Billet de blog 31 mars 2015

Le premier problème de la gauche, c’est le Premier ministre

Aux lendemains d'élections qui ont vu le Parti socialiste perdre la moitié des départements qu'il administrait, « quel bilan, quels succès » justifient le refus du changement par Manuel Valls ? s'interroge Mehdi Ouraoui, membre du Conseil national du PS. « D'urgence », affirme-t-il, « la gauche a besoin (...) d’un Premier ministre qui ne soit plus un obstacle à son unité ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aux lendemains d'élections qui ont vu le Parti socialiste perdre la moitié des départements qu'il administrait, « quel bilan, quels succès » justifient le refus du changement par Manuel Valls ? s'interroge Mehdi Ouraoui, membre du Conseil national du PS. « D'urgence », affirme-t-il, « la gauche a besoin (...) d’un Premier ministre qui ne soit plus un obstacle à son unité ».


Il y a un an exactement, Manuel Valls devenait Premier ministre. Le débat politique se réduit déjà trop aux querelles personnelles et aux attaques ad hominem pour se prêter à ce jeu mortifère et ridicule. Sans mettre en cause sa personne, l’heure du bilan est venue : son idéologie sociale-libérale, l’échec de sa politique, son ambition nocive pour le collectif, sont devenus le premier problème de la gauche, donc un problème pour le pays.

Il y a d’abord une pratique brutalement solitaire du pouvoir. Pas d’angélisme : par le passé, la gauche s’est accommodée du régime présidentiel, se trouvant régulièrement des leaders providentiels. Mais là, la Ve République est poussée dans son pire travers : gouverner sans être responsable de rien, devant personne. Pas même devant le président de la République, le Premier ministre annonçant son propre maintien avant les élections départementales. Ce scrutin est un échec cinglant pour sa majorité, avec une explosion du score de l’extrême-droite ? Il n’en est pas responsable.

Pas responsable, même s’il a choisi de nationaliser la campagne, éclipsant l’action reconnue des conseils généraux de gauche. Pas responsable, même s’il a tout centré sur lui-même au lieu de solliciter les grandes voix, de Bertrand Delanoë à Martine Aubry, de Vincent Peillon à Ségolène Royal, qui savent parler au peuple de gauche. Pas responsable, même si ce sont ses collaborateurs de l’Intérieur puis de Matignon qui ont inventé la funeste qualification à 12,5% des inscrits, qui a éliminé tant de nos candidats. Pas responsable même si, en la citant matin, midi et soir pendant toute la campagne, il a offert une publicité dangereuse à Marine Le Pen. Pas responsable lorsqu’un de ses amis, le maire de Montpellier, Philippe Saurel, présente des candidats contre les candidats socialistes ! Et face aux résultats, aucun mea culpa, un déni inquiétant, et même pire : toujours la même façon dérangeante de se mettre en avant, péroraison surréaliste au milieu d’une gauche en ruines.

Quel bilan, quels succès justifient un tel refus de changer ? Le chômage qui continue d’augmenter ? La croissance plus faible que dans le reste de la zone euro ? Les milliards d’argent public offerts sans contrepartie à Pierre Gattaz qui méprise ostensiblement ce gouvernement ? Parce que c’est là une réalité implacable : cette politique, qui se veut pragmatique et moderne mais relève du social-libéralisme le plus idéologique et le plus dépassé, est un échec. Et cette politique en échec, sanctionnée dimanche par les Français, est le principal obstacle au rassemblement de la gauche.  

On ne rassemblera pas la gauche à coup de menton, avec le 49-3 pour contraindre un groupe socialiste traumatisé à adopter une loi qui précarise les jeunes, les femmes, les salariés les plus faibles. On ne rassemblera pas la gauche avec les déclarations violemment anti-communistes des proches du Premier ministre. On ne rassemblera pas la gauche en faisant imploser EELV par le jeu malsain des appétits ministériels. D’ailleurs, cette déstabilisation orchestrée de notre partenaire écologiste, est-ce une répétition, grandeur nature, de ce que Manuel Valls projette pour le PS ? Une implosion, la fin du Parti socialiste, remplacé par un cartel d’écuries présidentielles pour les primaires ? La fin du socialisme, au profit d’un vague « progressisme » qui au nom de l’émancipation individuelle renonce voire s’attaque aux conquêtes collectives ? Comment ces idées pourraient faire l’unité de la gauche, indispensable face à l’UMP et au FN en 2017 ?

Le poids politique de ces thèses est connu : 5,63 % aux primaires de 2011. Et aujourd’hui ? Un indice parle de lui-même : le Premier ministre et ses amis n’ont pas osé déposer au prochain congrès du PS la motion sociale-libérale – le fameux Bad Godesberg ou aggiornamento qu’ils réclament sans cesse ! – qui aurait permis aux militants de s’exprimer clairement sur la ligne politique du gouvernement.

Jamais un Premier ministre n’aura autant gouverné seul, contre son propre camp politique. C’est sa marque et sa méthode : la transgression, qui lui assure la faveur des médias et des sondages flatteurs, déstabilisait déjà le PS dans l’opposition. Comble de l’ironie : la gauche est désormais sommée d’être caporalisée autour de sa ligne, qu’elle n’a pas choisie et qui nous aliène les classes populaires se sentant trahies et oubliées. Dans cette période troublée pour notre pays, le républicanisme aurait pu être un point de rassemblement. Mais la République a besoin d’exemplarité. Etre exemplaire, ce n’est pas parler des « Roms qui n’ont pas vocation à s’intégrer » comme hier des « blancos », ce n’est pas nommer son chef de cabinet dans la préfectorale, ce n’est pas maintenir secrétaire d’Etat un de ses proches qui a menti dans sa déclaration d’intérêts.

Il faudra, pour éviter un nouveau 21-Avril en 2017, davantage que des éléments de langage mal écrits par Euro-RSCG. Il faudra un grand contrat de rassemblement républicain, social, écologique, de toutes les forces de gauche. D’urgence, pour retrouver la confiance des Français, la gauche a besoin de respect, d’apaisement, de valeurs, et d’un Premier ministre qui ne soit plus un obstacle à son unité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques