Roberto Romero, vice-président du conseil régional en charge des affaires internationales et européennes et numéro 2 de la liste des Hauts-de-Seine « Une Île-de-France humaine » avec Claude Bartolone répond aux « attaques et contre-vérités de Valérie Pécresse concernant l'utilisation faite par la Région Île-de-France des fonds européens ».
Les fonds structurels européens sont un outil de solidarité des régions européennes qui leur permettent de se développer et de réduire les inégalités qu’elles peuvent connaître en leur sein. En Île-de-France, l’une des régions les plus riches et compétitives d’Europe, l’accès à l’emploi n’est par exemple pas homogène sur l’ensemble du territoire. Pour mettre en oeuvre des politiques de développement solidaire ambitieuses et multiplier l’impact du budget régional, la majorité de gauche au conseil régional a fait de la gestion des fonds européens un de ses chevaux de bataille.
Les critiques infondées et propositions farfelues de madame Pécresse étant à la hauteur de sa méconnaissance du dossier, ce petit quizz devrait permettre de l’informer davantage sur l’utilisation des fonds européens.
A bon entendeur.


1. VRAI / FAUX : La Région ne va pas chercher les fonds européens (Valérie Pécresse)
FAUX ! Nos négociations avec la Commission européenne ont conduit à une hausse de +25% des crédits européens pour 2014-2020, soit la plus forte augmentation parmi les régions françaises. C’est 540 M€ que la Région Île-de-France gère directement depuis 2014, l’Etat étant auparavant en charge de ces fonds.
Le Plan Juncker est également une source de fonds d’investissements pour les acteurs franciliens. Mais encore une fois, les chiffres de madame Pécresse sont faux : ce sont 131 M€ pour le Grand Paris Express et la rénovation de 8 000 logements que les acteurs franciliens ont déjà pu obtenir grâce au soutien de notre bureau de représentation à Bruxelles. Alors que la cheffe de file des Républicains souhaite voir ce dernier disparaître, on peut se demander comment elle souhaite attirer les millions de Bruxelles en Île-de-France…


2. VRAI / FAUX : La Région mobilise mal les crédits européens et a perdu 50M€ de fonds pour l’emploi et la formation sur 2007-2013 (Valérie Pécresse)
FAUX ! Avant 2014, c’est l’Etat, gouverné par la droite de madame Pécresse jusqu’en 2012, qui était l’autorité de gestion des fonds européens. La Région Île-de-France était alors un organisme intermédiaire de l’Etat, et pouvait gérer une partie des fonds à condition de doubler leur montant via son budget régional. La partie des fonds qu’elle ne pouvait pas doubler faute de budget, soit 40M€, a alors été remise à disposition de l’Etat : ces fonds ont ainsi bien été dépensés au profit des territoires franciliens dans le cadre du Fonds Social Européen et n’ont aucunement été rendus à Bruxelles.
En devenant autorité de gestion en 2014, nous avons mis en place des dispositifs d’accompagnement innovants pour que les porteurs de projets remportent des fonds et qu’ils comprennent les règles européennes pour les gérer. Des Brigades d’Intervention Mobiles ont été déployées sur l’ensemble du territoire francilien pour accompagner les PME, associations ou collectivités dans leurs démarches d’obtention et de gestion de fonds européens.
L’emploi et la formation sont évidemment LA grande priorité que nous nous sommes fixée, en y consacrant 240 M€, soit près de 45% de notre enveloppe de fonds européens.


3. VRAI / FAUX : La Région ne va pas chercher les fonds européens pour la recherche (Valérie Pécresse)
FAUX ! La majorité de gauche au conseil régional a choisi d’affecter près de 83M€ à la recherche et à l’innovation sur 2014-2020.
Les critiques de Madame Pécresse, qui visent directement les chercheurs et entrepreneurs franciliens, sont par ailleurs surprenantes de la part d’une candidate se disant pro-business. Les dispositifs qu’elle mentionne, comme le programme Horizon 2020, ne sont aucunement gérés par la Région. Ce sont les entreprises, les instituts de recherche et les universités qui peuvent candidater à ces fonds directement auprès de la Commission européenne. Annoncer qu’en tant que présidente de Région, elle récupérera ces fonds est un pur mensonge.

Connaître ses dossiers, surtout quand ils sont aussi techniques que celui des fonds européens, est une rigueur que madame Pécresse ne semble pas s’imposer. Si elle avait lu les règlements européens ou participé ne serait-ce qu’une fois aux rencontres Île-de-France Europe, elle aurait su que les fonds européens ne peuvent pas servir à rendre les parkings gratuits, contrairement à ce qu’elle annonce. Elle se serait également abstenue d’annoncer l’alignement sur Londres d’une enveloppe de crédits européens déjà consolidée - et nous serions d’ailleurs curieux de savoir quelle Région française elle envisage de déshabiller pour « reprendre » ces fonds…
Contrairement à madame Pécresse, la majorité de gauche en Île-de-France ne fonctionne pas en dilettante. Grâce aux fonds européens, nous avons mis en place des politiques porteuses de croissance pour l’Île-de-France. Nous sommes fiers d’avoir garanti que les fonds européens soient portés par des valeurs de solidarité et d’avenir durable au coeur de notre projet pour le territoire francilien, en faveur des quartiers sensibles, de l’emploi, de la croissance des PME et de l’environnement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.