Climat: des mesures encore insuffisantes

Objectif fixé par la Commission européenne pour 2030, la « réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% » ne suffira pas, proteste Philippe Lévêque, directeur général de l'ONG Care France. Il presse le président de la République d'être « plus exigent pour l'Europe ». 

Objectif fixé par la Commission européenne pour 2030, la « réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% » ne suffira pas, proteste Philippe Lévêque, directeur général de l'ONG Care France. Il presse le président de la République d'être « plus exigent pour l'Europe ». 


 

Monsieur le Président de la République,

 

Le livre blanc de la Commission européenne sur la politique énergie-climat de l’Europe d’ici à 2030, publié aujourd’hui, ignore l’urgente nécessité d’adopter des mesures fortes pour lutter contre le changement climatique. Une réduction de 40% de gaz à effet de serre d’ici 2030 est loin d’être suffisante pour amoindrir les risques liés au réchauffement de la planète.

Or, Monsieur le Président, l’Union Européenne et la France, qui accueillera la conférence des Nations unies sur le climat en 2015, doivent montrer l’exemple et envoyer un message fort à la communauté internationale.

En 2012, 800 événements extrêmes recensés ont engendré le déplacement de 32 millions de personnes et ont coûté trop de vies humaines et de pertes économiques (1). Si nous continuons sur les tendances actuelles d’émissions mondiales, d’ici 2080, 600 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir d’insécurité alimentaire, venant grossir le chiffre des 925 millions de personnes déjà touchées aujourd’hui (2). Le changement climatique se ressent particulièrement dans les pays les plus vulnérables n’ayant pas de moyens d’adaptation, notamment à travers l’intensification des catastrophes naturelles, de la désertification et de la variabilité de la pluviométrie. CARE International, qui travaille dans 70 pays en développement, s’inquiète des impacts qui touchent et toucheront gravement les populations de ces pays.

Malgré les enjeux, la France soutient l’adoption du seul objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% et hésite à se positionner sur un objectif en termes de part des énergies renouvelables. Une position qui ne permettra pas d’atteindre une réduction de 80-95% de gaz à effet de serre d’ici 2050, seul scénario qui nous permettrait de préserver les citoyens du monde des pires conséquences du changement climatique.

Comment rattraper le retard ? Les rapports scientifiques, les ONG, des parlementaires européens et certains pays européens tels que l’Allemagne et le Danemark préconisent l’adoption en mars 2014 par l’Union européenne de 3 objectifs complémentaires. CARE International soutient ces propositions :

-        55% de réduction des émissions de gaz à effets de serre

-        40% d’énergies renouvelables

-        45% d’amélioration en termes d’efficacité énergétique

Les outils pour mettre en place des solutions efficaces et équitables existent et doivent être déployés à grande échelle. Ces mesures sont source de création d’emplois dans le domaine des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique en Europe. Aussi, tout retard de la France et des objectifs a minima du livre blanc aujourd’hui rendront la transition écologique plus coûteuse demain. Les coûts de l'adaptation pour l'Afrique pourraient atteindre environ 350 milliards de dollars par an d'ici à 2070 si rien n’est fait. Alors que, si nous réduisons drastiquement nos émissions, ces coûts pourraient diminuer de presque 50% (3).

Au moins 110 gouvernements et ministères de la défense ont identifié le changement climatique comme une menace majeure pour la sécurité nationale et internationale (4) et le dernier rapport du World Economic Forum classe les crises liées au changement climatique dans le top 10 des risques mondiaux en 2014 (5).

A l’heure où les débats sur l’agenda post-2015 des Objectifs du Millénaire pour le développement et les objectifs de développement durable commencent aux Nations unies, il faut un engagement politique fort et rapide pour adopter des mesures adaptées aux défis auxquels nous faisons face et ceux à venir.

Monsieur le Président, chaque négociation ratée vient aggraver les conséquences du changement climatique. Soyez plus exigeant pour l’Europe ! Le changement c’est maintenant !

 

(1) source : IDM et NRC
(2) source: PNUD 2008
(3) source : Africa Adaptation Gap report, 2013
(4) source : Global Security Defense Index
(5) source : Global Risks 9th edition, WEF

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.