Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Les mains dans les poches

Suivi par 163 abonnés

Billet de blog 8 juin 2013

Les « terribles secrets » d’Alexis Aubenque !

Sa trilogie sur River Falls, avec son enquêteur fétiche Mike Logan, a connu un vrai succès, dont le point d’orgue a été l’obtention du prix du polar Cognac 2009 pour un automne à River Falls. Alexis Aubenque entame avec Stone Island le premier volet d’une nouvelle série en nous proposant par la même occasion un enquêteur tout neuf, en tout cas pour le lecteur : Jack Turner.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Sa trilogie sur River Falls, avec son enquêteur fétiche Mike Logan, a connu un vrai succès, dont le point d’orgue a été l’obtention du prix du polar Cognac 2009 pour un automne à River Falls. Alexis Aubenque entame avec Stone Island le premier volet d’une nouvelle série en nous proposant par la même occasion un enquêteur tout neuf, en tout cas pour le lecteur : Jack Turner.

Exotisme, sombre histoire familiale, jeune avocate sympathique (d’autant plus sympathique qu’elle n’a jamais exercé son métier et conserve ainsi des principes en béton armé), enquêteur pugnace, beau gosse et tiraillé entre deux ex-petites amies, plusieurs meurtres horribles (tant qu’à faire...) commis sur une île habituellement paisible... vous le voyez, Alexis Aubenque a réuni dans ce roman certains ingrédients qui devraient assurer à son roman un honorable succès de librairie.

Côté exotisme, nous avons un imaginaire archipel anglophone perdu dans le Pacifique, petit état indépendant, touristique, animé et moderne, tourné vers une Australie que l’on imagine assez proche. Naturellement, c’est un lieu pourvu de plages dorées, de cocotiers, d’une mer cristalline idéale pour surfer, jouxtant une jungle verdoyante et des massifs montagneux. De quoi satisfaire les rêves d’un ailleurs du citadin stressé qui, après son métro bondé, son RER saturé ou son périphérique embouteillé, dans un petit matin frisquet aussi triste que poisseux, va pouvoir s’évader grâce à l’auteur vers des cieux plus cléments.

Côté histoire familiale, celui-ci a fait fort : c’est peu de dire qu’elle est sombre, elle est carrément ténébreuse ! Abandon d’enfant, famille très riche, père qui n’est pas celui que l’on croit, adultères successifs sur deux générations, enfants illégitimes et morts suspectes... nous trouvons là quelques éléments qui devraient permettre aux nombreux fans d’Aubenque de passer un bon moment de lecture !

Au-delà de cette histoire familiale complexe, l’aspect le plus intéressant du livre porte sur les relations entre certains autochtones Ma’ ohi, soucieux de préserver leur culture, et les descendants des anciens colonisateurs occidentaux. Certes, l’île de Stone Island est imaginaire, mais elle est située au cœur de l’océan Pacifique et l’auteur s’est documenté sur la culture et les traditions des populations indigènes des archipels : un petit plus pour le lecteur. 

Cependant, le plaisir que procure une intrigue complexe est contrebalancé par l’écriture, qui ne se situe pas au même niveau d’exigence. Elle se révèle plate et banale, l’auteur abuse des clichés comme des adjectifs, toutes choses qui peuvent gâcher la lecture. Ainsi, en nous présentant son personnage principal : « trois semaines plus tôt, elle obtenait son diplôme d’avocate à la prestigieuse université de Yale dans le Connecticut, et à présent elle survolait ces somptueuses îles de Polynésie ». Au fil des pages, nous découvrons des spectacles « d’une rare splendeur », un océan qui offre au personnage une « somptueuse vision », le cœur du flic qui « bondit dans sa poitrine »... il faut bien reconnaitre que l’accumulation de ces poncifs pendant les quatre-cents pages du roman est plutôt lassante. Compte tenu de ce que j’ai dit plus haut de l’intrigue, il y aurait de quoi ressortir la formule consacrée lorsque l’on parle d’un polar médiocrement écrit, qui consiste à dire qu’il serait possible d’en tirer « un bon film » !

Oscillant entre polar et aventures, Stone Island n’est donc pas un livre inoubliable. Cependant, publié en poche à un prix raisonnable, il peut tout de même permettre aux lecteurs les plus attachés au suspense et à l’intrigue de passer un bon moment cet été, lorsqu’ils seront allongés sur le sable fin de la plage d’une somptueuse île de Polynésie, en contemplant, entre deux chapitres, un paysage d’une rare splendeur...  

Alexis Aubenque, Stone Island, éditions du Toucan, 440 p., 9 € 40

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose