Billet de blog 3 juin 2022

RC 158. Mobilisation intersyndicale. Destruction du ministère du travail.

Derrière la défense du ministère du travail et de ses agent.es, c’est la protection des droits, des revenus, de la formation professionnelle et de la santé au travail qui est en jeu. Sous le primat absolu du profit des actionnaires, des risques lourds menacent les travailleurs et la santé publique, par la suppression des contrôles. Nous en sommes là. Je relaie cet appel. Michel-lyon.

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lire aussi le témoignage de deux anciens Inspecteurs du travail paru le 11 mars 2022,

intersyndicale CGT FSU CNT SUD

:  

Destruction du ministère du travail, du (plein) emploi et de l’insertion :  Nous adressons il publiquement ce cri d’alarme. Nous nous sommes donné·es rendez-vous du 20 au 22 juin 2022 à la bourse du travail de Bobigny pour des Assises du ministère.

Destruction du ministère du travail, du (plein) emploi et de l’insertion :

Nous tirons la sonnette d’alarme !

Une crise COVID révélatrice de l’abandon de nos missions

En 2020, quand le pays s’est retrouvé brutalement confiné, nous, agent.es du ministère du travail nous sommes organisé.es seul.es et dans l’urgence absolue. Nous avons pallié la paralysie bureaucratique pour remplir nos missions de service public. Nous avons continué à informer salarié.es et employeurs, à contrôler les entreprises, à faire respecter le droit et la protection de la santé, notamment des salarié.es de première et seconde lignes particulièrement exposé.es,  à instruire des milliers de demandes d’activité partielle pour faire en sorte d’assurer la continuité de l’activité économique

Cette crise n’a fait qu’exacerber, de manière terrifiante, la tension entre notre attachement à délivrer le service dû au public et les obstacles qui nous sont opposés par une hiérarchie bureaucratique au service du pouvoir politique, dont les objectifs  sont de plus en plus éloignés des préoccupations de la population. 

Ainsi, pendant le premier confinement, un inspecteur du travail  s'est vu infliger une sanction grave pour avoir préconisé le port de masques FFP2  au bénéfice de salarié.es d’une association d’aide à domicile. Le message est clair : les intérêts du patronat avant la santé des travailleur.euses.

L’abandon de nos missions s’inscrit dans un contexte de régression des droits sociaux…

Les réformes successives de pseudo-simplification du droit du travail n’ont fait que réduire les droits des travailleurs.euses : flexibilité des contrats et du temps de travail, facilitation des licenciements, limitation de l’accès à la formation, diminution des droits au chômage…

De plus, la fusion des institutions représentatives du personnel, la diminution du nombre d’élu.e.s et  la réduction des moyens qui leur sont alloués ainsi que l’extension du champ de la négociation collective d’entreprise rendent plus opaques les règles applicables et limitent les contre-pouvoirs dans l’entreprise.

La destruction du droit du travail, c’est aussi une justice prud’homale affaiblie, des tribunaux judiciaires engorgés et des taux de poursuite insuffisants.

La complexification croissante des  règles régissant la relation de travail rend l’acte de contrôle plus difficile. Il y a une volonté politique évidente de raboter les droits sociaux.

La « start-up nation » feint d’afficher une confiance sans borne dans la capacité et la volonté des entreprises à respecter spontanément les règles de droit et à préserver les conditions de travail, de santé et de sécurité des travailleur.euses ainsi que leur dignité. La réalité est toute autre : 1 à 2 milliards d’euros par an pour la fraude à la formation, des centaines de millions d’euros pour la fraude à l’activité partielle en 2020, entre 4,7 milliards et 6 milliards d'euros pour la fraude aux cotisations sociales (emplois non déclarés mais aussi heures supplémentaires non payées).  Parallèlement, le nombre d’accidents du travail a cessé de diminuer depuis 2010. On décompte près de 600 000accidents du travail par an, dont 733 mortels en 2019

Les scandales successifs (catastrophes industrielles, agro-alimentaires, EHPAD, etc.) sont là pour rappeler la nécessité d’investir dans des services de contrôle indépendants des pouvoirs économiques et politiques. Les missions que nous assurons sont indispensables, pour une majorité de personnes, sur des questions qui occupent une place majeure dans la vie de chacun.e.

…et de destruction du service public

 1700 postes seulement sont pourvus sur les 2000 postes affectés au contrôle des entreprises alors qu’on dénombre en France plus de 20 millions de salariés et 3,8 millions d’entreprises. 150 agent.es seulement doivent contrôler 80 000 organismes de formation. 420 collègues seulement remplissent les missions de renseignement en droit du travail, avec un droit qui évolue constamment et des situations individuelles complexes, voire dramatiques.

Les agent.es des services Emploi sont en nombre insuffisant, toujours en baisse, pour exercer un réel contrôle sur les demandes d’activité partielle et sur les plans de licenciements.

Au ministère du travail, on méprise les agent.es de catégorie C dont les salaires et les perspectives d’évolution de carrière dont faméliques, alors qu’iels sont souvent en première ligne pour accueillir et répondre au public.

Au ministère du travail, des missions de service public sont assurées par des contractuel.les, précaires, sous-payé.es voire pas rémunéré.es pendant des mois, peu ou pas formé.es pour le poste occupé, qui représentent pourtant 17 % des effectifs.

Le ministère du travail, non content de sabrer dans les effectifs, accumule les restructurations qui ajoutent la désorganisation à la pénurie. Pas moins de cinq réformes d’envergure nationale ont été mises en œuvre depuis 2008

La dernière réorganisation, imposée à marche forcée en pleine crise sanitaire, s’accompagne encore, début 2022, de véritables situations de chômage technique dans nos services : déménagements, absence d’accès aux fichiers informatiques, plateformes de traitement des demandes dématérialisées du public non compatibles avec les nouveaux réseaux, absence de photocopieurs, accueils et standards sans agent.es, courrier non relevé, circuits décisionnels incompréhensibles, manque de communication entre services…

Les agent.es ne s’y retrouvent pas et le public encore moins ! Il doit se débrouiller pour identifier le service compétent et les moyens de le contacter. Tout est mis en œuvre pour que nous soyons coupé.es des usager.es. et privé.es de nos moyens d’action. Les agent.es perdent le sens de leurs missions et souffrent au travail. 

Enième provocation : le gouvernement français a présenté la candidature de Muriel Pénicaud, ancienne Ministre du travail, à la direction du BIT alors qu’elle a été, sous l’ère Macron, la cheville ouvrière de la destruction des droits des travailleur.euses et d’une répression syndicale sans précédent au Ministère.

Dans ce contexte, les services publics du ministère du travail ont atteint leurs limites !

Nos métiers sont essentiels : faire respecter le droit, veiller à la prévention des risques professionnels, de la santé et de la sécurité au travail, éviter les licenciements par le financement de l’activité partielle en cas de baisse d’activité conjoncturelle, contrôler la réalité des efforts de reclassement consentis par les entreprises et les groupes qui licencient pour motif économique au regard de leurs moyens, soutenir la revitalisation des bassins d’emploi, participer à l’accompagnement et à la prise en charge des personnes éloignées de l’emploi, autant de missions fondamentales exercées par les agent.es et défendues par les organisations syndicale du Ministère.

Aujourd’hui, il est impérieux que cette destruction organisée s’arrête.  Les reportings incessants et les objectifs chiffrés déconnectés de ce que vivent les usager.es et de ce que font réellement les agent.es n’ont jamais permis l’effectivité du droit.

Seuls des recrutements à hauteur des besoins, une augmentation des budgets et l’arrêt des réorganisations incessantes nous permettront de retrouver le sens de nos métiers au service des personnes travaillant ou privées d’emploi.

Face à la dégradation de leurs conditions de travail et du service rendu au public, les agents se sont mobilisé.es le 15 mars à Paris à l’appel des organisations syndicales CGT – CNT – FSU – SUD  pour une manifestation et un meeting public.

Dans la continuité de cette mobilisation, nous nous sommes donné.es rendez-vous du 20 au 22 juin 2022 à la bourse du travail de Bobigny pour des assises du ministère afin de poursuivre ces discussions sur nos conditions de travail et le service public que nous voulons pour les usager.es. 

En effet, notre constat est unanime mais nous ne sommes pas résigné.es. Nous adressons publiquement ce cri d’alarme car derrière la défense du ministère du travail et de ses agent.es, c’est la protection des droits, des revenus, de la formation professionnelle et  de la santé au  travail de toutes et tous qui sont en jeu.

Paris le 25 mai 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon