Billet de blog 25 juin 2009

Burqa. Doit-on tolérer l'intolérable ?

Robert Ménard s'interrogeait jeudi sur la pertinence du projet d'interdire le port du voile intégral en France. Le journaliste (Bakchich, Démocratie & Socialisme,...), Renaud Chenu trouve, lui, rassurante la prise de position du président de la République sur le sujet au vu des gages que Nicolas Sarkozy avait donné jusqu'alors au communautarisme islamique.

Renaud Chenu
Journaliste/ auteur @renaudchenu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Robert Ménard s'interrogeait jeudi sur la pertinence du projet d'interdire le port du voile intégral en France. Le journaliste (Bakchich, Démocratie & Socialisme,...), Renaud Chenu trouve, lui, rassurante la prise de position du président de la République sur le sujet au vu des gages que Nicolas Sarkozy avait donné jusqu'alors au communautarisme islamique.

De Ryad à Versailles

« Je veux lancer un appel à tous ceux qui, dans le monde, croient aux valeurs de la tolérance, de la liberté, de la démocratie, de l'humanisme... [...] Je veux dire à toutes les femmes martyrisées dans le monde [...] que la fierté et le devoir de la France sera d'être à leurs côtés. [...] La France n'abandonnera pas les femmes qu'on condamne à la burqa. La France n'abandonnera pas les femmes qui n'ont pas la liberté. [...] C'est le message de la France, c'est l'identité de la France, c'est l'histoire de la France. »

Ça, c'était notre président le soir de sa prise de pouvoir. « La France d'après » nous offrit dans la foulée les discours de Latran et de Ryad, quand notre hyper président hyper féministe est allé cirer les pompes des représentants du moyen-âge au XXIe siècle.

On se souvient du très surprenant « La France et l'Arabie saoudite partagent les mêmes objectifs d'une politique de civilisation », en conclusion du discours de Ryad. Une parole on ne plus alambiquée quand on connaît l'état du droit des femmes dans un pays tenu d'une main de fer par des vieillards polygames.

Jamais avare quand il s'agit de faire plaisir à ses interlocuteurs, le Chanoine Sarkozy s'était empressé de réagir au discours d'Obama au Caire en précisant qu'il était « tout a fait d'accord avec le président Obama », « y compris sur la question du voile ». L'élégant Obama venait de tacler la France avec de petites piques du genre : « Il est important pour les pays occidentaux d'éviter de gêner les citoyens musulmans dans la pratique [...] par exemple en dictant les vêtements qu'une femme doit porter ». Que Sarkozy ne soit pas un bouffeur de curés, on le savait depuis la sortie de son très clérical ouvrage La République, les religions, l'espérance (Cerf, 2004). Mais qu'il donne des gages aux islamistes en rappelant qu'il n'était pas favorable à la loi de 2004 sur les signes ostensibles à l'école, on ne pouvait que s'en inquiéter.

Dans le débat qui vient de s'ouvrir sur la port de la burqa, cette horreur obscurantiste annihilant l'humanité des femmes, il serait peut-être temps de rappeler quelques vérités premières. La loi de 1905 n'est pas juste un truc pour faire joli, prônant la tolérance et le respect entre religion. C'est le droit de croire et de ne pas croire, c'est la garantie de la liberté absolue de conscience, c'est le droit à l'indépendance de l'individu à l'égard des sectes et religions qui par extension doit garantir la protection contre toutes les manifestations sectaires et pratiques abominables du style excisions des jeunes filles, mariages forcés, port de la burqa... La République n'est pas un régime neutre. Elle ne doit pas l'être. C'est un régime de combat contre les obscurantisme, elle s'est construite contre l'Église.

Dans son discours devant le Congrès, Sarkozy, réagissant au débat lancé par le député communiste André Gerin, est revenu à la tonalité de son discours du 6 mai 2007 : « Le problème de la burqa n'est pas un problème religieux, c'est un problème de dignité de la femme. C'est un signe d'asservissement, c'est un signe d'abaissement. Elle ne sera pas la bienvenue sur le territoire de la République française. Le Parlement a souhaité se saisir de cette question : c'est la meilleure façon. » Bien. Rassurant. Mais encore ?

L'interdiction est la seule voie raisonnable à prendre

La commission d'enquête parlementaire sur la burqa lancée par le député communiste André Gerin va enquêter sur quoi ? Sur un « phénomène complexe », pour lequel il faudrait « prendre le temps de comprendre », histoire de ne pas « stigmatiser les victimes » ni faire d'« amalgames », comme on l'a beaucoup entendu ?

L'interdiction pure et simple de cet accoutrement immonde est la seule voie raisonnable à prendre. Assortie de poursuites judiciaires systématiques contre ceux qui en feraient la promotion (et pas contre celles qui la portent), et en premier lieu contre les connards qui l'imposent à leurs esclaves. L'atteinte à la propriété, à la vie privée, à l'intégrité physique sont bien proscrits, pourquoi pas l'atteinte à la féminité, qui est une atteinte à l'humanité toute entière ? Rien n'est excusable dans cette pratique. Aucun argument culturel ou religieux ne tient debout dans sa défense. Le port de la burqa est la négation de la féminité, de l'identité, de l'humanité de celles qui la porte. C'est une pratique barbare. C'est une forme de domination horrible, c'est tout simplement de l'esclavage.

Laïcité, République et féminisme ne sont qu'une seule et même chose

Il y avait des esclaves qui aimaient leurs maîtres, il y avait même de bons maîtres. L'esclavage n'en est pas moins barbare. Son interdiction a créé des drames, car beaucoup d'esclaves n'étaient pas prêts à la liberté et ni l'économie et la société prêtes à les intégrer. C'est pareil pour la burqa. Mais l'accepter revient à tolérer l'intolérable, à permettre au fondamentalisme islamiste de parader sur le territoire de la République. L'accepter revient à dire aux femmes du monde entier qui se battent contre l'oppression machiste (de tous les machismes) que leur calvaire est tolérable. Le combat laïque, son message universaliste, sa raison d'être sont de donner les moyens aux femmes, en droit comme en acte, de se libérer de toute violence sectaire, religieuse, culturelle ou familiale. Laïcité, République et féminisme ne sont qu'une seule et même chose. Prétendre chercher à « comprendre » ce phénomène pour botter en touche et lui trouver des excuses, cela revient à nier le droit de ces femmes à vivre. L'honneur de la république serait de leur donner les moyens de se libérer, en leur offrant protection et assistance, pas de les laisser derrière leurs grillages pour leur permettre « d'aller faire les courses », comme on l'a malheureusement entendu dans la bouche d'un « grand » journaliste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report