Billet de blog 14 mars 2014

Ukraine-Russie : une instrumentalisation des minorités

Giordan Henri
Ancien Directeur de recherche au CNRS, Directeur du projet Langues d’Europe et de la Méditerranée (LEM)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai invité Yves Plasseraud, Président du groupement pour les droits des minorités, sur la crise en Ukraine. Voici son texte.

Ces dernières semaines, le comportement de la Russie de Poutine en Ukraine et particulièrement en Crimée ravive de bien nauséabonds souvenirs.

  Après 1933, dans le cadre de sa Deutschtumpolitik, on se souvient qu’Hitler avait rapidement mis les minorités allemandes des États de l’Europe versaillaise - les Volksdeutsche selon la terminologie nazie - au service de ses ambitions stratégiques. Au prétexte d’une prétendue responsabilité de Berlin vis-à-vis des communautés allemandes de l’étranger, le Führer utilisa tous les moyens disponibles pour stimuler les nationalismes de ces groupes (notamment au sein des États baltiques) et créer chez eux un sentiment de frustration et une volonté de revanche.

  On se souvient en particulier comment, en 1938, Hitler avait utilisé l’argument fallacieux d’une soi-disant maltraitance des Allemands de Bohème occidentale (les Sudètes, à 80 % germanophones) pour annexer la région et ensuite pour démembrer la Tchécoslovaquie[1] et faire de la Bohême - Moravie un protectorat du Reich.

  Pourtant, à l’époque, les minorités allemandes étaient infiniment mieux traitées par Prague que ne l’étaient par Berlinun peuple slave comme les Sorabes pour ne rien dire des Roms et des Juifs.

   Aujourd’hui, la Russie, s’éloignant de plus en plus des velléités libérales de l’ère Eltsine, renoue elle-même avec l’autocratie. Dans ce contexte, la politique de Poutine dans son « proche étranger » ressemble de plus en plus à celle d’Hitler en Europe centrale.

  Partout, dans les États successeurs de l’URSS, la situation des « compatriotes » de l’étranger est aujourd’hui présentée comme attentatoire aux droits de l’homme. Dans chaque pays, Moscou choisit des hommes à lui qu’il rétribue et utilise pour créer le désordre. Ici encore, la situation de pays démocratiques comme l’Estonie et la Lettonie sont emblématiques, mais, Maidan oblige, c’est aujourd’hui l’Ukraine qui retient surtout l’attention.

   Depuis 1991, les russophones de ce pays ont constamment été traités par Kiev avec une attention et un respect exemplaire. Aucune tension interethnique ne s’est fait jour dans le pays. Pourtant, dès que l’Ukraine s’est trouvée en situation de vulnérabilité extrême, la propagande du Kremlin est entrée en action pour manipuler une opinion interne russe, guère démocrate et peu informée, pour l’amener à « pousser Poutine à agir ». 

   Dans ce contexte, selon un plan manifestement muri de longue date, des troupes russes sont entrées en Crimée (60 % de russophones) au début mars 2014, soi-disant pour défendre des russophones, que personne ne menaçait et prendre le contrôle du territoire, avec l’approbation enthousiaste de comités de citoyens et d’autorités locales créés et formatés pour l’occasion.   

  Le nouveau Premier ministre de Crimée, Sergeï Aksionov, nommé le 27 février dernier, et supporter enthousiaste de cette opération, n’a au demeurant aucune légitimité à occuper ce poste[2] et n’est qu’un pion du Kremlin.

  Nombreux sont les observateurs qui pensent qu’à brève échéance, l‘objectif de Vladimir Poutine est en fait d’annexer toutes les terres ukrainiennes situées à l’est du Dniepr (autrefois appelées Nouvelle Russie) et de transformer l’État ukrainien résiduel un protectorat russe[3]. La quantité de troupes russes massées aux frontières de l’Ukraine ne peut – hélas – que renforcer ces craintes.

Yves Plasseraud

Président du Groupement pour les droits des minorités


[1] L’une des rares démocraties de la région.

[2] Leader du parti unioniste ukrainien « Unité russe », il n’a recueilli que 4,02% des suffrages lors des élections de 2010 du Conseil suprême de Crimée

[3] La question de la Transnistrie se trouverait – aux yeux du Kremlin – ainsi réglée simultanément et la Moldova… en première ligne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « On est dans un basculement qui n’était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Justice
Au procès d’Éric Zemmour, la politique de la chaise vide 
Jugé jeudi pour avoir dit que Philippe Pétain avait « sauvé les Juifs français », Éric Zemmour n’est pas venu à son procès en appel. Faute d’avoir obtenu un renvoi après la présidentielle, son avocat a quitté la salle. Le parquet a requis 10 000 euros d’amende contre le candidat d’extrême droite.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT