Mickaël Delafosse, adjoint à la culture (PS) à Montpellier et Manu Reynaud, secrétaire régional d'Europe-Ecologie/Les Verts du Languedoc-Roussillon ne veulent «plus revivre le désastre de 2002» et estiment que l'union entre socialistes et écologistes est «un impératif autant moral qu'arithmétique».

----------------

puceinvite.jpgFaut-il un candidat écologiste aux élections présidentielles de 2012? Quel projet politique, quel contrat de gouvernance les socialistes et les écologistes sont-ils capables de construire ensemble? Le PS est-il prêt à mouiller la chemise pour permettre l'élection de 50 députés écologistes aux législatives de 2012? Les écologistes sont-ils prêts à renoncer à la tribune médiatique de l'élection présidentielle et à faire campagne avec force derrière le candidat de la gauche?
Ces questions méritent d'être posées aujourd'hui.
Nous ne voulons pas revivre le désastre des élections présidentielles de 2002. Tout doit être pensé et mis en œuvre pour empêcher la présence du FN au second tour. Dans le même temps, tout doit être pensé et mis en œuvre pour battre Sarkozy et sa politique désastreuse. Régression sociale sur le terrain de la retraite et des droits des salariés, précarisation généralisée de l'emploi, financiarisation de l'économie au profit des plus riches, privatisation des services publics, démantèlement de l'école et de l'hôpital publics, trahison des promesses du Grenelle de l'environnement, stigmatisation de la jeunesse et de l'immigration: c'est tout un projet de société qui est à reconstruire, à refonder.
Notre engagement politique est un combat ; un combat pour des idées, pour des valeurs que seule l'union de la gauche et de l'écologie est en mesure de faire triompher. L'union n'est pas un paramètre ou une variable. C'est un impératif autant moral qu'arithmétique.
Forts de ce constat, nous devons considérer l'échéance de 2012 telle qu'elle se présente et non telle que nous la souhaiterions dans l'idéal d'une république parlementaire. Cette échéance des élections nationales s'apparente à une élection à 4 tours dont 2 sont consacrés à choisir la tête de l'exécutif (les présidentielles) et 2 à réunir une majorité parlementaire (les législatives). Cette réalité s'impose à nous.
Aussi, nous en appelons à l'intelligence et la responsabilité collectives du Parti Socialiste et d'Europe Ecologie/Les Verts afin d'entamer un dialogue autour de cette idée simple: quelle est la configuration la plus efficace pour faire gagner la gauche et l'écologie en 2012? Peut-être une candidature écologiste est-elle nécessaire pour élargir l'assise électorale d'une union au second tour de l'élection présidentielle? Peut-être faut-il, au contraire, privilégier un contrat de gouvernance autour d'un candidat unique de la gauche et de l'écologie dès le premier tour? Un contrat qui serait basé à la fois sur un compromis politique (notamment sur les dossiers du nucléaire ou des projets d'autoroutes et d'aéroports) et sur un véritable accord électoral permettant une juste représentation des écologistes à l'Assemblée Nationale.
Rien de tout cela n'est aujourd'hui écrit d'avance. Aucune de ces hypothèses ne doit être écartée a priori. Mais surtout, cette discussion doit être menée au grand jour et non comme une sordide combinazione d'arrière boutique. Nous souhaitons nous adresser à l'intelligence des citoyens qui ont parfaitement compris l'enjeu de ces élections, mais ne comprendraient pas que des choix partisans nous conduisent à un nouvel échec.
Aujourd'hui, nous proposons d'entamer publiquement ce dialogue afin que d'autres s'en emparent. Nous souhaitons qu'il irrigue le débat démocratique sur un projet politique d'union autant que sur les moyens pour le mettre en œuvre: en 2012, au niveau national, comme en 2014, au niveau local.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Comme le dit mastermind plus haut "L'union ou la désunion - Il n'y a pas d'autres alternatives",

Et je dis que l'union est une condition indispensable à la victoire , avec aussi la gauche de la gauche , sur un programme réflechi , négocié et défendu par tous .

C'est pour cela que je déteste quand la gauche de la gauche tape sur le ps . C'est totalement contre productif .Et je prédis que la droite va attaquer là entre la gauche et l'extreme gauche .Cela a deja commencé avec l'histoire des bobos de gauche .