Billet de blog 21 mai 2011

L'égalité des chances, un droit pour tous les enfants

Une approche fondée sur les Droits de l'homme, et non plus seulement sur les besoins matériels, doit permettre aux enfants «déracinés culturellement et psychologiquement», en «rupture familiale et sociale», d'accéder à une scolarité normale. Par Alessandra Aula, secrétaire générale adjointe du Bureau international catholique de l'enfance.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une approche fondée sur les Droits de l'homme, et non plus seulement sur les besoins matériels, doit permettre aux enfants «déracinés culturellement et psychologiquement», en «rupture familiale et sociale», d'accéder à une scolarité normale. Par Alessandra Aula, secrétaire générale adjointe du Bureau international catholique de l'enfance.


--------------

Partout dans le monde, y compris en Europe, des millions d'enfants déracinés physiquement ou psychologiquement à cause de la pauvreté, des guerres, des catastrophes naturelles ou de la précarisation des familles sont aujourd'hui en situation d'échec scolaire ou carrément exclus du système éducatif. La crise économique et financière de ces dernières années a encore aggravé une situation déjà alarmante, comme en atteste le rapport de l'Unesco paru en mars dernier. Si en 2008 déjà, on déplorait la non scolarisation de plus de 67 millions d'enfants, au vu des tendances actuelles, on risque d'avoir plus d'enfants non scolarisés en 2015 qu'aujourd'hui (1).
Fort de ce constat inquiétant, le Bureau international catholique de l'enfance (Bice), un réseau d'organisations et d'institutions engagées pour la promotion et la protection de la dignité et des droits de l'enfant partout dans le monde, a décidé de se mobiliser en organisant, avec le soutien du secteur Education de l'Unesco, un Congrès international visant à réaffirmer le droit à l'éducation des enfants en rupture familiale et sociale (2), à apporter des réponses concrètes pour que ce droit puisse être exercé par tous les enfants sans exclusion.
Il existe un énorme déficit au niveau des organisations internationales, y compris des ONG, sur le thème du droit à l'éducation. On réfléchit encore trop en termes de besoins matériels plutôt qu'avec une approche droits de l'Homme. Surtout, il manque une réflexion qualitative sur la formation des formateurs et sur des approches nouvelles (comme celle de la médiation, de la résilience scolaire, de la formation des parents) qui permettraient de mieux inclure dans les systèmes éducatifs les enfants déracinés culturellement et psychologiquement.
Prenons l'exemple des enfants en situation de migration internationale, l'une des trois catégories d'enfants (3) sur lesquelles portent les travaux des experts internationaux qui seront présentés lors du Congrès. Au-delà du cas extrême d'enfants se retrouvant privés d'école du fait d'une mise en détention ou en rétention, il y a tous ceux qui sont mis en échec par un système éducatif ne tenant pas compte de leurs difficultés particulières: barrière de la langue, choc culturel, difficultés administratives et financières qui empêchent l'enfant d'effectuer une scolarité «normale» ou, au contraire, absence de mixité dans des quartiers dits «d'immigration» dont les écoles souffrent de nombreuses lacunes. Peut-on admettre que le droit fondamental à l'éducation de ces enfants soit conditionné par leur situation administrative et celle de leurs familles ? Non bien sûr.
La Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant le stipule clairement: les Etats s'engagent à assurer l'exercice du droit à l'éducation progressivement et sur la base de l'égalité des chances. L'éducation de l'enfant doit notamment viser à favoriser l'épanouissement de sa personnalité et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de ses potentialités.
Autant la gravité de certaines conditions de vie demande des réponses qui satisfassent des besoins immédiats (construction de salles de classe, distribution de matériel scolaire, etc.), autant il nous parait fondamental de faire ressortir du Congrès quelles sont les obligations des Etats et d'aider les pouvoirs publics dans le pilotage de leurs politiques en matière d'éducation.
A cette fin, le Bice soutient le mandat du Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'éducation, Kishore Singh, qui interviendra lors de notre congrès, et note avec satisfaction que son premier rapport au Conseil des droits de l'homme (4) porte sur l'égalité des chances en mettant notamment en relief le fait d'assurer une protection légale au droit à l'éducation au niveau national, le renforcement des mécanismes mis en place par les institutions nationales et l'étroite collaboration qu'il faut établir entre les Etats, les institutions académiques et la société civile.
Les résolutions qui seront issues du congrès devraient donc bien permettre au Bice ainsi qu'à ses membres et partenaires d'accentuer leur plaidoyer au niveau national, régional et international grâce à un travail mieux concerté en réseau pour solliciter une implication soutenue de la part des pouvoirs publics en faveur de la réalisation du droit à l'éducation pour tout enfant.
(1) Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous, Unesco, 2011.
(2) Congrès international sur le droit à l'éducation des enfants en rupture familiale et sociale. Du 23 mai au 25 mai 2011, à la Maison de l'Unesco.
(3) Enfants dans un contexte de migration internationale, enfants dans un contexte familial fragilisé, enfants en situation de rue.
(4) Le Rapporteur spécial présentera son rapport le 31 mai 2011 lors de la XVIIe session régulière du Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber