mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart lun. 8 févr. 2016 8/2/2016 Édition de la mi-journée

Le Livre de poche a 60 ans

Le Livre de poche fête ses 60 ans avec une exposition de 180 m2 au cœur du Salon du livre. D'immenses panneaux qui retracent six décennies et mettent en parallèle les grands événements qui ont marqué l’histoire de la collection comme la vie littéraire.

Le Livre de poche fête ses 60 ans avec une exposition de 180 m2 au cœur du Salon du livre. D'immenses panneaux qui retracent six décennies et mettent en parallèle les grands événements qui ont marqué l’histoire de la collection comme la vie littéraire.

1200 couvertures de livres sont ainsi rassemblées du numéro 1 (Koenigsmark de Pierre Benoît) en 1953 — date de création de la collection par Daniel Filipacchi — à aujourd’hui : c’est une histoire graphique que suit le visiteur, des premières peintures qui jouent d’une proximité avec les codes des affiches de cinéma au travail iconographique plus stylisé des années 2000, en passant par les dessins de Jean Cocteau qui illustre lui-même ses livres (Les Parents terribles) ou ceux de Siné qui s’occupe du Plaisir d’humour d’Alphonse Allais.

 

Au centre de l’exposition le fameux pianocktail qu’inventa Boris Vian dans L’Ecume des jours qui compose des cocktails suivant les morceaux joués, piano fabriqué pour les besoins du film de Michel Gondry (sortie le 24 avril 2013).

.

.

.

L’exposition doit tourner en France durant toute l’année. En attendant, visite en quelques photographies :

Vous pouvez cliquer sur chaque photo pour l'afficher en plein écran

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

(Photographies prises ce matin au Salon du Livre ©CM)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

C'est peu dire que ça nous a changé la vie ! SourireCela a rendu possible, tout simplement, l'ascenseur social. Avant les "poches", les éditions, même sobres, étaient hors d'atteinte pour certains. Les bibliothèques faisaient leur office, bien sûr, mais avoir des livres "à soi"...

Merci pour ces images dont certaines me sont chères.

Soutenez Mediapart !

Soutien

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert
ABONNEZ-VOUS

L'auteur

Christine Marcandier

Maître de conférence en littérature française ; critique littéraire.
Paris

L'édition

suivi par 124 abonnés

Les mains dans les poches

À propos de l'édition

Actualité et grandes découvertes du livre de poche, des petits formats... Une vie d'poches... Grands textes, prix serrés. A nos plaisirs partagés.

"Sache que le Poche se peint

Selon

les jours et les auteurs
Qu'il se repeint aussi parfois
Selon les modes et les humeurs" (Paul Fournel, Bibliothèque oulipienne)

"Mais à quoi bon détester quand on n'aura pas assez de toute sa vie pour lire les auteurs que l'on aime" (Annie François, Bouquiner)

Dans le journal