Billet de blog 30 mars 2009

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Cité de l'immigration: Non à l'instrumentalisation d'Abdelmalek Sayad

Les ministres de l'immigration et de l'éducation nationale avaient prévu d'inaugurer ce lundi 30 mars la médiathèque de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration à Paris. Ils ont dû y renoncer en raison de la présence, sur place, de manifestants s'opposant à leur politique. Une vingtaine de chercheurs, parmi lesquels Michel Agier, Didier Bigo, Nacira Guénif, Olivier Le Cour Grandmaison et Jérôme Valluy, ont fait parvenir à Mediapart une tribune expliquant les raisons de leur hostilité à ce que la cérémonie soit conduite notamment par Éric Besson et Xavier Darcos. Nous la publions ici.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les ministres de l'immigration et de l'éducation nationale avaient prévu d'inaugurer ce lundi 30 mars la médiathèque de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration à Paris. Ils ont dû y renoncer en raison de la présence, sur place, de manifestants s'opposant à leur politique. Une vingtaine de chercheurs, parmi lesquels Michel Agier, Didier Bigo, Nacira Guénif, Olivier Le Cour Grandmaison et Jérôme Valluy, ont fait parvenir à Mediapart une tribune expliquant les raisons de leur hostilité à ce que la cérémonie soit conduite notamment par Éric Besson et Xavier Darcos. Nous la publions ici.

----------

La médiathèque «Abdelmalek Sayad» de la cité de l'immigration ouvrira le lundi 30 mars. Pourquoi pas ? La création d'un outil institutionnel ouvert au public destiné à la promotion et à la valorisation des cultures de l'immigration a une utilité pédagogique en ces temps de stigmatisation tout azimut des populations venant des pays du Sud. Le fait que l'on donne le nom d'un intellectuel à une médiathèque n'a pas non plus en soi un caractère scandaleux. En revanche l'idée que la figure emblématique de la sociologie de l'immigration soit ainsi instrumentalisée et que cette inauguration soit conduite par les ministres C. Aubanel (Culture), X. Darcos (Education nationale), V. Pécresse (Enseignement supérieur et recherche) et E. Besson (Immigration et identité nationale) est inadmissible pour ceux qui respectent son oeuvre. Que A. Sayad, décédé en 1998, soit arboré par des pesonnes ayant manifesté du mépris pour la pensée, pour le bien commun et participant de la xénophobie de gouvernement dans une cérémonie publique officielle est inacceptable. Il est pénible de penser que le dépositaire de la politique d'expulsion, d'arrestation et de traque des étrangers, le ministre de l'immigration, de l'identité nationale, de l'intégration et du développement solidaire, puisse récupérer d'une quelconque manière cette haute personnalité de la pensée.

Il y a plusieurs raisons à cela :
Les critiques suscitées par la création en 2006 de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration (CNHI) et les hypothèques qui pèsent depuis sur l'établissement public de la Porte Dorée, auquel est rattachée cette médiathèque, ne sont pas levées. Rappelons-en rapidement quelques-unes : Le fait d'avoir imaginé un établissement ad hoc, en dehors de l'institution muséographique, pour aborder l'histoire et la mémoire immigrée pose toujours problème. Comme l'a expliqué A. Sayad, l'immigration est toujours traitée comme un cas particulier et ne fait jamais l'objet d'une prise en charge banale par le droit commun. En outre le symbole du site choisi pour installer la Cité, anciennement palais des colonies et jardin d'acclimatation est pour le moins de mauvais goût vu son histoire. Enfin, au vu des modalités du pilotage très «politique» et des découpages ethnico-thématiques des actions de la CNHI, les interrogations sur la manipulation symbolique demeurent entières. Les multiples escamotages et soubresauts qui ont accompagné la gestation et le lancement de la Cité, ainsi que la démission d'historiens de l'immigration de son conseil scientifique, ont témoigné de ces tensions. Rien n'a été réglé pour éviter les risques d'une production culturelle officielle, étatisée et ethnocentrée du récit des migrations.

Deuxième raison fondamentale de notre refus de cette instrumentalisation: qu'est-ce qui justifie le fait de donner le nom d'Abdelmalek Sayad à un équipement culturel dédié à l'immigration ? N'est-ce pas une façon réitérée d'assigner identitairement et de confiner l'immigration, post-coloniale et algérienne en l'occurrence, dans cet espace ? Pourquoi à l'inverse a-t-on empêché qu'un collège des Hauts-de-Seine porte le nom du co-auteur du «Nanterre algérien» (1995) et de l'égal de Pierre Bourdieu ? Selon certains élus du département cela aurait été «porteur d'une trop forte connotation identitaire qui risquait d'enfermer ce collège dans une image communautariste» ! Et comme l'avait assené la vice-présidente du Conseil Général pour s'opposer à ce que le collège, aujourd'hui appelé «République», porte ce nom en dépit de la mobilisation associative - «il faut choisir des noms qui ne prêtent pas à la polémique» (sic) ! Ce qui veut dire : «pas de nom à consonance algérienne pour un équipement d'enseignement». Mais un tel nom reste en revanche possible pour une médiathèque sur l'immigration inaugurée en grande pompe, pour faire symbole. Au beau pays de la République une et indivisible, un équipement dédié à l'immigration ne peut que porter un nom renvoyant à sa supposée altérité. Est-ce cela la philosophie de la diversité ? Qui ethnicise ici ?

N'entraînons pas A. Sayad dans cette galère de la fausse repentance et de la vraie commémoration! Savent-ils seulement, ces mondains, qui était A. Sayad ? Ont-ils lu ne serait-ce qu'une seule ligne d'un seul article de cet orfèvre patient et obstiné de la désoccultation des rapports de domination dans la migration ? Connaissent-ils «Les 'trois âges' de l'émigration algérienne» (1977) ou El Ghorba (1975) narrant l'histoire de Mohand le Kabyle cachant à sa mère qu'il part de son village pour venir travailler en métropole ? Ont-ils jamais entendu parler du «foyer des sans-famille» (1980) mettant à nu le système d'encadrement spatial des migrants post-coloniaux ou encore de «la 'vacance' comme pathologie de la condition immigrée» (1986) dévoilant les mécanismes du vieillissement en migration ? Non. Ces titulaires de maroquins n'en veulent rien savoir. Ils peuvent bien déclamer quelques sonnets tirés du Lagarde et Michard dans des talk show télévisés, ou inaugurer les musées du pillage colonial quand leur maître, l'homme du discours de Dakar, piétine la Princesse de Clèves, mais point lire l'auteur de «La pauvreté exotique» (2006) et de «L'immigration et la 'pensée d'Etat'» (1997).

Penser que ces représentants politiques qui ferment des instituts culturels à l'étranger et des classes d'appui dans les quartiers populaires, qui précarisent et méprisent les enseignants, privatisent les chercheurs et externalisent les personnels des universités puissent inaugurer de conserve une médiathèque Abdelmalek Sayad est proprement inacceptable.

Signataires :
Agier Michel (anthropologue IRD - EHESS, CEAf)
Bazenguissa-Ganga Rémy (anthropologue Lille 1, EHESS-CEAf)
Bernardot Marc (sociologue, Univ. Le Havre)
Bigo Didier (politiste, Science Po, CERI, CEC)
Brossat Alain (philosophe, Univ. Paris 8)
Doytcheva Milena (politiste, Univ. Lille 3, GRACC)
Freedman Jane (politiste, Univ. Southampton / Univ. Paris 1, CRPS)
Guénif Nacira (sociologue, Univ. Paris 13)
Guichard Eric (information & communication, ENSSIB, Lyon)
Ivekovic Rada (philosophe, Univ. Saint-Etienne, Collège international de philosophie)
Le Cour Grandmaison Olivier (politiste, Univ. Evry)
Lemarchand Arnaud (économiste, Univ. Le Havre)
Palidda Salvatore (sociologue, Univ. Gênes)
Poiret Christian (sociologue, Univ. Paris 7)
Rechtman Richard (Psychiatre et anthropologue, Hôpital Marcel Rivière, EHESS-Iris)
Thomas Hélène (politiste, IEP Aix)
Valluy Jérôme (politiste, Univ. Paris 1, CRPS)
Vlassopoulou Chloé (politiste, Univ. Amiens)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française