Billet de blog 27 nov. 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

L'état d'urgence planétaire

Ivan Segré, philosophe et talmudiste, signataire de l'Appel : « Bravons l'état d'urgence, appelons à manifester le 29 novembre » pense que les autorités françaises auraient dû laisser la liberté à chacun de manifester ou non. « Le message du gouvernement aurait été alors le suivant : nous sommes tous responsables de nos vies, comme nous sommes tous responsables de l'avenir de cette planète. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsqu'une Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP21) a lieu à Paris une quinzaine de jours après un attentat particulièrement criminel, cynique et vicieux opéré par des hommes de main de « Daesh », et qu'une grande manifestation était prévue la veille de cette Conférence dans le but d'alerter les gouvernements du monde entier sur le danger que représentent, pour les générations futures, l'exploitation et la gestion irraisonnées des ressources d'une planète que nous habitons tous, de quelque ethnie, nation ou confession que nous soyons, qu'est-ce qui est le plus responsable : interdire la manifestation au nom d'un impératif de sécurité publique, ou bien appeler à manifester, avec ou sans la bénédiction des autorités françaises, au nom des générations futures, au nom de nos enfants et petits-enfants ?

Passons sur les motivations inavouables que certains pourraient être tentés de prêter aux autorités en question. Car il n'en reste pas moins qu'il est du devoir d'une autorité politique de garantir la sécurité des gens, et que nous savons tous que des hommes de main de «Daesh» sont présents sur le territoire français ou non loin, et de quoi ils sont capables lorsqu'ils passent à l'action.

Ceci étant posé, prenons un peu de recul et tâchons de préciser les contours des forces en présence : les Etats, en premier lieu la République Française, sur le sol de laquelle a lieu la Conférence des Nations-Unies; les hommes de mains de l'organisation terroriste « Daesh »; enfin des manifestants venus de France, d'Europe, du Monde.

Ce que sont les Etats, dont la République Française, on le sait tous plus ou moins : ce sont les autorités qui gouvernent ce monde. Ce qu'est « Daesh », et plus précisément ses hommes de main présents sur le territoire français, ou non loin, et susceptibles de récidiver n'importe où et n'importe quand, on le sait beaucoup moins. À vrai dire, on ne cesse d'en discuter depuis le crime du vendredi 13 novembre : sont-ce des musulmans radicalisés par une religion appelant au « djihad » contre les mécréants ? Sont-ce des individus, d'origine musulmane ou non, immigrée ou non, qui, après avoir vainement tenté de réussir par le biais de la pornographie, ou du gangstérisme, ou d'autre chose, épousent la cause d'un « djihad » sans religion, parce qu'il leur promet la « gloire » ici et maintenant, en quelque sorte à peu de frais (savoir utiliser une kalachnikov contre des civils aux mains nues, et savoir actionner le détonateur d'une ceinture d'explosif) ?

Comme le remarque Olivier Roy dans les colonnes du Monde (daté du 25 novembre) : les terroristes islamistes qui ont tué en France, depuis Toulouse jusqu'à Paris, « n'ont presque jamais un passé de piété et de pratique religieuse, au contraire ». Plutôt que de croire sur parole des assassins qui prétendent agir au nom de l'islam, on serait donc peut-être mieux inspiré de s'en tenir aux faits : des jeunes gens sans passé de piété ni de pratique religieuse se convertissent en quelques semaines au soi-disant « djihadisme », adoptent l'apparence vestimentaire et rhétorique de la religion, puis s'arment d'une ceinture d'explosifs et d'une kalachnikov, enfin se rendent dans quelque lieu public, terrasse de café, stade de football ou concert de musique pop, afin d'y régner en maîtres absolus l'espace de quelques minutes, avant de se donner la mort en même temps qu'ils la donnent. Tels sont les faits.

Or ils ne sont pas sans évoquer un fait récent, tout aussi criminel, cynique et vicieux, tout aussi nihiliste : le crash d'un avion de la Lufthansa reliant Barcelone à Düsseldorf le 24 mars 2015. On sait en effet que le copilote, Andreas Lubitz, souffrant de dépression, a volontairement empêché le commandant de bord d'entrer dans le cockpit, et a volontairement écrasé l'avion dans les Alpes, tuant 150 personnes. L'espace de quelques minutes, il était maître à bord. La vie de tous était entre ses mains, et il n'avait pas l'intention de la leur rendre. Il a ainsi joui de son emprise absolue sur le gouvernail, de son emprise absolue sur la vie des autres.

Une fois posé que les criminels du Bataclan ne sont pas sans quelque ressemblance avec le criminel de la Lufthansa, venons-en à la troisième force en présence : les hommes et les femmes qui viendront manifester, avec ou sans autorisation, la veille de la Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques. Qui sont-ils ? Répondons : des hommes et des femmes qui exprimeront leur volonté de ne pas laisser aux gouvernants du monde la liberté de nous mener tous au désastre.

Qu'il soit à craindre que les hommes de main de « Daesh » tirent sur la foule des manifestants, certes, ce serait cohérent avec leur doctrine. Que les autorités françaises décident aussitôt, sans l'ombre d'un débat, d'interdire la manifestation, voilà qui en revanche n'est pas sans poser un problème de cohérence, puisque c'est écarter d'un revers de main l'autre possibilité qui s'offrait à elles : expliquer qu'il y a un danger à venir manifester, car si les forces de l'ordre feront bien entendu leur maximum pour assurer la sécurité des manifestants, elles ne seront toutefois pas en mesure de la garantir, sachant ce que sont les circonstances... Le message du gouvernement aurait été alors le suivant : nous sommes tous responsables de nos vies, comme nous sommes tous responsables de l'avenir de cette planète.

Une police française s'efforçant de garantir la sécurité de manifestants venus affirmer, au péril – qui sait ? - de leur vie, la nécessité de prendre vraiment en considération les générations futures, voilà qui aurait donné une signification certaine à la Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques, ainsi qu'à la « guerre » des gouvernements français, américains et russes contre « Daesh ». Hélas, nos gouvernants semblent avoir une tout autre vision des choses.

Concluons dès lors que le dimanche 29 novembre, il ne sera pas nécessaire de s'armer d'une hache et tenter désespérément de défoncer la porte d'un cockpit afin de reprendre les commandes d'un avion parti pour s'écraser, il suffira de venir manifester pacifiquement, en dépit des menaces des uns et des autres. N'abandonnons ni les terrasses de café, ni les stades de football, ni les concerts de Eagle of death metal ou de Jean-Sébastien Bach, ni, surtout, les commandes de l'avion. Et célébrons le ciel et la terre. Telle sera notre «guerre contre Daesh». Telle sera notre victoire.            

Par Ivan Segré, philosophe et talmudiste.

Pour lire la tribune « Bravons l'état d'urgence, retrouvons-nous le 29 novembre place de la République », cliquez ici.

Pour signer la pétition, c'est ici.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza