Billet de blog 23 nov. 2010

Outrage

Patrick Filleux, membre fondateur du Syndicat Autonome des Journalistes (SAJ-UNSA), réagit à la sortie de Nicolas Sarkozy contre les journalistes, vendredi 19 novembre à Lisbonne.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Patrick Filleux, membre fondateur du Syndicat Autonome des Journalistes (SAJ-UNSA), réagit à la sortie de Nicolas Sarkozy contre les journalistes, vendredi 19 novembre à Lisbonne.

------------

Depuis trois ans et demi, on ne compte plus ses menaces, ses intimidations, son mépris, ses insultes, directement ou par seconds couteaux interposés.

Le voici venu à l'outrage, ou plutôt aux outrages.

La sortie soi disant «off» de Lisbonne, d'une rare vulgarité (lire l'article de Michaël Hajdenberg), le met définitivement au ban de la Nation, de son Histoire, de sa Culture, de ses traditions, de sa... politesse.

Oui, la «politesse» de la Nation qui se décline en savoir-vivre, élégance, respect de l'autre. Cette politesse que de par sa fonction «il» est aussi chargé de représenter, tant devant notre peuple que devant les peuples du monde, «il» vient de la piétiner, donnant du même coup de notre pays l'image de la patrie des soudards.

Outrage: grave offense, atteinte à l'honneur, à la dignité de quelqu'un, affront, injure (le Larousse est prolixe).

Ce point de presse dans la capitale portugaise, n'était -au départ- en aucun cas «off» (traduction: non destiné à être rendu public), d'autant que c'est le conseiller diplomatique de l'Elysée, Jean-David Levitte, qui devait s'en acquitter. Chacun sait qu'il n'est pas dans les habitudes de ce haut fonctionnaire (unanimement respecté au quai d'Orsay), de confier à la presse des secrets impubliables, ayant trait aux relations internationales.

Non, ce n'est qu'après la consternante et scandaleuse sortie que l'on sait, que «son» entourage s'est précipité pour mettre en garde nos confrères et leur intimer un silence qui a pour noms intimidation, pression, voire chantage aux graves ennuis professionnels pour ceux qui se mettraient en tête de faire tout simplement leur travail, ce pourquoi ils reçoivent un salaire.

Le «off» existe, certes, mais pas devant un groupe important de représentants de la presse. Un ou deux journalistes peuvent bénéficier d'une confidence propre à éclairer leur appréhension et compréhension d'un évènement. C'est courant, légitime et suppose une relation de confiance entre les interlocuteurs qui en règle générale se connaissent bien.

Mais déclarer «off» ce qui ressemble plus à une conférence de presse qu'à un échange discret en coulisses est tout simplement grotesque. D'autant qu'il n'y avait dans les propos tenus, aucune information stricto sensu concernant la réunion de Lisbonne.

Il y eut en revanche un assaut verbal délictueux de la part d'un chef d'Etat.

Et c'est précisemment cet assaut (qui n'était pas pour son auteur un «dérapage», mais bien l'expression consciente d'une ire compulsive) qui valait information. Quel digne titulaire de la carte de presse pourrait défendre le contraire ?

Ces insultes valaient aussi sévère bronca de la part de celles et ceux qui les ont reçu, ou à tout le moins manifestation générale de solidarité avec le confrère visé. Mais semble-t-il, personne n'a bronché. Pas brillant !

Mais, faut-il le rappeler, les journalistes es-qualité ne sont pas plus ou moins courageux que la moyenne de la population. Il ne faut pas rêver. Peu se récitent tous les matins cette maxime d'Albert Londres: «porter le fer dans la plaie».

Et s'«il» est considérablement affaibli et semble précipité dans une fuite en avant dont on ignore où, comment et quand elle se terminera, «il» fait encore peur et son emprise sur les hiérarchies rédactionnelles (dont dépendent les journalistes présents à Lisbonne) est encore forte.

Ce grave incident le prouve mais n'excuse en rien la «frilosité» de nos confrères dont certains (saluon-les ici) ont tout de même pris le parti, après quelques jours de réflexion, de porter discrètement l'affaire à la connaissance du public, par l'entremise de journaux courageux comme Mediapart et l'Express, rapidement suivis par l'Agence France-Presse.

Reste et restera l'outrage.

Mais c'est le peuple qui maintenant a et aura son mot à dire, plus les journalistes qu'«il» outrage, lorsqu'ils ne sont pas ou plus à sa botte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement