues divisent la France en deux et le monde en deux, ils vont jusqu'à créer un ennemi de l'intérieur, le musulman et de l'extérieur, le monde musulman. La France doit faire le deuil de l'ancien monde et penser ses richesses culturelles, intellectuelles, économiques et sociales uniques au monde. Elle doit, par la fraternisation humaine, contribuer, au-delà de ses acquis historiques, à l'émancipation de ses anciennes colonies et à la consolidation d'une civilisation humaine.

Fraterniser : un verbe que l’on doit apprendre à conjuguer

Les deux défis de la fraternisation française et la fraternisation humaine doivent être relevés par l'ensemble des citoyens français, les classes populaires, économiques, politiques, intellectuelles et médiatiques. La double fraternisation passera par la création de passerelles et de solidarités entre tous les territoires de France (villes, campagnes, quartiers populaires) et tous les territoires du monde (anciennes colonies, monde musulman etc...). Nos valeurs de liberté, d'égalité, de responsabilité et de fraternité seront garantes de la cohérence nos actions en France et à l'étranger.

Dès aujourd'hui, deux réflexions doivent être menées simultanément, tout d'abord les relations entre les autorités françaises et les institutions musulmanes françaises pour accompagner et renforcer l'ancrage institutionnel de l'islam, mais aussi les relations de la France avec les pays musulmans pour accompagner leur développement économique, social et culturel. Les autres communautés religieuses et philosophiques doivent faire bénéficier aux communautés musulmanes de leur expérience pour l'organisation du culte musulman. C'est à ce prix que la France pourrait redevenir une belle expérience du vivre ensemble fraternelle, une voix politique singulière, une pensée humaniste et une conscience qui ne troque pas sa vocation pour des intérêts économiques illusoires ou au nom d'une prétendue supériorité culturelle.

Le monde fraternise, fraternisons entre nous, Français, fraternisons avec le monde afin que la France soit une conscience qui ne cherche plus à dominer mais à éclairer l'humanité de son humanité.

A Paris, le mercredi 18 novembre.

Jamel El Hamri

Doctorant en islam contemporain à l'université de Strasbourg
Président et fondateur de l'AFPI, Académie française de la pensée islamique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette