Billet de blog 23 juin 2009

Le fascisme à la sauce sicilienne

Privé de titre, le dernier roman d'Andrea Camilleri paru en poche raconte la construction du premier martyr fasciste de la Sicile. "Construction", car il s'agit bien d'une élaboration virtuelle des faits qui permet au parti d'utiliser la mort stupide d'un de ses militants pour en faire une victime politique. 

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Privé de titre, le dernier roman d'Andrea Camilleri paru en poche raconte la construction du premier martyr fasciste de la Sicile. "Construction", car il s'agit bien d'une élaboration virtuelle des faits qui permet au parti d'utiliser la mort stupide d'un de ses militants pour en faire une victime politique.

C'est dans les ruelles du bourg de Caltanissetta, la nuit du 21 avril 1921, que le jeune fasciste Lillino Grattuso se ramasse une balle de revolver. La Sicile, comme le reste de l'Italie, vit au rythme des grandes manifestations idéologiques. Fascistes, socialistes, communistes, agitent leurs drapeaux, leurs bannièrens et se tombent dessus à chaque coin de rue. Toutefois, les cartes ont déjà été distribuées et la faction de Mussolini est en passe de l'emporter. De nombreux membres du parti aux chemises noires sont déjà présents dans l'appareil judiciaire, adminstratif, législatif et exécutif. Ils constituent autant de voix, de personnages relayés par le roman, qui contribuent à l'édification virtuelle de Lillino au rang de martyr.

La dimension comique du roman est surtout due à la langue dans laquelle s'exprime Camilleri. Il faut noter au passage l'important travail de traduction réalisé par Dominique Vittoz pour rendre compte du langage fleuri et imagé de l'auteur sicilien. Des expressions du type le crâne nu comme un nez de magistrat ou encore on peut toujours siffler quand l'âne veut pisser émaillent le texte pages après pages en lui donnant un côté humoristique. C'est ce même humour qui permet à Camilleri et au lecteur de se déprendre des événements relatés. Le fascisme, sous le soleil pesant de la Sicile a une dimension théatrale et tragique. Il y a quelque chose de la tragédie antique qui se rejoue ici. Mais plutôt à la manière d'Aristophane que de Sophocle : le ton est grinçant, les personnages sont à la fois burlesques et pathétiques. Annecdotes et petites aventures dignes de Don Camillo accompagnent et font concurrence à la trame principale.

Le fil de la narration se déroule autour de documents, procès-verbaux, extraits de témoignages qui permettent d'éclairer progressivement l'ampleur de la manipulation et les différentes phases de la construction du martyr. Ainsi de 1921 à 1941, on assiste aux événements, puis à leur sédimentation progressive dans la mémoire collective. A noter encore : l'histoire que nous raconte Camilleri s'articule autour d'un fait divers avéré et documenté par l'auteur dans une notice à la fin du roman.

Guillaume Henchoz

Andrea Camilleri, Privé de titre, traduit de l'italien par Dominque Vittoz, Le Livre de poche, 281 p., 6 € 50.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO