Billet de blog 3 déc. 2021

135. "Président de la République" ??? La sélection du mâle dominant, a commencé !

"Président de la république" ??? dans une démocratie dénaturée... qui mérite d'étre étudiée dans l'Hexagone, et dans les territoires soumis au rapport colonial. Quelle origine des crises sociales récemment traversées, quelles réponses orales et policières? De trop nombreux mutilés et tués. Les fonctions publiques dénaturées. Gouvernemental déni de réalité. Impostures verbales

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A quelques semaines des élections présidentielles qui voient surgir des candidats promettant d'aggraver encore ces processus et rivalisant de machisme, de racisme et de mépris social, il est urgent de s'interroger sur ce que devient notre démocratie, celle issue de la Libération qui fut vécue dans l'hexagone. Et du même coup s'interroger sur ce qui a été fait de l'institution présidentielle.  D'où mon titre-choc humoristique. (Les constats qui suivent n'empêchent pas que le rôle puisse événtuellement être tenu par certaines femmes...) Les candidatures de gauche sont fragilisées par le pouvoir absolu exercé par les géants de l'économie sur les pays du monde.

Notre démocratie, Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité n’a été vécue qu’appuyée sur la domination sur les colonies à qui cette même démocratie comme nos « valeurs universelles », étaient refusées.

La révolte actuelle en Guadeloupe après celle en Martinique, prouve le caractère insupportable de cette colonisation centrée sur l’accaparement de l’économie des Antilles par une petite caste béké responsable de l’empoisonnement délibéré des populations, en lien avec la violence exercée par le colonisateur. (1) Comme lors de tous les conflits en hexagone, (Gilets jaunes, soignants, …), une fois de plus, ce gouvernement a montré en Guadeloupe son refus de discuter avec la population.        Et n’être capable que d’injonctions.

Vis à vis des réfugiés, refus d'humanité, déni de réalités.  n'être capable que de violences.  https://www.mediapart.fr/journal/france/021221/husain-shahwali-maryam-ces-vies-englouties-au-large-de-calais

Ces violences s'ajoutent à l'échec de la politique anticovid qui devait l'éradiquer dès les masques, puis dès les tests, puis par le vaccin devenu à répétition sans issue.  Au prix d'un enrigissement "exponentiel" de Big Pharma.

La figure du Protecteur en est détruite.     (Marine Le Pen s'engouffre dans le mythe de La Bonne Mère pour profiter du vide.)

La gouvernance néolibérale est autoritaire et antidémocratique.

Elle repose sur un déni de réalité.

Elle est incompatible avec notre culture, notre civilisation

comme elle est incompatible avec celle des colonisés qui ont les mêmes aspirations que nous.

Le management est effectué par un corps spécialisé, incompétent, uniquement relai de l’injonction à l’ "efficience" : faire toujours plus avec toujours moins de moyens. Dans un déni de réalité qui veut ignorer l’inadéquation des décisions imposées à la population, et ignorer l’épuisement des exécutants.

Cette inadéquation vient d’être dénoncée par plus de la moitié des magistrats qui s’élèvent contre la privation des moyens que nécessite l’acte de juger, et refusent la contrainte de faire de l’abattage dans le plus grand mépris des justiciables et du droit.

C’est la même protestation qui a mis dans la rue à de nombreuses reprises les soignants de l’hôpital public qui refusent d’accumuler des actes de soins en déni des processus collectifs que nécessite le fait de soigner.  Et qui ébranle aussi l'Education Nationale.

Nous retrouverons cette perte de sens du travail,

dans toutes les administrations et services publics non seulement par la réduction drastique et sans fin des effectifs d’exécution, mais autant par le fait que

de plus en plus de tâches et même de missions sont confiées 

à prix d’or 

à des entreprises, cabinets, consultants à but lucratif 

:  160 milliards d'euros pour 2019 au total Etat, collectivités territoriales, et hôpitaux publics.(2)

Les exemples sont innombrables de tels travaux gâchés, et financements considérables gaspillés pour des résultats inutilisables.(2): 283 millions d'euros gaspillés pour un logiciel de paie des militaires qui n'a jamais marché et a du être abandonné. Ou un logiciel national impraticable auquel les Inspecteurs du travail ont été contraints d'inscrire le détail de leurs activités avec des pertes de temps considérables.

L’image de la Fonction publique en est irréversiblement gâchée, Mais surtout de très nombreux ayant-droits personnes et organismes associatifs du secteur social privés de leur dû. L’intérêt général piétiné obstinément.

Cela dure depuis plusieurs décennies et c’est accéléré

 Dans l’hexagone même notre démocratie est en destruction systématique depuis les années 2000 au moins, sur un fond de destruction massive d’emplois industriels, de soumission aux Marchés pour tous nos approvisionnements, les fonctions publiques mises dans la main des gafam. Et de l’instauration accélérée d’un pouvoir policier hors droit à la faveur des Etats d’urgence successifs.

Déni de réalités, mépris pour le nombre grandissant de ceux qui comptent pour rien, injonctions autoritaires et refus du débat social autre que parodique, gestion qui gomme la notion même de droits, y compris les droits fondamentaux de Santé et de Justice, système généralisé de surveillance et de punition de masse.  La réalité de ce que devient notre société est habillée de la stature du Protecteur.   Schéma féodal...

La régression sociale et politique est considérable

:

on nous fait sélectionner le mâle dominant  !!!

 +++++++++

(1) https://www.mediapart.fr/journal/france/021221/elie-domota-l-etat-la-volonte-manifeste-de-laisser-la-guadeloupe-dans-un-marasme

(2)  Lire l'article très documenté paru dans Le monde Diplomatique de novembre 2021 p. 20. "Quand l'Etat paie pour disparaître. Externalisation desservices publics, angle mort du débat électoral."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz