On se retrouve après une courte pause

Mardi 27 mars dernier, les agences de publicité parisiennes proposaient une journée portes ouvertes. Pour l'occasion, Elsa Lévy, comédienne et plasticienne, s'est invitée dans le monde merveilleux des slogans. A grignoter même en dehors des repas...

Mardi 27 mars dernier, les agences de publicité parisiennes proposaient une journée portes ouvertes. Pour l'occasion, Elsa Lévy, comédienne et plasticienne, s'est invitée dans le monde merveilleux des slogans. A grignoter même en dehors des repas...

 


Aujourd’hui, j’ai eu envie d’une vie meilleure. J’ai été attentive à tous les conseils que la société pouvait me donner pour mener une vie saine, agréable et opulente.

Le hasard a fait que mon radio réveil me sorte du sommeil avec le slogan manger et bouger. Je ne sais pas si c’est en même temps que je dois manger et bouger, mais cette fois je veux bien essayer. Alors j’ai avalé mon bol de céréales (bien spéciales) tout en bougeant sur ma chaise et même en sautillant dans l’appartement. En lisant les conseils de dégustation sur mon paquet de céréales, on me conseille, dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée, de manger 5 fruits et légumes par jour. Le problème c’est que je ne sais pas ce qui est considéré comme un fruit et un légume, ils ne le précisent pas. J’ai voulu mettre toutes les chances de mon côté alors j’ai essayé. J’ai mangé un raisin, une tomate cerise, une feuille de salade, un grain de maïs, un haricot et un flageolet. Je suis donc même à six, le compte est bon. Sauf s'ils voulaient dire 5 fruits et 5 légumes, ce qui ferait dix, je doute un peu.

Ça me fait penser que j’ai entendu, pas plus tard qu’il y a une minute, qu’il fallait pratiquer une activité physique régulière, je me suis masturbée aussitôt. Après l’orgasme j’ai eu envie de fumer, j’ai trouvé un paquet de cigarettes qui m’a fait comprendre avec une grosse image dessus que si je fume je n’aurai ni descendance ni les dents blanches, alors je n’ai pas fumé. Yes I can! A la place j’ai voulu me désaltérer et je me suis rendue compte que je n’avais pas mon partenaire minceur, et que les beaux jours arrivant il valait mieux que je m’en préoccupe parce que je le vaux bien. Alors j’ai commencé à stresser mais je me suis rappelée que pas de stress il y a point S. Finalement je me suis servie un verre d’eau du robinet en attendant d’aller positiver chez Carrefour. 

Alors que je prends soin de moi en me désaltérant, je vois à la télé les dégâts du calcaire sur l’évier, le lavabo et la baignoire de la pub qui passait à ce moment là. Ils disent que le calcaire c’est son affaire, alors j’ai mis un peu du produit dans mon verre, après tout c’est le goût. A ce même moment je reçois un mail. Je le sais parce que j’ai une sonnerie polyphonique téléchargée gratuitement hors surcoût éventuel de mon opérateur et l’option vibreur en même temps.

J’aime tellement les musiques des sonneries de  mon téléphone que souvent je n’ai pas envie de répondre aux appels pour pouvoir les écouter, mais je vais faire attention dorénavant parce qu’écouter de la musique «trop fort» sur son appareil peut être dangereux pour la santé. Je me dirige vers mon iphone infini G+, dont l’abonnement me permet de vivre en toute sérénité puisque j’ai profité d’une offre illymitics valable uniquement en France métropolitaine hors Corse pour les souscriptions effectuées sur le site internet, dans la limite des stocks disponibles, je me souviens aussi que l’offre était non cumulable, donc je ne l’ai pas cumulée, je l’ai eue. Et maintenant je ne suis plus limitée. 

A ce moment là je m’aperçois que mon téléphone vibre et qu’il est en fin d’équilibre sur la commode. Je me dépêche de le rattraper avant qu’il ne tombe, puisque le monde bouge je me méfie. Je me méfie aussi parce que je n’ai pas encore acheté la coque silicone avec batterie intégrée, tiens je me demande si c’est le même silicone que dans mes seins, je m’en fous, et alors Bic fait bien fait je le rattrape. J’ouvre mon mail. Et c’est parce que je suis une célibataire exigeante et que la liberté n’a pas de prix que j’ai un filtre spam free et que je reçois uniquement les newsletters et les enquêtes de satisfaction que je souhaite.

C’est ma banque qui m’écrit. Enfin c’est moi parce qu’aujourd’hui ma banquière c’est moi. On me dit, enfin, je, je me dis, que si je ne régularise pas ma situation sous huit jours je suis passible de poursuites judiciaires mais qu’ils sont persu, enfin, que je suis persuadée qu’à réception de ce courrier ma situation a déjà été régularisée et dans ce cas merci de ne pas tenir compte de ce courrier. Je me dis que c’est assurément humain et qu’on a tous à y gagner. J’efface ce message puisque je m’auto conseille de ne pas en tenir compte. Je n’en tiens plus compte et me rends alors compte que je suis déjà en retard mais que rien ne sert de courir il faut partir à point, je ne sais plus qui a dit ça d’ailleurs, peut être c’était dans la pub nike ou pour la Nintendo ds.

Enfin je ne sais plus mais ce que je sais, c’est que la déesse maintenant c’est moi puisque je prends une douche qui contient du paradis et je wash et je go. Je m’applique quelques soins, les soins c’est la vie, lave mes dents avec la brosse des experts et à fond la forme je pars de chez moi sans oublier de dire je t’aime à mon chat en lui donnant son repas préféré. Je le caresse tendrement pendant qu’il savoure puis je file. 

Je décide d’aller au travail à pied, en ayant pris soin en sortant de chez moi de prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, le tout en serrant les fesses pour muscler mes fessiers et sur talons aiguilles pour galber mes mollets (je m’en fous les talons je les enlève en bas). Je vais au travail à pied puisque le ministère de la santé me l’a recommandé. Parfois je me dis que c’est un peu dangereux, surtout quand je traverse le périf, l’hiver en particulier, ça glisse et avec le brouillard ce n’est pas toujours évident mais je me rassure en regardant le ciel puisqu’on en a fait le plus bel endroit de la terre ; c’est d’ailleurs comme ça que j’ai failli me faire écraser l’autre jour parce que vu, je l’avais pas vu, le gros camion des produits laitiers, nos amis pour la vie, il est exactement en vrai comme dans la pub, il vient directement des montagnes, là où les vaches sont violettes et que s’apelorio quezac. Puis après une bonne heure de marche, j’arrive sur mon lieu de travail, je pointe. La demoiselle de l’accueil mâche la fraîcheur de vivre et je la trouve active à l’intérieur et ça se voit à l’extérieur. Il est 8h09, j’ai donc neuf minutes de retard sur la neuf box mais je sens que j’ai bien commencé ma journée, et que ma vie est un bonheur à tartiner. 

Je m’installe devant mon écran 3 mm et là mon patron entre dans mon bureau. Il sent toujours très bon, il fuel sa life avec le diesel et c’est quand même fort de roquefort comme attitude. Il me dit qu’on est très en retard sur un dossier et qu’il en a marre de mes zéro blabla zéro traca parce que je ne tiens pas parole. Là je lui réponds que c’est dingue qu’on soit tous les deux assureurs militants, mais les dossiers, si on en parlait? Je lui précise que je dois d’abord foncer en réunion parce qu’à quoi ça sert de faire des vêtements si on ne peut rien faire dedans. Je lui dis que je remonte dès que la réunion se termine pour lui donner la qualité professionnelle pour ses dossiers et ses cheveux. Il me regarde partir, je crois que son faible c’est mon fort caractère. Je descends en salle de réunion, par les escaliers bien sûr, je repasse devant l’accueil, la demoiselle mâche encore la fraîcheur de vivre, elle est au téléphone et dit «seb c’est bien». Seb c’est le mec qui répare les ordinateurs quand l’assistance 24 heures sur 24 / 7 jours sur 7 n’est pas disponible. En passant rapidement, je lui demande pourquoi continuer à téléphoner trop cher alors que Seb est à côté. Elle me dit c’est la vie, la vraie. Enfin, on s’est comprise. 

J’arrive en salle de réunion, tout le monde m’attend. Ma collègue de bureau, Cerise, oui j’en connais une en vrai, certains n’ont ni le monopole du cœur ni le monopole du prénom, et elles ne sont pas toutes mannequins, bref Cerise est déjà là, Alice aussi, ce n’est pas la déesse elle, juste la vieille de la compta. Elle rentre de vacances et je vois à son teint qu’elle n’a pas protégé sa peau de certains effets nuisibles dus aux rayonnements ultraviolets du soleil. Je lui demande si elle n’a pas peur d’attraper le cancer puisqu’elle est en train de téléphoner sans son kit piéton. Aussitôt elle se met à marcher et dit à son interlocuteur « quitte pas je mets mon kit ». Je suis rassurée, la réunion peut commencer : à qui le tour ? Soudain mon patron surgit en hurlant alors qu’il ne vient jamais à la réunion du lundi. J’ai un peu peur et je me demande mais pourquoi est-il si méchant? Il prend un des morceaux de fromage disposés sur la table et dit «c’est si bon de faire un caprice» !! Voilà on a trouvé, c’est ça le slogan, s’écrit-il. Tout le monde applaudit, nous sommes très fiers de notre chef, c’est un top chef lui aussi, il est si créatif, je lui dis bravo christine, bien qu’il s’appelle Jérôme, il me répond merci Sissi, je lui dis, Non Non, nous rions aux éclats.

Puisqu’il faut rire au moins une fois par jour pour retarder l’arrivée des rides et réactiver les muscles du visage je ris de plus belle. Je ris je ris, encore plus que la vache qui rit, et d’un coup je sens une envie pressante d’aller aux toilettes. Zut pas de buisson pour me cacher, malheureusement ça n’arrive pas que dans les parcs, la pub ne m’a pas dit comment faire, je suis très mal. Les wc les plus proches sont au premier étage je n’aurai jamais le temps. Et là je me rappelle avoir entendu la phrase prenez le temps d’aller vite, mais je ne trouve plus par quel moyen, je ne parviens pas non plus à me souvenir de ce que je préfère, qui est efficace et pas cher. Et voilà je suis dans la merde. Mais je me rassure en pensant à quoi ça sert de faire des vêtements si on ne peut rien faire dedans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.