Billet de blog 22 juil. 2017

Nous sommes tous des Rifains !

Dans un texte collectif, plusieurs personnalités, dont Olivier Besancenot et Noël Mamère, affirment leur solidarité avec le mouvement social pacifique qui ébranle la région du Rif au Maroc et dénoncent le soutien aveugle de l’Etat français à la monarchie marocaine.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors qu’un mouvement populaire dans le nord du Maroc, qui se bat pour la justice sociale, la dignité et la liberté, est durement réprimé, on ne peut qu'être révoltés par la complaisance du gouvernement français avec le régime de Mohamed VI.

Depuis 9 mois, un mouvement social pacifique a pris de l’ampleur dans la région du Rif au Maroc, suite à la mort tragique de Mohcine Fikri, jeune vendeur de poisson, écrasé le 28 octobre 2016 par la benne à ordures qui engloutissait sa marchandise confisquée par la police.

La visite d’Emmanuel Macron au Roi Mohamed VI le 14 juin dernier a été présentée comme un « séjour privé » afin de « faire connaissance » avec dernier. Elle n’a fait que confirmer la continuité des politiques menées par les gouvernements français successifs depuis des décennies. Sur le plan « sécuritaire », Macron considère le Maroc comme un partenaire efficace et fiable dans « la lutte antiterroriste et migratoire et souhaite renforcer les coopérations sécuritaires à l’avenir.

La monarchie se positionne comme un relais et une tête de pont de pénétration des marchés par le biais des filiales des entreprises du CAC 40 implantées au Maroc et en même temps comme un garant des intérêts politiques généraux de l’impérialisme français dans cette région du monde, où la concurrence internationale est devenue plus vive, les chasses gardées plus instables et les facteurs de décomposition plus importants.

Le président Macron a réitéré la position de l’Etat français de soutien à la thèse marocaine, refusant tout référendum d’autodétermination au Sahara occidental, pourtant demandé par l’ONU depuis des décennies.

Il s’est érigé, en ce qui concerne la lutte actuelle dans le Rif, en porte-parole du Palais : «  J’ai senti que le Roi considère qu’il est normal qu’il y ait des manifestations (….) que son souhait est d’apaiser la situation en apportant de la considération à ces régions et des réponses très concrètes, en termes de politiques publiques. La discussion que nous avons eu ne donne pas, loin de là, de craindre à une volonté de répression ». Ces propos sont une insulte à la société civile indépendante, aux mouvements sociaux et démocratiques, qui sont confrontés depuis des années à une répression systématique :

Le jour même de l’arrivée de Macron, le procureur du Roi a annoncé sa demande de longues peines de réclusion pour 25 détenus sahraouis de Gdeim Izik sur la base d’aveux extorquées sous la torture, et 28 jeunes du « Hirak », ont été condamnés à 18 mois de prison ferme et de lourdes amendes en raison de leur participation au soulèvement social dans le Rif.

Depuis la visite d’Emmanuel Macron, la répression n’a cessé de s’accentuer : arrestations quotidiennes, à l’heure d’aujourd’hui plus de 176 emprisonnés, et, pour la seule journée de la fin du Ramadan, des dizaines de blessés et d’arrestations suite à une manifestation pour la demande de libération des détenus. Ce 20 juillet, jour anniversaire de la bataille d’Anoual en en 1921 où les troupes d’Abdelkrim El Khattabi ont décimé l'armée espagnole, l’appel à une manifestation nationale à Al Hoceima a donné lieu à un matraquage systématique. La ville a été assiégée de l’extérieur et de l’intérieur, et soumise à des jets continuels de gaz lacrymogènes et de dizaines d’arrestations.

Depuis toujours les présidents de la Vème république ont protégé la monarchie marocaine. Malgré l’assassinat de Medhi Ben Barka, malgré les emprisonnements arbitraires, les tortures, ils ont soutenu Hassan II. Avec son fils Mohamed VI, Ils entretiennent l’illusion d’une transition démocratique éclairée engagée par le roi là où derrière la monarchie, règne un pouvoir absolu, prédateur, hostile à toute expression indépendante ou contestation. L’Etat français, de père en fils est du côté du pouvoir, quel qu’en soit le prix. La monarchie se replie sur son appareil sécuritaire et judiciaire en s’appuyant sur les législations antiterroristes.

Nous sommes toujours aux côtés du peuple rifain, dont l’histoire garde la mémoire d’une répression sauvage par l’action conjointe de Pétain et de Franco, lorsqu’il s’était révolté contre le colonialisme. Nous dénonçons la stratégie de criminalisation du mouvement social menée par le pouvoir. Nous saluons la détermination et la résistance des manifestants.

Nous exigeons des autorités marocaines :

- L’arrêt de la répression et la libération immédiate de tous les prisonnier-es politiques

- Le respect des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion,

- La satisfaction des revendications et la réponse aux aspirations de dignité et de justice économique et sociale du mouvement des rifains .

Premières signatures :

Jean-Claude Amara (Droits Devant), Verveine Angeli (Solidaires), Olivier Besancenot (ancien candidat présidentielle, NPA), Sergio Coronado (ancien député, Ecologie Sociale), Annick Coupé (ATTAC), Bernard Dreano (Assemblée Européenne des Citoyens), Patrick Farbiaz (Sortir du colonialisme), Noël Mamère (ancien député), Myriam Martin (porte-parole Ensemble), Gustave Massiah (CEDETIM), Christine Poupin (porte-parole NPA), Lydia Samarbakhsh (chargée des Relations internationales du PCF). 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema