Billet de blog 22 janv. 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Rallumer les lumières

 Poète et rappeur, Marc Alexandre Oho Bambe a proposé à Mediapart ce texte écrit « en réaction à ce qui nous a tous secoués, pendant un atelier d'écriture et d'expression poétique et citoyenne » qu'il mène en milieu scolaire, « en regardant des jeunes qui ont été soufflés un 7 janvier. Et pour certains, de culture ou religion musulmane, c'est l'enfer depuis ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Poète et rappeur, Marc Alexandre Oho Bambe a proposé à Mediapart ce texte écrit « en réaction à ce qui nous a tous secoués, pendant un atelier d'écriture et d'expression poétique et citoyenne » qu'il mène en milieu scolaire, « en regardant des jeunes qui ont été soufflés un 7 janvier. Et pour certains, de culture ou religion musulmane, c'est l'enfer depuis ».


Répandre les ténèbres, voilà le projet des « assassins d’aube », extrémistes de tous bords.

Et ils sont légion, essaim d’hommes sans âmes, égarés et armés, sentinelles de la pensée, milices de la terreur qui (se) nourrissent (de) la haine.

La haine de l’Autre qui vit, rit, prie, jouit.

Différemment.

Ils sont légion, essaim d’hommes sans âmes qui sèment le chaos, la destruction et la mort sur leur passage.

Ils sont légion, sans honneur.

Et leur projet, est de répandre les ténèbres.

Alors il est temps pour nous, il est temps peut-être, de rallumer les lumières.

Au nord

Au sud

A l’ouest

A l’est

D’Eden.

Car nous sommes nombreux nous aussi, à dire non.

A la peur de l’Autre.

L’Autre qui ne vit pas, ne rit pas, ne prie pas, ne jouit pas comme nous.

Nous sommes nombreux nous aussi, à dire non.

Non à l’obscurantisme, et à la propagande de ceux qui nous tuent, nous défont de notre humanité au nom d’un dieu ou de l’idée qu’ils s’en font, ceux qui nous haine, nous mécréants, athées, agnostiques, animistes, religieux pratiquant ou non, tous infidèles autant que nous sommes au fond.

En droit d’être, humains.

Il est temps, peut-être, de rallumer les lumières.

Et les étoiles, dans les yeux des enfants.

Rallumer les lumières, et les étoiles, voilà notre projet, échafaudé debout, dans le sang gisant au sol, le bruit des balles qui sifflent, des bombes qui soufflent, des machettes qui tranchent, des haches qui décapitent.

Rallumer les lumières, et les étoiles, malgré le bruit, et la fureur.

A 15 ans je me disais que la terre se porterait bien mieux sans prophètes, que le monde tournerait plus rond s’il consentait à croire enfin, en ses poètes.

Je rêvais alors, de voir les peuples se convertir.

A la poésie.

Et je nous imaginais, armés du chant des partisans de la beauté, allant ensemble à la lutte, commettre des attentats poétiques sourire aux lèvres.

J’avais 15 ans, et j’apprenais à vivre selon les vers de Rilke, Holderlin, Césaire, Eluard et Neruda qui m’enseignaient.

L’essence de l’amour, le sens de l’existence, l’école de la pensée libre.

De la poésie.

J’avais 15 ans, je rêvais, j’imaginais, j’apprenais, me questionnais.

J’avais 15 ans.

Depuis j’ai grandi, un peu.

Mais je rêve, j’imagine, j’apprends, et me questionne toujours.

Comment interpeller l’avenir ?

En semant l’espérance. En s’aimant ici et là, partout où danse intense la vie.

Mais ce que je dis n’engage que moi.

Et d’autres aussi, qui refusent d’abdiquer et céder une once d’intelligence collective, résistant comme ils peuvent, à la bêtise, la barbarie, la violence, l’horreur, (in)humaines.

Alors on se bat, pour ne bas basculer.

Ne pas basculer, surtout ne pas basculer, dans le cynisme, le défaitisme, la vulgarité.

Ou alors accepter de tomber, car il n’y a rien de plus humain.

Tomber, puis chevaucher sa chute pour avancer à nouveau, tomber pour mieux se relever et faire face.

Se relever et faire face.

A la bêtise, la barbarie, la violence, l’horreur, (in)humaines.

Ce que je dis n’engage que moi, ou pas.

Car ce que je dis vous engage peut-être, vous aussi, assis confortablement ou non, dans vos vies.

Nous sommes nombreux, à vouloir rallumer les lumières. Et les étoiles, dans nos yeux…

Alors
Serre moi
La main
Fais moi
La paix
Dessine moi
Un matin
De lumière
Et mille soleils de cire qui tournoient
En spirales
Infernales
De tendresse
Derviches
Soyons
Révolutionnaires
D'amour
Pour le meilleur
Et pour le dire
Pour le rire
Des enfants
Le rire
Des enfants
Le rire
Et le dire
Armes miraculeuses
Contre la tentation du pire

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica