Lettre ouverte à Brice Hortefeux

Guillaume Weill-Raynal, ancien avocat au barreau de Paris, essayiste, est l'invité de Mediapart. Il dénonce le « prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme » décerné au ministre de l'Intérieur par une association qui montre du doigt les musulmans.

Guillaume Weill-Raynal, ancien avocat au barreau de Paris, essayiste, est l'invité de Mediapart. Il dénonce le « prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme » décerné au ministre de l'Intérieur par une association qui montre du doigt les musulmans.

--------------

Monsieur le Ministre,

 

Supposez que vous appreniez par vos services que depuis plusieurs mois, une association notoirement connue publie sans relâche sur son site Internet des articles qui disent que les juifs représentent un ordre politico-religieux étranger aux valeurs de la France, que leurs synagogues n'affichent rien moins qu'une volonté d'éradication culturelle des autres cultures françaises, que les juifs qui vivent en France sont responsables de l'hostilité grandissante que leur vouent les Français de culture occidentale et chrétienne, que leur présence sur le sol européen obéit à un projet de conquête et de domination vieux de plusieurs siècles, et qu'enfin la croissance de la population juive en Europe peut être comparée à la prolifération menaçante de rongeurs. Comment réagiriez-vous ? Vous n'hésiteriez pas une seule seconde sur le caractère manifestement raciste et antisémite de tels écrits et suggéreriez à votre collègue ministre de la justice d'engager aussitôt des poursuites contre leurs auteurs et ceux qui les diffusent.

 

Supposez que vous appreniez alors que non seulement aucune poursuite n'a jamais été engagée contre ces écrits mais que de surcroît, l'association qui les diffuse se paye le luxe d'organiser des dîners-débats mensuels et d'y inviter des personnalités de la majorité et de l'opposition, parmi lesquels, depuis janvier 2009, cinq de vos collègues du gouvernement. J'imagine que vous ne pourriez vous empêcher de manifester un profond étonnement.

 

Supposez enfin que vous appreniez un beau matin, en lisant le journal, avoir été vous-même convié, la veille, à un colloque organisé par cette association et y avoir reçu des mains de vos hôtes le « Prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme », vous penseriez sans doute que vous êtes en train de faire un mauvais rêve.

 

Mais vous ne rêvez pas. Tout ce qui précède est rigoureusement exact. L'association dont il est question se nomme l'Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF). Le colloque auquel vous étiez convié et que vous avez bien voulu honorer de votre présence s'est tenu dimanche 13 décembre à l'Espace Pierre Cardin, à Paris. L'UPJF vous a effectivement décerné le prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Quant aux écrits que je viens de citer, ils sont bien réels et sont consultables à tout moment sur le site de cette association[1]. A une seule inexactitude près : ils ne visent pas les juifs. Seulement les musulmans. J'ai juste changé les mots. Devoir user d'un tel stratagème pour faire prendre conscience de l'énormité de la chose en dit déjà long sur le deux poids deux mesures auquel chacun semble s'être aujourd'hui accoutumé.

 

Depuis plusieurs mois, l'UPJF se lâche. Il n'est pas de semaine où elle ne publie sur son site des articles de cette espèce venimeuse. Ceux que je viens de citer ne sont qu'un échantillon. Le tout, dans une indifférence absolue. J'avais tenté d'attirer l'attention du Crif et de la Licra sur cette situation intolérable, par une « Lettre ouverte à MM. Patrick Gaubert et Richard Prasquier », publiée en septembre dernier sur plusieurs sites. Je leur avais même personnellement adressé le texte de cette lettre. Je n'ai reçu aucune réponse, ne fût-ce que de simple courtoisie pour m'en accuser réception.

 

Le colloque du 13 décembre dernier auquel vous avez participé avait pour thème la lutte contre l'antisémitisme. Combat infiniment respectable, mais dont l'UPJF semble avoir une conception aussi extensive qu'abusive : selon les articles que l'on trouve également sur son site, est réputée antisémite toute personne qui ne souscrit pas sans réserves aux thèses les plus radicales de la droite israélienne[2]. Ce qui, vous en conviendrez, conduit plus à déshonorer la cause que l'on prétend défendre qu'à la soutenir. Pour l'ensemble de ces raisons, il m'apparaissait incompréhensible qu'un ministre de la république vienne apporter sa caution à cette manifestation. Et encore plus qu'un mouvement qui diffuse dans le public des idées aussi ouvertement racistes ridiculise ce ministre en lui remettant un très surréaliste « prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme ».

 

J'ai tenté de faire valoir ces raisons dans un article paru ces jours-ci sur le site de l'hebdomadaire Marianne[3]. Sans grande réaction, d'un côté comme de l'autre. Le site du ministère de l'intérieur a fait part du prix que vous aviez reçu comme s'il s'agissait d'une distinction honorifique respectable et prestigieuse. Le site de l'UPJF a continué, quant à lui, à publier ses articles fétides. Précisément celui en date du 17 décembre, qui compare les populations musulmanes à des rongeurs qui prolifèrent, suivi le lendemain d'un montage photo « humoristique » montrant une manifestation de Martiens sur la planète Mars sous une banderole : « Musulmans, rentrez chez-vous ».[4] Il n'y aurait donc pas de place pour les Musulmans ni en France, ni en Europe, ni dans le cosmos...

 

Il serait inimaginable que le ministre de l'intérieur, en charge de l'ordre public et aussi des cultes demeure sans réaction face à des agissements aussi graves, caractérisés, et réitérés. Aussi, je me permets de vous demander, Monsieur le Ministre, que vous condamniez publiquement et sans réserve les intolérables écrits diffusés par l'UPJF. Il serait également à votre honneur et à l'honneur de la république que vous représentez que vous refusiez tout aussi publiquement le prix indigne qui vous a été décerné par ce mouvement raciste.

 

Veuillez croire, Monsieur le Ministre, à l'assurance de ma haute considération.


[1]« Des mosquées à n'en plus finir en France et en Europe », mis en ligne le 1er mai 2009, « Comment l'islamisme m'a rendue islamophobe », mis en ligne le 10 mai 2009, « Un cheval de Troie moderne, la doctrine islamique de l'immigration », mis en ligne le 11 septembre 2009, « La France va-t-elle s'intégrer à l'Islam », mis en ligne le 17 décembre 2009.

[2] Voir notamment « Les métastases de l'antisémitisme », mis en ligne le 2 décembre 2009, et « Le temps de l'annexion est venu », mis en ligne le 19 novembre 2009.

[3]« La bonne blague : Brice Hortefeux primé pour sa lutte contre le racisme »,

[4] Ce dernier article a disparu du site 48 heures après sa mise en ligne. Le titre - Des photos exceptionnelles sur mars - est néanmoins resté sur le sommaire de la newsletter. Je tiens à votre disposition l'entier de l'article et des photos dont j'ai conservé une copie.

-----

Guillaume Weill-Raynal est l'auteur d'«Une haine imaginaire ? - contre-enquête sur le "nouvel antisémitisme"» (Armand Colin 2005) et des «Nouveaux désinformateurs» (Armand Colin 2007.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.