Billet de blog 24 juin 2013

Sur les violences dans les manifestations à Brasilia

Le sociologue brésilien Elimar Pinheiro do Nascimento explique l'origine des violences observées au cours des manifestations au Brésil : l'opportunisme de délinquants, le positionnement de quelques courants politiques, les provocations ou le manque de professionnalisme des forces de l'ordre, et l'indignation populaire.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le sociologue brésilien Elimar Pinheiro do Nascimento explique l'origine des violences observées au cours des manifestations au Brésil : l'opportunisme de délinquants, le positionnement de quelques courants politiques, les provocations ou le manque de professionnalisme des forces de l'ordre, et l'indignation populaire.


La télé brésilienne a diffusé en boucle les images de violences dans les manifestations, comme si ces dernières se réduisaient à cela, en les présentant comme des actes de vandalisme. Quand nous ne connaissons pas un phénomène, nous avons tendance à le singulariser. La même chose se produit avec ces actes de violence. Les médias affirment et réaffirment qu'il s'agit de vandalisme, œuvre de marginaux. J'estime qu'il y a au moins quatre formes de violences, du fait de leurs motivations et de leurs auteurs.

La première forme est le fait de marginaux, délinquants et criminels qui profitent de l'occasion pour casser et voler. Choses qu'ils commettent aussi quand il n'y a pas de manifestations : quotidiennement dans le pays, des distributeurs de billets sont dynamités ou simplement pillés.

La deuxième est le résultat du positionnement de quelques courants politiques qui croient que seule la violence permet d'obtenir des changements. Les anarchistes au Brésil sont l'un de ces courants.

La troisième est liée à l'action des gouvernants eux-mêmes. A Brasilia, trois fonctionnaires du secrétariat général de la présidence ont été impliqués dans un incendie allumé avec des pneus sur une avenue gigantesque le 16 juin, avant le match Brésil-Japon dans le cadre de la Coupe des Confédérations. Sur Internet circulent des images de civils discutant avec des policiers, puis jetant des pierres sur des magasins. En fait, des policiers infiltrés. Il y a aussi des failles dans le système de sécurité. Le Palais d'Itamaraty (siège du ministère des affaires extérieures, situé sur la place des Trois-Pouvoirs) a été envahi après que la police a lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants en face du Congrès. J'étais en face du Palais d'Itamaraty et il n'était pas protégé. La police militaire du District fédéral a dit qu'il n'est pas de son ressort de protéger le bâtiment mais que c'est le rôle de la Marine. Laquelle répond que sa mission se limite à l'intérieur du bâtiment. A la télévision, on voit des scènes où des commandants de police ordonnent à leurs troupes de sortir du cordon de protection pour courir au milieu de la foule et aller chercher un manifestant. L'intention est clairement que ces policiers, loin de leur unité, soient molestés. Les provocations tout autant que les impréparations sont flagrantes.

La quatrième et dernière forme de violence nait de la colère, de l'indignation et de la révolte pures et simples, spontanées, de manifestants. Des personnes, certaines plus facilement que d'autres, deviennent agressives dans des circonstances particulières.

Tout cela, naturellement, est alimenté par un sentiment de révolte de la population devant la corruption avérée des politiques, les coûts exorbitants de nos stades (pendant que les hôpitaux sont « livrés aux mouches ») et les provocations du Parlement envers une partie de la population. Par exemple : les initiatives pour annuler la loi de la « ficha limpa », issue de la société civile, interdisant aux personnes condamnées de se porter candidates, et d'autres initiatives pour réduire le pouvoir d'investigation du ministère public, favorisant ainsi l'impunité des corrompus ; la nomination en mai d'un député, pasteur évangéliste opposé aux droits de l'homme, homophobe et raciste (les homosexuels sont des malades et les noirs africains sont les descendants maudits de Cham, d'après lui), comme président de la commission des droits de l'homme de la chambre des députés ; enfin l'élection en février du président du Sénat, qui a généré 1,3 million de signatures demandant sa démission.

Le sentiment d'insatisfaction est aussi alimenté par l'inflation (les denrées alimentaires ont augmenté de 14 % cette année) et par le ralentissement de la croissance économique (une moyenne de 1,9 % ces deux dernières années), qui sont perçus par la nouvelle classe moyenne comme une menace contre son pouvoir d'achat.

Les démonstrations de violence risquent d'augmenter si les gouvernants continuent de penser que c'est une bonne stratégie pour « refroidir » les manifestations. Mais « le tir peut sortir par la culasse ». Dans ce cas, ils devront annoncer des mesures beaucoup plus énergiques que celles contenues dans le discours bureaucratique et timide de la présidente Dilma Rousseff, le 21 juin, lors de son allocution à la Nation. Et si ces mesures ne sont pas suivies d'effets, il y aura un nouveau rendez-vous à l'occasion de la Coupe du monde de football 2014, année de l'élection présidentielle au Brésil.

Elimar Pinheiro do Nascimento, sociologue, professeur associé II du Centre de développement soutenable de l'Université de Brasilia.

Version française : Eric Delhaye

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda