Billet de blog 27 oct. 2011

Moins de ketchup pour plus de viande?

Le nouveau décret sur les règles nutritionnelles dans les restaurants scolaires fait débat. Il prévoit qu'un plat protidique, à base de viande, poisson, oeufs, fromages, soit proposé à chaque repas accompagné d'un produit laitier.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le nouveau décret sur les règles nutritionnelles dans les restaurants scolaires fait débat. Il prévoit qu'un plat protidique, à base de viande, poisson, oeufs, fromages, soit proposé à chaque repas accompagné d'un produit laitier. Un non-sens pour certains défenseurs de l'environnement, qui proposent d'autres formules de menus, à base de légumineux et céréales.

-----------

Nous sommes pour la plupart végétariens, sensibilisés à la nécessité de questionner l'impact global de notre alimentation, par rapport à la nécessité de nourrir 10 milliards d'humains demain, par rapport à la souffrance animale, à l'environnement, aux équilibres territoriaux, au modèle économique, etc. Certains d'entre nous n'ont pas encore franchi le pas mais réduisent leur consommation de viande, expérimentant eux-aussi ces regards incrédules qu'entraîne l'aveu d'un végétarisme, fût-il partiel et progressif.
Un récent décret sur l'alimentation dans les cantines scolaires [1] a fait parler de lui. Il a en effet le mérite de revenir sur la mise à disposition systématique de ketchup, sauces diverses et sel sur les tables de nos enfants. Alors que le terme «malbouffe» est entré dans les dictionnaires, à l'heure où l'on regarde en famille «Super size me» et «Nos enfants nous accuseront»... oui, on peut se féliciter de ce petit pas. Mais à quel prix?
Ce texte, sous couvert d'améliorer la qualité nutritionnelle des repas, redéfinit comme source de protéines exclusives («plat protidique») viandes, poissons, oeufs ou abats ; et met en concurrence céréales et légumineuses (les fameux «légumes secs»).
Végétariens, nous savons bien que l'apport nutritionnel des protéines végétales n'a rien à envier à celui de la viande. Et si nous croquons des carottes, nous avons aussi pris l'habitude de composer nos menus autour de céréales et de légumineuses associées, qui nous fournissent l'ensemble des protéines nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme.
Manger moins ou pas de viande, c'est meilleur pour la planète! La FAO reconnaît que «l'élevage est un des premiers responsables des problèmes d'environnement mondiaux» et qu'il produit davantage de gaz à effet de serre (en équivalent CO2) que le secteur des transports. La production de viande, issue d'animaux nourris notamment aux céréales, est une aberration écologique. Déforestation, consommation excessive d'eau, mais aussi cultures céréalières intensives pour nourrir le bétail... il a ainsi été calculé que si la consommation de viande diminuait de 10% dans les pays les plus industrialisés, c'est plus de 100 millions de personnes à travers le monde qui pourraient être nourries avec les céréales et légumes ainsi économisés.
Manger moins ou pas de viande, c'est meilleur pour la santé! Obésité, maladies cardio-vasculaires... les épidémies modernes, dites «maladies du mode de vie» sont évidemment liées à l'alimentation. L'image du végétarien terne et anémié est loin. Ne pas manger de viande, c'est surtout voir son risque de développer un cancer réduit de 45% (étude Université d'Oxford, 2009) et son espérance de vie augmenter de 6 à 10 ans («The food revolution», John Robbins).
Nous refusons de systématiser la viande dans les assiettes de nos enfants. Nous voulons avoir le choix. Celui de ne pas leur faire manger de viande, si telle est notre conviction. Celui de leur en faire manger, si telle est notre pratique, mais avec une exigence de qualité.
Il faut encourager les cantines à passer au bio, comme le préconisait le Grenelle de l'Environnement avec un objectif de 20% de produits bios dans les cantines à l'horizon 2012 (nous en sommes actuellement à 2 %...). Il faut faire de nos enfants des gourmets, des gastronomes, profiter des manifestations comme la récente «Semaine du goût» non pour faire découvrir le hamburger ou la pizza mais pour promouvoir des menus équilibrés, riches, des assiettes de toutes les couleurs.


Signataires


Julie Nouvion, Conseillère régionale d'Ile-de-France; Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement, Paris; Mona Bras, Conseillère régionale de Bretagne, Union Démocratique Bretonne; Sophie Bringuy, Vice-présidente de la Région Pays-de-la-Loire en charge de l'environnement; Arnaud Caron, secrétaire régional EELV Picardie; Sylvain de Smet, Conseiller régional d'Ile-de-France; Natalie Gandais- Riollet, Conseillère fédérale EELV, spécialiste des questions d'alimentation; Valérie Labarre, Conseillère régionale de Champagne-Ardennes; Geneviève Lebouteux, Conseillère régionale des Pays-de-la-Loire; André Lefèbvre, Conseiller régional de Bourgogne; Mickael Marie, Président du groupe EELV au Conseil régional de Basse-Normandie; Yann Moreau, militant végétarien et écologiste; Joëlle Remoissenet, Conseillère régionale des Pays-de-la-Loire en charge de la restauration collective; Marine Tondelier, Jeunes Ecologistes; Estelle Touzin, Conseillère générale du Loiret.

[1] Décret et arrêté du 30 septembre 2011 relatifs à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire, parus au Journal Officiel du 2 octobre 2011

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik