RC 132. NON à un non-lieu scandaleux au chlordécone !

Bien qu’autorisée par les gouvernements successifs, l’utilisation massive en Martinique et Guadeloupe du chlordécone interdit aux USA depuis 1976 a été l’un des crimes contre l’humanité coloniaux et ne saurait être fermé sans suite par non-lieu ! Ce serait un crime judiciaire ajouté à un crime chimique massif et délibéré. Loïc Céry et Pierre Carpentier lancent l’alerte

 Loïc Céry et Pierre Carpentier lancent l’alerte sur la menace de non-lieu « On a perdu le dossier... » : ,https://blogs.mediapart.fr/loic-cery/blog/310121/petition-contre-un-non-lieu-dans-le-scandale-du-chlordecone

Extrait :

«  La Martinique détient aujourd'hui le record mondial du nombre de cancers de la prostate au prorata de sa population, et celui du taux de mortalité lié à cette maladie. La Martinique et la Guadeloupe voient depuis plusieurs années une hausse exponentielle des cas d'accidents vasculaires cérébraux, de troubles neurologiques, de cancers du sein, des troubles de l'infertilité, et la liste est encore longue. Les liens entre cette dégradation accélérée de l’état sanitaire des populations et le rôle de ce pesticide illégal ont déjà été de longue date étayés par de nombreuses et solides études scientifiques. Les coupables sont pourtant connus. Des planteurs qui, en toute impunité, se sont vu accorder des dérogations par le gouvernement français, en contravention des normes sanitaires internationales. Aujourd’hui, après une procédure de près de 15 ans, et après des engagements d’indemnisation et de justice prises par l’actuel gouvernement, on tente de clore purement et simplement le processus en cours. N’hésitant devant aucun déni de justice, on signifie ce faisant aux populations martiniquaise et guadeloupéenne, que leur vie ne fait pas le poids devant les intérêts de ceux qui les ont empoisonnés, et qui ont souillé les sols de leurs îles pour 700 ans.

« Alors même que le crime d’écocide fait son entrée dans le droit européen et que le Parlement européen vient de demander sa reconnaissance en droit international par la Cour pénale de La Haye, alors même que nous vivons de manière inédite une conscientisation planétaire devant l’urgence écologique, alors même que les peuples du monde entier exigent aujourd’hui des États qu’il assument leurs responsabilités en la matière… ne voilà-t-il pas que ce début de l’année 2021 sonne le glas de la promesse de justice tenue aux Martiniquais et aux Guadeloupéens en considération du grave préjudice collectif qui leur a été imposé par ce scandale du chlordécone. Nous nous mobilisons aujourd’hui pour exiger que tout soit mis en œuvre pour que cessent ces manœuvres d’intimidation et ces menaces de classement d’un dossier accablant où sont concernées les vies de populations entières. Nous n’acceptons pas qu’une conception inique et coloniale des procédures se substitue au légitime et impartial exercice de la justice, surtout quand la vie de centaines de milliers d’êtres humains est concernée. (...)


"Pour en savoir plus sur le scandale du chlordécone, voir ce document de France Télévisions (2018) : « Chlordécone : le scandale est-il devant nous ? »

SIGNER LA PÉTITION SUR CHANGE.ORG lancée par Loic et Pierre C

https://www.change.org/p/%C3%A9lus-de-martinique-et-de-guadeloupe-contre-un-non-lieu-dans-le-scandale-du-chlord%C3%A9cone-nous-r%C3%A9clamons-une-justice-impartiale

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.