Billet de blog 22 déc. 2011

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

L'Equateur, un exemple à suivre pour les pays européens endettés

En 2008, le président équatorien décidait de ne pas rembourser «la part “illégitime” de la dette» de son pays et organisait un audit public. Se référant à ce précédent, Guillaume Beaulande, membre du Parti de gauche, réclame un audit de la dette française car «les citoyens ont le droit de savoir d'où vient la dette, pourquoi elle a été contractée».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2008, le président équatorien décidait de ne pas rembourser «la part “illégitime” de la dette» de son pays et organisait un audit public. Se référant à ce précédent, Guillaume Beaulande, membre du Parti de gauche, réclame un audit de la dette française car «les citoyens ont le droit de savoir d'où vient la dette, pourquoi elle a été contractée».

------------
© 

Le 14 décembre 2008, le président de l'Equateur, Rafael Correa prenait la décision simple et ferme de ne plus payer la part «illégitime» de la dette publique et de suspendre le remboursement des titres de la dette.

Rafael Correa annonçait un plan de restructuration ainsi qu'un audit de la dette publique pour en déceler la part «légitime» (la part utilisée dans l'intérêt du peuple équatorien) et «illégitime» (le renflouement des banques privées et issue des contrats de dettes illégaux), voire «odieuse» (contractée par des régimes dictatoriaux contre l'intérêt du peuple). Le pouvoir exécutif avait en effet décider en 2007 de mettre en place une commission d'enquête pour un audit de la dette sur la période 1976-2006 dont faisaient partie des experts européens tels que Eric Toussaint du Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers-Monde (CADTM). Le président de l'Equateur déclara qu'il ne paierait plus toute une part de la dette jugée illégitime. Cette part fut estimée alors à 70% de sa totalité. Un point significatif de cette démarche est que 95% des créanciers de l'Equateur (FMI, Banques, et autres fonds institutionnels) ont accepté cette décision!

En utilisant l'outil de l'audit de la dette et grâce à une mobilisation populaire, alors à son paroxysme en Equateur, Correa a pu établir le rapport de force nécessaire pour faire accepter à l'oligarchie financière que cette part de la dette n'était pas celle du peuple, ce n'était par conséquent pas au peuple de la payer.

Cela marquait un tournant décisif dans l'histoire politique du pays et mit fin en partie au cercle vicieux de la dette: l'hémorragie financière, la baisse des dépenses publiques qui enrayent toute possibilité de relance, provoquant l'augmentation scandaleuse des intérêts de la dette, mais surtout la perte totale de souveraineté du peuple équatorien qui était demeuré pendant des décennies sous la tutelle du FMI et de la Banque Mondiale. Tous les gouvernements depuis celui de Guillermo Lara (1972-1976) avaient jusque-là appliqué sans sourciller les mesures d'austérité budgétaires imposées par les institutions financières internationales (FMI et Banque Mondiale), mal leur en a pris.

Le non-remboursement de la dette décidé courageusement par Rafael Correa, contrairement à ce que prétendaient les pseudos-experts qui juraient leurs grands dieux que l'on courait droit à la catastrophe, a permis à l'Equateur d'économiser (intérêts compris) près de 7 milliards de dollars. Ils ont été depuis réinvestis dans les dépenses sociales et nottament dans la santé, l'éducation et les aides sociales. Par ailleurs, la part du budget de l'Etat pour le paiement de la dette est passée de 32% à 15% et celle concernant les dépenses sociales de 12 à 25%. En outre, la croissance est en moyenne de 4% depuis 2006, ce qui a permis de financer l'augmentation des salaires, des pensions et l'amélioration générale des conditions de vie.


En mai 2010, los d'une rencontre avec le premier ministre grec Papandreou, Rafael Correa lui avait pourtant bien conseillé de ne plus payer sa dette mais en vain. Il lui expliqua alors avec des mots simples et chargé de bon sens, la logique financière du capitalisme: «Tu es tombé, tu me payes davantage et plus cher, mais pas pour le développement, je te "relève" et on avise». Il a réitéré ce conseil le 8 octobre dernier aux pays européens touchés par la sacro-sainte «crise de la dette» qui n'est qu'un prétexte pour la mise en place des politiques «austéritaires». Il a ajouté qu'il ne fallait pas céder au Fonds monétaire international et à ses prérogatives néfastes. La situation catastrophique de l'Argentine après sa crise de 2001 et le moratoire du paiement de la dette décrété par le président argentin Nestor Kirchner depuis 2003 avait donc montré une voie politique que Rafael Correa a pu approfondir. Grâce à ce moratoire, Nestor Kirchner est parvenu à renégocier sa dette et à relever temporairement l'économie exsangue du pays, celle-ci avait été mise à sac par une décennie de politique néolibéral acharnée, faite de «plans de sauvetages» et autres mesures d'austérité qui n'avaient fait que creuser la plaie.


Pas de cataclysme donc, tout le contraire même: il s'agit de retrouver sa souveraineté en sortant d'une telle «dettocratie» pour pouvoir se doter des outils qui permettent de mettre le système économique au service de l'intérêt général du peuple. Il s'agit de l'intérêt général défini par le peuple pour le peuple et non par un gouvernement soumis aux banques et qui accepte de faire payer au peuple la spéculation financière.

Le courage ce n'est peut-être pas d'annoncer aux peuples comment et pourquoi «il n'y a pas d'alternative» comme le répétait à l'envi Mme Thatcher, le courage politique, c'est sans doute de tout faire pour libérer les peuples de la tyrannie des marchés. Le courage politique, c'est le fait de cesser de parler de la «crise de la dette» quand il s'agit d'une crise systémique et le fait de mettre tout en oeuvre dans l'intérêt des peuples et non pas des créanciers.

En Europe, une dynamique citoyenne commence à se mettre en place, des campagnes pour l'audit et l'annulation de la dette publique se mettent en marche en Grèce, Belgique, Allemagne, Italie et commencent à créer des liens avec les luttes historiques de pays du Sud contre la dette: notamment avec le Maroc, la Tunisie, l'Egypte, la République Démocratique du Congo, l'Equateur, le Brésil...

En France, d'ores et déjà une cinquantaine de collectifs locaux ont été crée en réponse à l'appel national pour un audit citoyen de la dette publique: www.audit-citoyen.org. Les citoyens ont le droit de savoir d'où vient la dette, pourquoi elle a été contractée.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez