Billet de blog 22 avr. 2020

La justice a disparu et les juges ont déserté

Trois avocats du barreau de Paris, Dominique Tricaud, Matteo Bonaglia et Anis Harabi, expriment leur colère devant la mise à l’arrêt de la justice au nom de l’état d’urgence sanitaire et face à la désertion des juges eux-mêmes. « La justice a disparu car il n’y a plus de juges pour la rendre », écrivent-ils.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au-delà des mauvaises pensées que l’on peut prêter au gouvernement, l’ordonnance du 25 mars 2020 (sur la prolongation des délais judiciaires au nom de l’état d’urgence sanitaire) et sa circulaire d’application sont la conséquence inéluctable de la désertion des juges.

Les tribunaux sont fermés et vides, les audiences annulées, les débats supprimés : la justice arrêtée, il n’existe plus aucune régulation judiciaire des conflits.

Des prévenus présumés innocents voient la durée de leur détention provisoire augmenter sans même comparaître devant un juge au mépris des droits et libertés les plus fondamentaux.

Aucun juge pour intervenir dans les innombrables conflits de voisinage et familiaux exacerbés par le confinement.

Les employeurs disposent désormais d’un droit régalien de vie et de mort sur les contrats de travail car aucune juridiction ne peut être saisie des conflits salariaux.

La justice a disparu car il n’y a plus de juges pour la rendre.

Tous les jours et la peur au ventre des vendeuses, des éboueurs, des ouvriers partent au travail. On leur explique, bien qu’ils soient en contact avec des clients ou des collègues, qu’ils ne risquent rien en respectant quelques gestes barrières, en maintenant une distanciation sociale au nom prédestiné et en se badigeonnant de gels hydroalcooliques.

Qui oserait soutenir que les magistrats prennent plus de risques ?

Certes, les magistrats ne nous ont jamais habitué à un courage excessif dans les périodes noires.

Aujourd’hui dans une société qui vacille sous la peur et rêve de dictature, ils devraient rendre la justice c’est-à-dire être le dernier rempart institutionnel des libertés publiques et privées contre l’arbitraire.

Ils devraient intervenir dans l’urgence pour sauver des familles que le confinement déchire, protéger des enfants battus.

Au lieu de quoi ils se terrent !

Le plus étonnant est que cette disparition de la justice n’a pas encore provoqué de guerre civile ou de retour à la loi du Talion.

Bizarrement, mais au prix d’une éclatante victoire des plus forts sur les plus faibles, la société confinée s’accommode de la disparition de la justice.

Les magistrats auraient-ils raison et la justice ne ferait-elle pas partie des activités dont la poursuite est essentielle à la nation ?

De renoncement en renoncement les magistrats sont devenus de moins en moins indispensables au point qu’il ne se rendent pas compte qu’à terme, eux aussi, seront remplacés

Les plus pauvres n’attendent plus d’eux qu’ils les rétablissent dans leurs droits.

Les plus riches ont depuis longtemps trouvé d’autres modes de résolution de leurs conflits.

On s’en doutait, il a fallu le coronavirus pour le démontrer.

Dominique TRICAUD
Ancien Membre du Conseil de l’Ordre

Matteo BONAGLIA  et Anis HARABI
Avocats au Barreau de Paris 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon