Billet de blog 25 nov. 2010

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Exigeons l’enlèvement des publicités numériques dans le métro!

Secrétaires nationales du Parti de gauche, la conseillère de Paris Danielle Simonnet et la conseillère régionale d'Île-de-France Pascale Le Néouannic s'insurgent contre les nouveaux panneaux numériques qui ornent depuis peu les couloirs du métro parisien, jugés «antidémocratiques, liberticides, non écologiques et nuisibles à la santé!»

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Secrétaires nationales du Parti de gauche, la conseillère de Paris Danielle Simonnet et la conseillère régionale d'Île-de-France Pascale Le Néouannic s'insurgent contre les nouveaux panneaux numériques qui ornent depuis peu les couloirs du métro parisien, jugés «antidémocratiques, liberticides, non écologiques et nuisibles à la santé!»

-----------------------

Ce n'est pas parce que nous sommes transportés comme des sardines qu'il faut nous prendre pour des cobayes... Exigeons l'enlèvement des panneaux ACL du métro, antidémocratiques, liberticides, non écologiques et nuisibles à la santé!

Ce matin, en prenant le métro vous les avez certainement remarqués: les «jolis» tout nouveaux panneaux sont barbouillés à la bombe, au marqueur ou recouverts d'autocollants. Alors, bravo! Bravo aux militant-e-s anti-pub qui ont mené une action massive hier soir contre les panneaux «ACL» du métro. Au total, par cette action de désobéissance civique et pacifique, plus de 118 panneaux ont été barbouillés ou recollés dans plus de 16 stations, soit un tiers des panneaux ACL en fonctionnement. De nombreuses associations sont en effet mobilisées depuis plusieurs années contre le matraquage publicitaire, comme les «déboulonneurs», «Ras la pub» ou «RAP- Résistance à l'agression publicitaire», rejointes par des associations qui luttent contre le développement de la vidéosurveillance comme «Robin des toits», «Souriez vous êtes filmés» et «Big Brother Awards». Leur combat contre les nouveaux panneaux ACL est également le nôtre!

De quoi s'agit-il précisément ? Les ACL (pour «Affichage à Cristaux Liquides») sont des écrans LCD haute définition, qui diffusent en boucle des réclames. Outre l'agression publicitaire accrue dans un espace déjà saturé, des capteurs, intégrés à ces panneaux «permettent de mesurer le nombre de personnes qui passent et quelle partie de l'affiche est regardée ou pas regardée» selon les propos mêmes de Monsieur Lévy, le Président du directoire de Publicis. Afin de constater de manière précise l'efficacité de la publicité. A terme cette technologie pourrait donner des informations sur l'âge et le sexe des passants réceptifs à la campagne. Voilà pourquoi on les appelle aussi les Panneaux -Espions.

Avec le système Bluetooth, il est aussi possible d'envoyer aux passants des informations publicitaires directement sur leur portable. Mais Métrobus affirme que le système n'est pas activé. Pour l'instan ! Parce que franchement, on se demande bien pourquoi une telle technologie serait intégrée pour ne jamais servir!

Ces panneaux sont nuisibles. Alors qu'en cette fin d'année 2010 doit se renégocier les conditions de la concession publicitaire qui dure depuis 10 ans de Métrobus à la RATP pour l'affichage des murs et de l'espace publicitaire dans le métro, les élu-e-s socialistes et d'Europe Ecologie les Verts vont-ils s'opposer fermement à ces panneaux et exiger qu'ils soient enfin retirés? Ou la justification de la recherche de nouveaux financements, l'emportera-t-elle sur les principes? Et en plus la pub rapporte finalement peu. En effet, la publicité ne rapporte à la RATP que 1,7% de ces revenus. Alors à qui profite t-elle? A Métrobus bien sûr ! Si chaque écran espion coûte 20 000 euros l'unité, une semaine de diffusion d'une publicité, sur le réseau des 400 écrans ACL, rapporte 140 000 euros HT la semaine à Métrobus. Et si la régie publicitaire a planifié d'en mettre 1200 à terme, c'est qu'elle se sert du métro parisien comme d'une vitrine nationale, voire internationale, afin d'en vendre partout!

Le Parti de Gauche réaffirme son opposition à ces panneaux dont «l'intelligence est de nous transformer en cerveau disponible». En relayant les batailles menées par les associations anti-pub au sein du Conseil de Paris et du Conseil Régional, nous voulons permettre aux citoyen-ne-s de se saisir du sujet. Voici pour les hésitants, ce petit argumentaire qui reprend le ce que disent toutes les associations qui s'opposent à ces panneaux ACL:

- Parce qu'il faut réduire la publicité dans l'espace public! Et mettre un terme au matraquage publicitaire dans les transports en commun. Les transports en commun sont un service public mais l'espace RATP est semi-public! Bien que son accès soit public, il est régi par des sociétés privées. Est-ce normal que les millions de citoyen-ne-s qui prennent ces transports soient relégué-e-s dans ces espaces au statut de consommateurs matraqués par l'appel au consumérisme, qui bien souvent ne cesse de distiller des valeurs individualistes et sexistes ? Un sondage de TNS Sofres/Australie de 2010 estime que 80% des français ont un avis négatif sur la publicité. Demandons donc aux citoyen-ne-s ce qu'ils en pensent ! Organisons un référendum sur la Région Ile-de-France pour savoir si les francilien-ne-s sont d'accord ou non avec cette installation de panneaux ACL !

- Parce que l'installation de ces panneaux est anti-démocratique et liberticides! Les citoyennes et citoyens ne savent pas qu'ils sont l'objet de testing marketing géants ! C'est en soit anti-démocratique. D'après Métrobus « les capteurs analysent les formes et l'orientation des visages, et le temps d'exposition du visage sur l'image. Mais ce ne sont pas des capteurs vidéos, et ils n'enregistrent pas. ». Bref comme cobayes nous devrions les croire sur parole. Rien ne nous garantie que les données restent anonymes et que le système bluetooth ne soit pas activé, maintenant ou ultérieurement ! Nous dénonçons cette généralisation de la vidéosurveillance et l'étude des passants à des fins publicitaires. Comme a pu le dire Martine Billard, co présidente du PG: «c'est Orwellien, la RATP utilise le réseau de transport public pour vendre les usagers à des sociétés de publicités.» Il faut que ça cesse!

- Parce que ces panneaux sont anti-écologiques et nuisibles à la santé! La publicité en soit est anti-écologique. Elle vise à créer sans cesse de soi disant nouveaux besoins, à consommer toujours plus. Mais en plus, chacun de ces panneaux ACL, en marche 24h sur 24 consomment autant que 3 foyers de 4 personnes ! Alors que la réduction des consommations d'énergie doit être un objectif prioritaire, ces panneaux publicitaires consomment de l'énergie inutilement ! Ces nouveaux dispositifs de panneaux rendent encore plus vulnérables les plus fragiles et sensibles qu'ils s'agissent de nos enfants ou des personnes souffrant du syndrome de l'EHS. Il faut retirer ces panneaux!

Et maintenant, à vous d'agir !

Vous êtes maintenant convaincu-e-s, si vous ne l'étiez pas déjà, de l'importance d'agir contre ces panneaux publicitaires. Pour aller plus loin nous vous invitons à agir individuellement et collectivement en participant aux actions des associations et collectifs divers qui luttent contre l'envahissement publicitaire. Pour ce faire, vous retrouverez toutes les infos sur ce site: www.danger-ecranpub.tk

Et pour aller plus loin :

Le Parti de Gauche a élaboré de nombreuses contributions pour le programme du Front de Gauche, notamment contre l'agression publicitaire dans l'espace public: Il serait temps d'interdire les panneaux dépassant la taille 50X70 cm, et limiter leur nombre, de les supprimer dans tout espace scolaire et dans un périmètre d'au moins 200 mètres, de supprimer la publicité dans les cinémas et maintenir son interdiction sur les chaînes publiques, et l'interdire immédiatement pendant les tranches ciblant les moins de 12 ans. Pour en savoir plus : www.programme.lepartidegauche.fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey