Billet de blog 29 mars 2012

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Sous les slogans, où est l’environnement?

«Ce qui manque à cette campagne, c’est l’évidence du lien unissant social et écologie», regrettent Frédéric Denhez, journaliste, auteur de la Dictature du carbone, et Mathieu Jahnich, directeur associé de l’agence Wanacôme, qui déplorent que «la crise écologique soit passée sous l’ombre de La Crise».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Ce qui manque à cette campagne, c’est l’évidence du lien unissant social et écologie», regrettent Frédéric Denhez, journaliste, auteur de la Dictature du carbone, et Mathieu Jahnich, directeur associé de l’agence Wanacôme, qui déplorent que «la crise écologique soit passée sous l’ombre de La Crise».

----------

© 

Quel contraste! En 2007, chaque candidat à la présidentielle y allait de sa danse prénuptiale autour du bon Nicolas Hulot. Obligés par l’idole de se positionner par rapport à la crise écologique, les postulants n’avaient plus que vert en bouche. Ayant signé, presque tous, le Pacte écologique, ils purent aller en tribune avec l’onction du Grand médiatique. Cela donna un Grenelle de bon aloi, non par ses résultats, mais par le déblocage qu’il entraîna dans maints esprits: le symbole du Grenelle a décomplexé, ôté des scrupules, il a rendu banals l’initiative et le discours écolo, il a mis autour de la même table des acteurs qui se tournaient le dos.

Cinq ans sont passés et le vert a quitté la campagne. La crise écologique est passée sous l’ombre de La Crise. Pourtant, celle-ci n’est que l’acmé d’une crise de civilisation dont le premier donneur d’alerte est la crise écologique. Répondre à l’une, c’est répondre à l’autre. Les écolos ont raison: c’est bien un changement structurel profond, un autre système de valeurs, une renverse du modèle économique, qui permettra à nos sociétés abîmées de s’adapter aux contingences écologico-énergético-géopolitiques modernes.

Alors, pourquoi ne font-ils pas plus de 3 % dans les intentions de vote? Pourquoi eux-mêmes ne causent-ils que nucléaire et énergies renouvelables et profèrent-ils d’attendues incantations contre les vilains Marchés?

Il y a La Crise, évidemment, qui permet de faire semblant d’agir, de désigner des boucs émissaires, d’en appeler à la responsabilité de l’effort sous peine de Déluge. Dans ce genre de discours, «l’environnement, ça suffit», forcément. D’autant que le discours écolo, trop technique, mal relié aux problèmes de la vie quotidienne, souvent culpabilisateur, passe mal auprès du peuple. Et puis, proféré par une dame à l’accent, une juge aux lunettes rouges dont une des rares propositions compréhensible semble être des jours fériés confessionnels, ce discours ne s’entend pas.

Il y a pourtant bien du vert dans les programmes: enfoui, terne, qui se cache souvent à lui-même et qui prend de l’éclat aussitôt qu’on le déterre. La TVA sociale par exemple. La taxe carbone était très semblable dans sa construction, pour un objectif comparable. Elle avait le mérite supplémentaire de relier le social et l’écologie. Mais ces deux mesures sont affligées de deux tares: la Cour des comptes n’a jamais vu que l’allégement des charges sociales eut participé à la création d’emplois; et ajouter une énième taxe à un système fiscal notoirement inefficace et inégalitaire ne fait qu’accroître l’inefficacité et l’inégalité. Et donc le rejet par le peuple dont la situation financière empire.

Le «made in France», lui, parle au peuple. Il y a cinq ans, ceux qui en causaient étaient taxés de patriotisme, c’est-à-dire, en langage précieux, de racisme et d’archaïsme. Aujourd’hui, les candidats découvrent l’évidence que la «concurrence libre et non faussée» n’est qu’une ânerie dogmatique: une concurrence entre des niveaux socio-économiques différents n’est qu’un avantage concurrentiel offert au moins-disant. Lequel l’est souvent également sur le terrain de l’écologie. Pour autant, de quel «made in France» parle-t-on? Pensé en France? Assemblé en France? De marque française?

Cette question rejoint celle de la réindustrialisation du pays. Néolibéraux et écolos s’étaient rejoints dans le mépris pour l’industrie qui est vieille garde, qui pollue, qui coûte cher… Alors concevons chez nous mais faisons produire ailleurs. Ainsi, nous avons délocalisé la pollution industrielle (et un tiers de notre budget carbone), contribué à l’apparition d’un sous-prolétariat aux antipodes et fait exploser l’usage des transports intercontinentaux, gourmands en énergie. Pire! Le secteur tertiaire, qui a remplacé le secteur industriel, s’est révélé un gouffre énergétique et une catastrophe sociale. Et puis en délocalisant, nous avons aussi délocalisé la réflexion. Aujourd’hui, les centres de recherche et développement industriels (parfois de marques bien françaises comme Renault), qui font les brevets et les avantages concurrentiels, sont étrangers. Réindustrialiser, ce n’est donc pas que promouvoir des circuits courts, c’est aussi, paradoxalement, maîtriser les impacts et maintenir des cerveaux et des emplois à haute valeur ajoutée en France. Emplois qualifiés que n’offrira pas «l’économie verte» développée sur notre tissu industriel actuel, car les postes les plus élevés ne dépasseront pas ceux du maçon bio et du technicien de maintenance d’éoliennes.

L’énergie, justement. Il faut sortir du nucléaire, développer les éoliennes et les panneaux solaires photovoltaïques et thermiques. Une fois qu’on a dit cela, on a tout dit. On se balance des chiffres, on joue sur la peur de l’accident, celle de la pénurie d’électrons ou celle des pertes d’emploi. On dit que l’on peut gagner 30 % rien qu’en économisant. Mais on ne dit pas que ces 30 % seraient avalés par ce qu’on appelle «l’effet rebond». Nous roulons plus avec l’auto qui consomme moins. Nous débranchons les appareils quand ils ne fonctionnent pas, mais nous les utilisons toujours plus. Ainsi, l’efficacité énergétique de la France, multipliée par quatre depuis 1970, ne s’est pas traduite par une diminution de notre consommation énergétique. Or, cet effet rebond pourrait être corrigé, en rendant chacun de nous responsable à la fois de sa consommation et de sa production: en payant de façon exponentielle avec le gaspillage, en nous informant mieux sur ce que l’on produit et consomme. Consommer ce que l’on produit localement responsabilise les citoyens (c’est aussi valable pour l’alimentation!). Mais voilà, l’atomisation de la production d’énergie, c’est l’autonomisation des maisons, des quartiers, des territoires. Mais cette atomisation de la production remet en cause la centralisation de la production par un géant omniprésent, c’est-à-dire le Corps des Mines, ainsi que l’infantilisation du citoyen réputé incapable de décider lui-même. Que des gens puissent se regrouper en coopératives, en mutuelles de production électrique, et établir les liens d’échanges et de ventes de leur électricité entre elle dépasse l’entendement républicain: l’autonomie de décision, c’est l’autonomie. Et l’autonomie, c’est l’ennemi de la République.

Ce qui manque à cette campagne, c’est l’évidence du lien unissant social et écologie. Jusqu’au ridicule. Voyez la précarité énergétique: un simple problème de coût de l’essence? Non! Ce qui coûte à l’automobiliste, c’est l’étalement urbain qui le condamne à ne pas disposer de transports en commun, à faire ses courses et aller au cinéma dans des complexes inhumains, à vivre dans une maison en parpaings-BA 13 chauffée à l’électricité. Or, l’étalement urbain, c’est aussi la fragmentation des milieux naturels, la perte de terres agricoles fertiles, l’augmentation du risque d’inondation et de coulées de boue, l’uniformisation des paysages… L’écologie s’occupe bien de la Cité. Elle n’est ni de droite ni de gauche, mais elle est, au sens propre, un socialisme. Elle mérite toute sa place dans le débat présidentiel.

Frédéric Denhez, journaliste, conférencier, auteur de La Dictature du carbone (Fayard) et des Nouvelles pollutions invisibles (2de édition, Delachaux & Niestlé)

Mathieu Jahnich, directeur associé de l’agence Wanacôme

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel